Le Guide des voyageurs indépendants
  • Icone Facebook
  • Icone Twitter
  • Icone Instagram
Le blog > Rencontres > Stéphanie L., voyageuse, carnettiste, dessinatrice
Stéphanie L., voyageuse, carnettiste, dessinatrice

Stéphanie L., voyageuse, carnettiste, dessinatrice

Stéphanie Ledoux aime fixer ses souvenirs de voyage sur le papier d’un carnet depuis son plus jeune âge. Aujourd’hui elle continue plus que jamais à remplir des carnets (et à les partager sur son blog) mais prend aussi le temps de peindre et dessiner, entre festivals et expositions. Rencontre.

Pouvez-vous vous présenter ?

Bonjour ! Je m’appelle Stéphanie Ledoux, je suis voyageuse dessinatrice carnettiste, c’est-à-dire que j’emmène toujours dans mes bagages un carnet de croquis, qui s’enrichit au cours du périple de dessins et témoignages recueillis sur place. Ma spécialité, c’est le portrait sur le vif.

J’habite à Toulouse et quand je ne voyage pas, je peins des toiles inspirées de mes derniers voyages, ou alors je planifie le prochain départ !

Détail d'un carnet Madagascar

Détail d’un carnet Vanuatu ©Stéphanie Ledoux

Depuis quand réalisez-vous des carnets de voyage ?

Ça a commencé ado, avec une sorte de journal que je tenais à chaque fois que je voyageais avec mes parents. Avec le temps, ces carnets sont devenus des trésors familiaux où chaque souvenir cher, chaque anecdote sont précieusement archivés ! Cette habitude ne m’a plus quittée, et mes carnets se sont enrichis au fil des années d’un tas de collages, matières accumulées, croquis, peintures, etc. Aujourd’hui j’en ai plus de 60, sur une vingtaine de destinations ! Maintenant que je les montre, je tiens séparément le « journal » (qui est plutôt perso) et la partie plus visuelle, où je m’amuse à expérimenter plein de techniques.

Comment cela vous est-il venu ?

Mon premier carnet a été fait à Tahiti quand j’avais 13 ans. Je réalisais la chance que j’avais de faire ce voyage extraordinaire et, peu confiante en ma mémoire, je voulais tout fixer. Quand je le relis, ça m’amuse, je redécouvre qui j’étais à l’époque : c’est un carnet très scolaire, on dirait presque une rédaction pour le cours de Français !

Détail d'un carnet Vanuatu ©Stéphanie Ledoux

Détail d’un carnet Vanuatu ©Stéphanie Ledoux

Depuis quand sont-ils publiés en ligne ?

J’ai commencé à les partager en 2007 sur mon blog, et les bons retours m’ont donné envie de continuer.

Comment définiriez votre site/blog et son rapport avec vos carnets papier ?

Mon blog est un espace d’échange où j’ai commencé à montrer mes carnets et mes toiles, pour avoir des retours sur mon boulot. Puis un certain nombre de personnes s’est mis à le suivre. Je m’en sers aujourd’hui pour rendre compte de mes voyages, montrer les dernières toiles, mais aussi pour informer sur mon actualité, les expos, festivals de voyage etc.

Je suis nulle en infographie, donc la quasi totalité des carnets est simplement photographiée pour être partagée via l’écran. Je suis trop attachée au papier, aux textures, aux techniques traditionnelles, pour abandonner l’ « objet carnet » au profit d’images purement numériques. Je passe par l’ordinateur « par obligation », pour faire connaître mon travail, mais pour moi, rien ne remplace le plaisir d’avoir entre ses mains un carnet de voyage original, tout gondolé et rempli de textures, d’odeurs, de vécu. On perd beaucoup en numérisant les carnets.

Plusieurs carnets sur Vanuatu

Plusieurs carnets sur Vanuatu ©Stéphanie Ledoux

À côté de vos carnets et de votre blog vous avez essayé de travailler sur d’autres supports ?

Les carnets ne sont qu’une lubie que j’exerce en voyage pour me faire plaisir, mais ils ne me font pas vivre. Je les garde jalousement pour moi ! À côté de ça, j’ai une activité de peintre, j’expose des tableaux dans des galeries. Les croquis recueillis dans mes carnets de voyage sont un prélude aux tableaux plus aboutis que je peins au retour, en atelier. Je me laisse aller sur des plus grands formats, j’ai le temps de soigner des fonds en collages. J’ai du mal à me défaire du contact du papier, même quand je travaille sur toile. J’expérimente et mélange les techniques, je travaille moins dans l’urgence que sur le terrain. Et ce sont ces tableaux qui me font vivre.

Vous êtes régulièrement exposée et participez à nombre de festivals, expos, etc.

Le travail d’atelier est assez solitaire donc ça fait du bien de sortir de son trou, montrer son boulot et avoir le retour des gens.

Quant aux festivals, c’est quelque chose de plus récent. C’est un moyen super de rencontrer des gens qui ont des vies complètement dingues, toujours sur les routes, et même de grands explorateurs. Il y a souvent une ambiance très spéciale, beaucoup de stimulations dans un temps très court, et j’ai fait de très belles rencontres au Grand Bivouac d’Albertville ou au RDV du carnet de voyage de Clermont Ferrand, par exemple, l’an dernier. On revient galvanisé, remonté à bloc ! D’ailleurs à Clermont, en novembre dernier, j’ai eu le Prix du public et celui de l’écriture !

Les lémuriens de Stéphanie Ledoux

Équipement ©Stéphanie Ledoux

Quel est votre équipement quand vous partez en voyage ?

J’aimerais dire que je pars léger, mais ça m’est impossible. J’embarque plusieurs carnets (toujours différents, et un peu préparés avant), et du matériel pour des techniques rapides : crayon, sanguine, plume et encre, aquarelle. J’adore intégrer des matériaux locaux, donc je suis toujours en quête de choses à ramasser et à coller, avec une prédilection pour les papiers du pays. Journaux, vieux papiers jaunis, vieux cahiers d’écolier écrits, papier de fabrication locale, papier d’offrande… J’essaie tout et c’est parfois un désastre quand le papier n’est pas conçu pour l’aquarelle, par exemple.

J’adore visiter les boutiques de fournitures scolaires et je ramène toujours des marchandises du pays : un normographe, des pinceaux… et bien sûr les tampons, que je collectionne. J’en ai du Vietnam (en bois), de Chine (en pierre) et de Madagascar (en caoutchouc).

Comment travaillez-vous ?

Le carnet est dans le sac à dos où que j’aille, et quand je trouve un endroit qui me plaît, une scène qui m’interpelle, un visage intéressant, je dégaine les crayons !

Les dessins que je fais sur le vif sont peu aboutis, rarement mis en couleur. En réalité, ils servent surtout de prétexte à briser la glace et rencontrer les gens du pays. Et si la discussion est intéressante, ou si on m’invite à prendre le thé dans la famille, par exemple, je remise mon carnet et terminerai les couleurs le soir. Je m’autorise donc à retoucher après, je ne suis pas une intégriste du « tout fait sur place ». Par contre, je tiens un journal détaillé au jour le jour, pour tout consigner et être sûre d’avoir toute la fraîcheur du ressenti et des anecdotes.

Madagascar ©Stéphanie Ledoux

Madagascar ©Stéphanie Ledoux

Vous arrivez à voyager sans carnet à la main ?

Heu, difficilement. J’arrive à ne pas dessiner, mais ça me démange toujours d’écrire le soir le contenu d’une journée de voyage bien remplie. Toujours cette conscience que chaque moment vécu en voyage est riche et unique, qu’il faut tout absorber et que les souvenirs par la seule mémoire sont trop volatils. C’est presque compulsif !

Votre carnet de voyage dont vous êtes la plus fière ?

Peut-être celui de Madagascar. J’avais prévu, par chance, un support de carnet qui s’est associé à merveille avec ce que j’ai trouvé sur place. C’était un papier recyclé très rustique, verdâtre, que j’avais découpé à la va-vite et cousu avec de la ficelle ! Finalement, plus c’est bricolé, recyclé, fait main, et plus ça fonctionne. Rien de plus triste qu’un carnet tout neuf et tout blanc, dans lequel on n’ose rien tenter. Construire un carnet avec des matériaux de récup’ permet de se décomplexer et de tout oser, puisqu’on n’a rien à perdre !

Vos projets futurs en matière de voyage, de blogs et de carnets de voyage ?

Je viens de changer de plateforme de blog, j’avais envie de neuf après 5 ans sur l’ancien. Mon blog est désormais http://stephanie-ledoux.blogspot.fr. J’ai fait des liens vers tous mes carnets de voyage scannés.

J’ai plein de projets pour l’automne ! Le plus personnel est mon premier livre, qui s’appellera « Portraits de voyage », et qui sortira aux éditions Elytis le 4 octobre 2012. Ce sera un recueil de mes tableaux et portraits en Birmanie, à Madagascar, au Yémen et au Vanuatu.

Je participe à plein de festivals à l’automne : le Grand Bivouac d’Albertville, les RDV du carnet de voyage de Clermont Ferrand et Terres d’Ailleurs à Toulouse. Et vers la fin de l’année, une surprise télévisuelle, mais je n’en dis pas plus pour le moment !

En ce qui concerne les voyages, je m’envole pour Madagascar dans 15 jours pour prendre l’air avant l’automne de folie qui s’annonce !

par La Rédaction

Vos commentaires

J’ai vraiment un faible pour le travail de Stéphanie Ledoux, belle harmonie de couleur, de mise en page, belle sûreté dans le trait…

C’est magnifique, c’est magique! J’ai découvert ce que tu fais chez mon fils étudiant… à Toulouse par hasard par le biais de ton livre » Portraits de voyages » et du coup j’ai aussi regardé ton blog, ton peit film très émouvant avec la remise des dessins aux modèles. Ce que tu fais ( voyager, dessiner, communier avec les gens…) fait rêver. Merci. Milesker ( en basque)

je fais toujours au retour de mes voyages des « journaux de voyage » mais comment faire quelque chose de plus vivant quand on ne sait ni peindre ni dessiner??????

Bonjour
séduit par votre travail,je souhaiterai savoir si vous pourriez faire le portrait de mon compagnon comme cadeau de Noel?
Mon tel pour que n ius en convenions 0617122914
MERCI BEAUCOUP

Bonjour Jean-Philippe, nous vous invitons à la contacter via son blog. Ici on ne faisait que relayer son travail. Merci, l’équipe évasion

Bonjour,
Nous trouvons les images magnifiques et aimerions savoir si cela est possible d’en acheter. Merci

Bonjour Isabelle, vous pouvez contacter Stéphanie Ledoux directement via son blog. Merci, l’équipe Evasion.

Bonjour, depuis qq mois, je me passionne pour les puzzles 1000 pièces. La semaine dernière, je choisis mon prochain dans un magasin de jouets! Pas grand choix, le seul qui me plait c’est le Voile Bleu. Ainsi je cherche sur internet et découvre avec plaisir qui est Stéphanie Ledoux. Super ces carnets de voyages! Merci de les partager. Je comprends bien ce besoin de saisir les émotions à l’instant « t » pour lutter contre l’oubli ou l’imperfection de la mémoire. En 60 ans, j’avais conservé des écrits instantanés, des photos, des articles de journaux, des résumés de films, de bouquins, des docs administratifs « essentiels »etc…Tout ça remplissait deux malles qui m’ont suivi tout au long de mes 23 déménagements.. En retraite, revivre tous ces moments « gravés », le temps de refaire l’histoire!!

Laissez un commentaire
Vos commentaires

Bonjour, depuis qq mois, je me passionne pour les puzzles 1000 pièces. La semaine dernière, je choisis mon prochain dans un magasin de jouets! Pas grand choix, le seul qui me plait c’est le Voile Bleu. Ainsi je cherche sur internet et découvre avec plaisir qui est Stéphanie Ledoux. Super ces carnets de voyages! Merci de les partager. Je comprends bien ce besoin de saisir les émotions à l’instant « t » pour lutter contre l’oubli ou l’imperfection de la mémoire. En 60 ans, j’avais conservé des écrits instantanés, des photos, des articles de journaux, des résumés de films, de bouquins, des docs administratifs « essentiels »etc…Tout ça remplissait deux malles qui m’ont suivi tout au long de mes 23 déménagements.. En retraite, revivre tous ces moments « gravés », le temps de refaire l’histoire!!

Bonjour Isabelle, vous pouvez contacter Stéphanie Ledoux directement via son blog. Merci, l’équipe Evasion.

Bonjour,
Nous trouvons les images magnifiques et aimerions savoir si cela est possible d’en acheter. Merci

Laissez un commentaire