Logo Guide Évasion

Le guide des voyageurs indépendants

Le blog > Food & coutumes > Le Tokyo des otakus et des lolitas
Le Tokyo des otakus et des lolitas

Le Tokyo des otakus et des lolitas

29 décembre 2016 |

Par Catherine du blog Lignes d’horizon

Figures incontournables de la culture populaire japonaise, les otakus et les lolitas ont leur paradis à Tokyo. Les premiers, amateurs de mangas, dessins animés et jeux vidéo, sont ainsi surnommés pour leurs tendances casanières (« taku » signifie « maison, chez soi » en japonais). Ils trouveront de quoi redécorer leur tanière et occuper leurs heures à Akihabara ou Nakano. Quant aux charmantes ou loufoques lolitas, ces jeunes Japonaises qui ont fait de leur tenue une performance artistique en réponse au formalisme des uniformes scolaires, on les retrouve dans le quartier branché et alternatif de Harajuku. En avant pour une virée au Japon geek et girly !

Le Tokyo geek : manga, anime, jeux vidéo et cosplay en tous genres

Akihabara, « la ville électrique », aussi surnommée Akiba, est LE quartier des otakus et amateurs de jeux vidéo, des mangas et de la culture populaire japonaise en général. Dès la sortie de la gare JR, on est ébloui par les innombrables enseignes lumineuses et par la foule qui se presse dans les grands magasins d’électronique en duty-free. À quelques pas, le Club Sega, une gigantesque salle d’arcade sur 4 étages, attire les gamers. Mais il faut s’enfoncer dans les rues adjacentes pour espérer découvrir des trésors. Comme à Super Potato, ce temple du retrogaming où les rayons de jeux Game Boy côtoient les figurines Zelda et Princess Peach. Mais Akihabara, c’est aussi le quartier des maid cafés, ces établissements où les serveuses revêtent des tenues de soubrettes !

Akihabara

Akihabara ©Tooykrub/Shutterstock

À l’ouest de la ville, le Nakano Broadway offre une alternative non négligeable à l’incontournable Akihabara. Cette longue galerie commerçante ravira les otakus de tous poils par la diversité de ses boutiques, empilées sur plusieurs étages. Le quartier de Nakano étant généralement méconnu ou oublié des touristes, ces arcades ont donc l’intérêt d’être moins bondées que les ruelles de la ville électrique et les tarifs peuvent y être plus avantageux. Au menu : goodies, figurines, cosplay, jeux vidéo… Mais le clou de la visite est sans conteste le magasin Mandarake, où l’on trouve d’innombrables mangas.

Pour les fous de technologie, un arrêt au Sony Building à Ginza s’impose. Les tout derniers produits de la marque y sont présentés, dont certains en exclusivité. L’échantillonnage de cet immense showroom évolue régulièrement, on y découvre donc toujours des nouveautés à tester.

Autres classiques de Tokyo : les divers game centers et manga cafés. Dans les premiers, on peut s’essayer à toute une panoplie de jeux d’arcade. On y croise souvent des gamers de haut niveau qui n’y comptent pas leurs heures et y dépensent des fortunes. Impressionnants à observer ! Quant aux seconds, appelés mangakissa en japonais, on y paye un forfait selon la durée qu’on souhaite y passer et on profite des services en illimité : à minima cybercafé, bibliothèque de mangas et boissons à volonté… Certains, ouverts 24 h/24, sont même équipés de douches et de futons ! Moins chers qu’une chambre d’hôtel, ils offrent une solution d’hébergement à Tokyo à la fois rentable et paradisiaque pour les otakus.

Si le calendrier de Tokyo concorde avec vos dates, pourquoi ne pas se rendre au Tokyo Game Show (TGS), l’un des plus grands salons de jeux vidéo du monde ou au Comic Market (Comiket), gigantesque convention dédiée aux mangas et aux animés ? L’occasion d’arborer son plus beau cosplay, de tester quelques jeux vidéo ou de s’offrir un artbook en édition limitée pour les plus patients… à condition d’être prêt à prendre un bain de foule !

Cosplay Japon

Exemple de cosplay ©Sean Pavone/Shutterstock

Le Tokyo girly : les adresses shopping des lolitas

Classiques, sweet ou gothiques, les lolitas de Tokyo se donnent évidemment rendez-vous à Harajuku, le quartier de la mode délurée et délirante. Takeshita dori, toujours bondée, regorge de petites boutiques de vêtements et accessoires, de stands de crêpes améliorées et de gadgets en tous genres. On y trouve même l’enseigne Closet Child qui vend d’occasion des articles de grandes marques telles Vivienne Westwood. Mais pour débusquer les magasins Body Line, Innocent World, Putumayo ou h.Natao, chouchous des jeunes Japonaises, il ne faut pas hésiter à emprunter les ruelles perpendiculaires, pousser jusque Cat Street ou bifurquer dans la très chic Meiji Dori.

À Shinjuku, arrêt obligatoire au célèbre grand magasin Marui One reconnaissable à son logo OIOI. Au moins quatre des huit étages de l’immeuble sont consacrés à la mode lolita : style princesse au 3e, gothique et classique au 5e, punk et rock au 6e… De quoi faire tourner les têtes et, surtout, alléger le porte-monnaie !

Autre temple du shopping : Shibuya! Du kawaii au punk, entre bars à ongles et musique assourdissante, il y en a pour tous les goûts à la célèbre tour 109. Mais il faut s’aventurer dans les rues alentour à la recherche de boutiques d’occasion, souvent cachées dans les étages des immeubles. On y trouve des trésors de robes froufroutantes et d’accessoires pastel dans des cavernes d’Ali Baba aux airs de boudoirs surannés.

Shibuya

Shibuya ©ESB Professional/Shutterstock

Votre bourse est trop légère pour vous offrir une tenue de princesse ? Direction le Sega Center d’Ikebukuro où deux étages entiers sont consacrés aux purikura, ces photomatons améliorés. La particularité des lieux est qu’on peut y emprunter toutes sortes de costumes (uniformes d’écolière, tenues de soubrette ou encore cosplay d’Alice au pays des merveilles…) à revêtir pour la séance photo !

Image à la Une : Vue sur Tokyo ©Vincent St. Thomas/Shutterstock

par La Rédaction

Laissez un commentaire