Le Guide des voyageurs indépendants
  • Icone Facebook
  • Icone Twitter
  • Icone Instagram
Le blog > Rencontres > Rencontre d’Aurélie Pedrajas, miss globe-croqueuse
Rencontre d’Aurélie Pedrajas, miss globe-croqueuse

Rencontre d’Aurélie Pedrajas, miss globe-croqueuse

Pouvez-vous vous présenter ?

Je m’appelle Aurélie Pedrajas (alias “Miss globe-croqueuse”), je suis française d’origine espagnole. Je suis artiste-illustratrice spécialisée dans l’univers du carnet de voyage, diplômée de métiers d’art de gravure. Originaire du sud-ouest, je vis à Paris depuis mes études à l’école Estienne, terminées il y a maintenant 8 ans. J’ai un peu le virus du voyage depuis mes études, après un stage dans un atelier d’artistes graveurs à Québec. Maintenant c’est devenue une passion et une source d’inspiration, une part de mon métier d’artiste.

carnets-afrique-inde-antilles_ typo_opt-1

© Aurélie Pedrajas

Pourquoi le dessin ?

À vrai dire, je ne sais pas vraiment. J’ai toujours dessiné. Petite je tenais un “book” de mes dessins, faisais les dessins de mes camarades en poésie, dessinais sur les lettres de ma correspondante guadeloupéenne. C’était une façon de m’occuper et de me faire apprécier pour ce que je faisais, aujourd’hui c’est une simple façon de m’exprimer, me trouver et de créer. Je trouve cela fascinant de créer, de se dire que l’on peut donner vie à des idées et les partager. Je me sens bien lorsque je crée. C’est un prolongement de moi -même.

carnets-afrique-inde-antilles_ typo_opt

© Aurélie Pedrajas

Depuis quand croquez-vous ?

On me pose souvent cette question : “Quand est-ce que vous avez commencé à dessiner ?”, ce à quoi je réponds : “ce n’est pas moi qui ai commencé, mais vous qui avez arrêté”. Tous les enfants dessinent. Il y a simplement des enfants qui ne s’arrêtent jamais, une fois adulte on les appelle “artistes”.

Mais pour ce qui est de dessiner sur un “carnet”, j’ai commencé au lycée, avec mes copines. Après le lycée on allait sur les berges du Tarn croquer. Il suffisait que l’une d’entre nous sorte son carnet pour que les autres suivent. Certains fument en bande, nous notre truc c’était l’aquarelle !

illu-bolivienne-couleur-rc_opt

© Aurélie Pedrajas

Pourquoi une publication sur internet ?

À une époque les blogs sont devenus à la mode. Je me suis dit, pourquoi pas. En fait c’est un super moyen de partager ce que l’on fait en dehors des salons et des expos, et puis cela permet de se faire connaître ! On peut aussi être en contact avec son public, et ça, ça booste ! C’est un formidable moyen d’échange. De plus cela permet aussi d’être vu dans le monde entier ! Je suis parfois surprise de voir la localisation des visiteurs de mon blog, j’en ai même vus en Mongolie ou au Khasakstan ! J’aime imaginer mes lecteurs du bout du monde. Certes cela prend du temps, mais cela permet aussi de ne pas rester isolé dans les temps de travail à la maison. Et de faire vivre l’œuvre en dehors du tiroir entre deux expos.

little-embera_opt

© Aurélie Pedrajas

Comment croquez-vous ?

Côté conditions peu importe, je m’adapte à l’environnement : debout, adossée, accroupie, assise au sol, seule, entourée de curieux… cela peut prendre quelques minutes ou des heures car souvent une fois un portrait commencé, tout le monde veut le sien ! Je prends aussi le temps de discuter et faire connaissance avec les personnes que je croque.

Côté matériel cela dépend du voyage ou de l’excursion. Si je suis amenée à beaucoup bouger je prends ce qu’il y a de plus léger : boîte d’aquarelle, trousse de crayons & stylos avec de quoi découper et coller, à la limite ou ou deux petits tubes d’acrylique pour faire des fonds, et bien sûr avec un carnet ! Enfin, côté carnet je croque surtout sur de vieils agendas vintages du début du 20ème siècle ou des vieux livres que je chine et transforme en carnets. Sinon j’en fabrique aussi avec des matériaux de récupération.

yemeni-boy-market-wadi-dhabab_opt

© Aurélie Pedrajas

Travaillez-vous sur d’autres supports ?

Oui, depuis quelques années je travaille aussi sur toile de lin.  J’ai commencé avec un projet de fresque collective avec des toiles voyageuses pour la Foire de Paris. Au début cela me paraissait très étrange car le contact avec la matière est très différent : cela boit beaucoup la peinture, cela n’est pas le même rapport. Alors pour palier à ce défaut et me sentir plus à l’aise j’ai commencé par la suite, lors d’un  autre projet  d’exposition (en 2008), à encoller des papiers anciens chinés sur toiles avant de peindre. Je me suis trouvée là. Je gardais ainsi mon identité de croqueuse et le doux contact du papier.

J’aime aussi beaucoup peindre sur du bois, souvent sur des matériaux naturels que je glane en voyage : bois de palme, canne à sucre séchée, noix de coco séchée , écorce…  cela donne du relief à l’image et un caractère moins conventionnel en plus du côté souvenir.

presentation-interieur-de-couv-carnet-Ouaga_opt

© Aurélie Pedrajas

L’objet indispensable quand vous partez en voyage ?

Mon carnet bien sûr (customisé) ! Et je dirai aussi mon feutre-pinceau à encre de chine, très pratique! Mais en dehors du carnet je dirai aussi mon appareil à photo ! Je me sens nue et frustrée sans mon appareil ! C’est complémentaire au carnet. Cela me permet de capter d’autres émotions, d’autres images et souvenirs. Je ne me vois pas voyager sans. Lors de mon dernier voyage au Brésil, je me le suis fait voler. C’était terrible, j’avais l’impression que l’on m’amputait un bras ou me privait d’un sens. Très frustrant !

linogravure_ reduitcopyright_opt

© Aurélie Pedrajas

Votre plus beau carnet ?

Ho sûrement le prochain ! Chaque carnet est unique.

Un moyen de vous retrouver ailleurs que sur Internet ?

Oui ! Prochainement, j’exposerai dans un salon de créateurs à Paris “Le soltice des créateurs” avec l’association “Ecotribu”, dans le quartier du Marais les 15 et 16 décembre (78 rue Quincampoix). J’y animerai également un atelier d’initiation pour apprendre à fabriquer un petit carnet voyageur à base de matériaux de récupération. Avis aux amateurs !

linogravureaquarelle-africaines-from-ouaga_opt-1

© Aurélie Pedrajas

Des projets pour l’avenir ?

Actuellement je collabore en partenariat pour une toute jeune entreprise de kit de voyages culinaires nommée “Kitchen trotter” pour laquelle j’ai eu un coup de coeur. Tous les mois les abonnés reçoivent un kit autour d’une destination et découvrent les produits  culinaires typiques et les recettes appropriées. Ma part du travail est d’illustrer tout ceci une fois par mois sur leur blog accompagné d’ un petit article par rapport aux produits du kit. Le voyage est aussi dans l’assiette !

Pour l’avenir, je prolonge mon travail du côté jeunesse. C’est un désir que je porte depuis le lycée, il serait temps que je me lance ! Avec une amie auteur on travaille autour de cela. D’ailleurs je collabore avec elle pour sa pièce de théâtre, côté affiche.  D’un côté général j’ai très envie de travailler avec l’édition. Et puis bien sûr, des expos, et un autre voyage prévu l’été prochain, en Afrique…

Photographie de couverture : © Aurélie Pedrajas

par La Rédaction

Vos commentaires

Très joli !

Liked the illustrations, and I will continue to focus on your blog.

Laissez un commentaire