Le Guide des voyageurs indépendants
Le blog > Food & coutumes > Nouvelle-Calédonie : 10 spécialités à goûter
Nouvelle-Calédonie : 10 spécialités à goûter

Nouvelle-Calédonie : 10 spécialités à goûter

Mis à jour le 8 décembre 2017 | ,
Publié le 20 novembre 2017

Par Florian Braure et Norine Deschamps, du blog Un Jour en Calédonie

La nature calédonienne réserve aux voyageurs gourmands de délicieuses découvertes culinaires. Comment résister aux étals colorés et parfumés des marchés de l’île ? Métissée, à l’image de sa population, la cuisine mélanésienne offre un dépaysement total grâce aux fruits et légumes exotiques, mais aussi aux produits frais issus du lagon comme les poissons et les crustacés. Nous vous livrons ici les 10 spécialités à ne manquer sous aucun prétexte lors de votre séjour en Nouvelle-Calédonie. À déguster au restaurant, ou en tribu pour plus d’authenticité !

Le bougna

C’est le plat traditionnel kanak. Ce ragoût de viande, de volaille ou de poisson nécessite une longue préparation et il est particulièrement recommandé de le manger dans les tribus de la Grande Terre et des îles. Taros, ignames, patates douces et manioc sont coupés en morceaux et arrosés de lait de coco. Ils sont placés avec la viande ou le poisson dans des feuilles de bananiers, ficelées au moyen de lianes pour en faire une grosse papillote. Le bougna cuit entre 2h et 3h dans un four kanak, constitué de pierres chauffées et déposées dans un grand trou au sol. Il est servi à même les feuilles de bananiers. Cette spécialité peut aussi se préparer en marmite, on l’appelle alors bougna-marmite.

bougna, Nouvelle-Calédonie

Bougna décoré de fleurs d’ibiscus © Géraldine Péron

Le crabe de cocotier

Ce qui impressionne en premier lieu c’est sa taille : le crabe de cocotier peut être aussi gros qu’un poulet et possède de très grandes et fortes pinces. Elles sont idéales pour casser les noix de coco, son mets unique qui parfume sa chaire. Pas familier sur la Grande Terre, c’est en revanche une grande spécialité des îles Loyauté, notamment Lifou et Ouvéa. Les Kanaks sont très habiles pour attraper le crabe de cocotier, ils fabriquent de savants pièges. En tribu ou au restaurant, ce plat est généralement servi de manière classique : froid avec de la mayonnaise. Avis aux gourmands, il est tellement imposant que l’on a parfois du mal à le finir !

Les crevettes

La Nouvelle-Calédonie est réputée pour sa crevette bleue (Litopenaeus stylirostris), même si elle est originaire du Mexique. Vous pourrez la découvrir dans les grandes fermes aquacoles de l’île, avant de la déguster. De grosse taille, les crevettes calédoniennes sont réputées pour leur goût iodé et légèrement sucré, ainsi que leur chaire juteuse et ferme. Elles sont même devenues une référence au Japon, où les grands chefs cuisiniers en raffolent. Fraîches à l’apéritif, chaudes en marinade ou grillées au barbecue : vous serez séduits par cette spécialité !

Les escargots de l’île des Pins

C’est le plat à ne pas manquer lors de votre passage sur l’île des Pins. Côté taille, là encore, rien à voir avec les escargots de Bourgogne dont on a l’habitude. Aussi appelés bulimes, ces très gros escargots se dégustent selon plusieurs recettes : servis en soupe, façon bougna ou plus classiquement « à la bourguignonne » avec de l’ail et du beurre persillé. Ils constituent une ressource économique et patrimoniale importante pour les Kuniés, les habitants de l’île des Pins, qui les ramassent dans la forêt sèche et humide.

Nouvelle-Calédonie, escargots

Escargots de l’île des Pins © Florian Braure

La langouste

La langouste est un incontournable des tables de fêtes de fin d’année en Nouvelle-Calédonie. Mais rassurez-vous, vous pouvez en manger toute l’année sur l’île ! La langouste porcelaine est notamment très réputée pour sa chair délicate. Sa taille parfois démesurée et sa couleur verte sont aussi surprenantes. Plusieurs écoles se disputent la meilleure façon de la préparer : bouillie, puis servie froide en entrée avec de la mayonnaise ; ou grillée au feu de bois, accompagnée d’une délicieuse salade de crudités. Finalement, peu importe la recette tant qu’on la déguste les pieds dans le sable, comme à l’île des Pins par exemple…

La salade tahitienne

Cette spécialité, que vous retrouverez facilement sur toute l’île, met idéalement en valeur les délicieux poissons du lagon de Nouvelle-Calédonie. Loche, thazard, perroquet ou thon sont découpés délicatement, arrosés de lait de coco, puis accompagnés d’oignons, de concombres, tomates, poivrons et carottes émincés. On y ajoute une généreuse quantité de jus de citron, avant de déguster cette délicieuse salade bien fraîche. La salade tahitienne se décline également avec de la sauce soja, qui remplace le lait de coco.

La salade de cerf mariné

Le cerf a été introduit en 1870 en Nouvelle-Calédonie. Sa population envahissante (responsable de la détérioration de plantes endémiques) est maîtrisée par la chasse, dont les Calédoniens raffole. Sa viande, moins grasse que le bœuf et de bonne qualité, est une importante ressource alimentaire sur l’île. Les broussards en ont fait leur entrée incontournable lors des « coups de fête ». La viande crue est marinée dans de la sauce soja et de nombreux condiments : citron, oignon vert, persil chinois, moutarde, ketchup et wasabi. En bottes et chapeau de cowboy vissé sur la tête, c’est encore meilleur !

Les poissons du lagon calédonien

En Nouvelle-Calédonie, le lagon est généreux et les amateurs de poisson seront comblés. On trouve de nombreuses variétés sur les cartes des restaurants, et les poissons sont délicieusement préparés aussi en tribu. Petit tour d’horizon des variétés locales à goûter : le picot (très fin), le dawa (à la chair très grasse), la loche (mérou du Pacifique), le mahi-mahi (daurade en langue polynésienne), le thazard (aussi appelé wahoo), le bec de cane (délicieux en salade) ou encore le vivaneau (appelé aussi wajuju).

Nouvelle-Calédonie, poisson

Poisson du lagon © Géraldine Péron

Les fruits tropicaux

Les amateurs de fruits tropicaux s’en donneront à cœur joie, car c’est l’occasion de les déguster frais et sans artifices. Même si en Nouvelle-Calédonie aussi les fruits ont leur saison, vous en trouverez de nombreuses variétés. Laissez-vous tenter par les noix de coco fraîches, les délicieux leetchis de Houaïlou (prononcez « lètchis » sur le Caillou !), les juteuses mandarines de Canala, la banane poingo de Ouégoa, les petits mais savoureux ananas, les pommes cannelle ou pommes kanak (nourriture favorite des perruches d’Ouvéa), les mangues, sans oublier les citrons, les pamplemousses et les goyaves, tous gorgés de soleil !

Le Po’é

Laissez-vous tenter par ce gâteau que vous trouverez souvent sur les stands des foires et des marchés de l’île. D’origine tahitienne, il est préparé avec de la farine de manioc à laquelle est ajoutée de la purée de banane (Po’é banane) ou de citrouille (Po’é citrouille). Une fois cuit, il est généreusement nappé de sucre et de lait de coco. Sa texture est surprenante à la dégustation, mais sa douceur est un vrai régal pour les papilles.

Vous profiterez également de savoureuses épices pour accompagner vos plats : sel des salins de Kô du Nord de la Grande Terre aux algues ou aux baies roses, vanille des îles Loyauté ou de la vallée de la Karikoué (primée au Salon de l’agriculture 2017). Les plus aventuriers goûteront la boisson locale, appelée kava et réalisée à partir de racines de poivrier. Sinon, la dégustation d’une bière locale bien fraîche (Number One ou Manta) à l’heure du coucher de soleil est certes moins exotique, mais tout aussi agréable !

Image à la Une : Pommes canelle © mamsizz/Adobe Stock

par La Rédaction

Laissez un commentaire