Le Guide des voyageurs indépendants
  • Icone Facebook
  • Icone Twitter
  • Icone Instagram
Le blog > Rencontres > Rencontre avec un « Gaijin » au Japon
Rencontre avec un « Gaijin » au Japon

Rencontre avec un « Gaijin » au Japon

14 juin 2014 | ,

Par l’équipe du Guide Évasion

Curieux… voilà comment on pourrait décrire le Japon. Un pays curieux qui adore Jean Réno et les combats de sumos. Aala, expatrié à Tokyo nous en dit plus sur sa vie au pays du soleil levant, ses loisirs, ses bons plans et son blog.

Aala Kanzali

Aala Kanzali

Pouvez-vous vous présenter brièvement ?

Je m’appelle Aala, 30 ans, français d’origine tunisienne. Je parcours le monde depuis novembre 2009.

C’est quoi un Gaijin ?

Un Gaijin, c’est tout simplement un étranger au Japon. Normalement, il faudrait dire « Gaikokujin », qui signifie « personne de l’extérieur », mais le mot Gaijin, malgré sa connotation péjorative, est plus souvent utilisé par les japonais.

Quel lien entretenez-vous avec le Japon ? 

Je n’ai pas réellement de passion pour la culture nippone, loin de là. Je suis parti faire un tour du monde en novembre 2009, pour un an. Le Japon n’était pas dans la liste. Et puis, à la fin de mon périple, je ne voulais pas rentrer et je voulais continuer à voyager. C’est là que j’ai découvert le visa vacances travail pour le Japon et que je me suis rendu dans ce pays en mai 2011. J’y ai donc passé une année, sans savoir parler la langue et j’ai ressenti comme une certaine frustration, de ne pas pouvoir découvrir certains aspects de la vie nippone, à cause de cela. Et puis, en octobre 2011, j’ai découvert Jean Béliveau et son tour du monde à pied. Et c’est là que j’ai décidé de revenir au Japon, pour apprendre la langue et surtout préparer un tour du Japon à pied de 10 000 km qui va débuter en janvier 2015.

Combien de temps avez-vous mis pour commencer vraiment à « baragouiner » japonais ?

La première année je n’ai pas du tout appris le japonais. Ce n’est qu’au cours de la deuxième année de présence que j’ai commencé à apprendre, et au bout de 3 mois je pouvais baragouiner un peu. C’est une langue qui n’est pas trop difficile à parler ou à comprendre, mais qui est bien plus complexe à lire ou à écrire.

Pouvez-vous nous révéler un bon plan visite à Tokyo ?

A Tokyo, je recommande de se balader dans le quartier de Yanaka Ginza, qui est très particulier puisqu’il a résisté au tremblement de terre de 1923 et aux bombardements de la seconde guerre mondiale. C’est l’un des derniers lieux de la période Showa à Tokyo et il vaut plus que le détour. D’ailleurs, dans son artère principale, se trouve bon nombre de Machiya (ces petites boutiques en bas des habitations) et les tarifs sont vraiment abordables. Un excellent endroit pour acheter des souvenirs du Japon, ou bien pour s’alimenter à bon prix.

Kappabashi - Aala Kanzali - Un Gaijin au Japon

Kappabashi – Aala Kanzali – Un Gaijin au Japon

On est en train de travailler sur la prochaine version de notre guide Japon. C’est quoi la nouveauté à ne surtout pas oublier de publier ?

Je ne pense pas que ce soit une nouveauté, mais c’est une chose dont peu de guides parlent, et qui pourtant s’avère être bien utile pour les personnes voulant voyager au Japon en train, tout en prenant leur temps. Il y a le célèbre et pratique JR Pass, mais il existe le bien moins connus Seishun 18 Kippu, un carnet de 5 tickets de trains, non nominatif, et utilisable par tranche de 24 heures sur les trains de la compagnie Japan Railways. En clair, pour environ 11000 yen, il est possible de voyager à volonté, en empruntant les trains locaux, et de découvrir plus de Japon à moindre coût.

Où trouve-on les meilleurs sushis dans la capitale ?

Je dirais la chaîne de restaurants « Sushi Zanmai » qui est vraiment excellente. En plus, le personnel est vraiment sympathique et joueur, surtout dans la branche à Akihabara.
Dans la capitale, l’avantage c’est qu’il y a plus de 160 000 restaurants, donc on peut manger un peu tout ce qu’on veut, quand on veut comme on veut. Il y en a vraiment pour tous les goûts. Personnellement, j’aime à aller dans des endroits à l’ambiance unique. L’un d’entre eux est un restaurant nommé « Zakura » dans le quartier de Yanaka Ginza. Il s’agit d’un restaurant iranien et turc, où l’on mange à volonté (le midi) pour 1000 Yen. L’ambiance est juste géniale. Le patron, un iranien déjanté maitrisant parfaitement la langue japonaise, s’amuse à martyriser ses clients à coup de blagues en tout genre ou de petits coups de pieds.


Le Zakuro – par Un Gaijin au Japon

Concrètement, le karaoké, c’est si bien que ça ? 

Je ne suis pas un grand fan, au contraire des japonais, mais c’est pas mal. L’avantage, c’est qu’il y en a partout au Japon et toujours ouvert 24H/24.
Ma « pire expérience », ce serait lorsque je faisais une marche entre Tokyo et Nikko (157 km à pied) avec un ami. Nous sommes arrivés, le premier soir, dans une petite ville et nous n’avons trouvés qu’un karaoké pour passer la nuit. Nous avons donc loué un box sur place, jusqu’à 6 heures du matin et avons entrepris de dormir sur les fauteuils dans le box (ce que beaucoup de gens font). Mais, dans le box voisin au notre, se trouvait un groupe de jeunes hommes japonais qui se sont égosillés toute la nuit. Se faire réveiller à 5 heures du matin par un japonais criant comme du AKB 48 (idoles pop locale), c’est pas top.

Quels conseils donneriez-vous à un français qui débarque pour la première fois au Japon ?

Le conseil de base, je pense, le Japon ce n’est pas la France. Il ne faut pas raisonner en tant que français et s’attendre à ce que tout soit comme en France. Et puis, si les comportements des japonais sont différents des nôtres, ce n’est pas pour autant qu’ils sont étranges. Ce sont des choses que les étrangers arrivant au Japon ont tendance à oublier et qui les poussent parfois à tout critiquer ou à ne pas respecter les règles de bases au Japon.

Au Japon, ils font des pastèques carrées - Aala Kanzali / Un Gaijin au Japon

Au Japon, ils font des pastèques carrées – Aala Kanzali / Un Gaijin au Japon

On a lu énormément d’articles de réflexion sur la vie, sur les gens. Est-ce que c’est au Japon que vous avez développé cette capacité d’analyse ?

J’ai toujours été attiré par l’analyse des comportements humains. C’est d’ailleurs ce que j’ai étudié durant mon cursus universitaire (spécialisation en comportement du consommateur et comportements des individus au travail). J’ai toujours voulu comprendre les interactions entre les gens, je trouve ça intéressant et passionnant. Et vu que les japonais sont tellement différents de nous, cela me procure un terrain de jeu des plus attrayants.

Quels articles vous procurent le plus de plaisir ? 

Bonne question, et dont la réponse n’est pas facile. J’aime bien les portraits de japonais, parce qu’ils me permettent de découvrir quelqu’un que je ne connais pas nécessairement et de faire des interviews, sympa, permettant de mettre en avant différents profils de japonais, que je rencontre tout au long de mon séjour sur place. Mais j’aime aussi les articles de réflexions car ce sont les plus longs à réaliser et qu’ils demandent beaucoup de recherches et d’analyses en profondeur. Une fois que l’article est en ligne et que les lecteurs l’aiment, cela fait plaisir. Et puis, ils poussent aussi au débat et aident à ouvrir d’autres horizons, aussi bien pour mes lecteurs que pour moi.

Que peut-on vous souhaiter pour la suite ?

Continuer de voyager toute ma vie, ne jamais m’arrêter et de profiter de mon projet CAP 10000 JAPON qui va voir le jour en janvier 2015 (tour du Japon à pied).

N’hésitez pas à visiter le blog d’Aala, un Gaijin au Japon

Image à la une : couverture du blog « Un Gaijin au Japon »

par La Rédaction

Laissez un commentaire