Le Guide des voyageurs indépendants
  • Icone Facebook
  • Icone Twitter
  • Icone Instagram
Nos Tops > 10 villes irrésistibles en Thaïlande
10 villes irrésistibles en Thaïlande

10 villes irrésistibles en Thaïlande

Mis à jour le 28 juin 2016 |
Publié le 25 mai 2016

Au fil de ses régions, la Thaïlande recèle de nombreuses cités attachantes. Traditionnelles ou modernes, voici 10 cités à ne pas manquer lors de votre séjour.

Bangkok, la frénétique

Tentaculaire, ancestrale, moderne, fascinante… les mots ne manquent pas pour décrire la capitale thaïe. Avec ses 14 millions d’habitants, Bangkok, ville de contrastes, est un incontournable de tout voyage en Thaïlande. On commence par arpenter ses quartiers historiques de Rattanakosin et Banglamphu, bordés par la rivière Chao Phraya, à la découverte de temples et musées parmi les plus riches du pays. Puis, on se perd avec délice dans le foisonnant quartier chinois, avant de se frotter aux très modernes Silom, Siam et Sukhumvit, à l’est. Une expérience unique.

Wat Arun, Bangkok

Wat Arun, Bangkok ©Perfect Lazybones/shutterstock

Hua Hin, la balnéaire

À 200 km SO km de la capitale, Hua Hin est l’une des escapades préférées des Bangkokiens. Si sa belle plage de sable invite à la baignade et aux sports nautiques, ce n’est pas le seul intérêt de la ville. On s’y rend aussi pour visiter sa jolie gare à la salle d’attente royale, faire des emplettes sur le marché de Chatchaï, admirer le palais de Klaï Kangwon et ses jardins ou profiter d’une très belle vue sur la baie du haut de la colline Takiab. Dans les environs, le palais de Maruekatayawan (à 15 km N de Hua Hin), le vignoble de Hua Hin Hills (à 35 km O de Hua Hin) et le petit port de pêche de Prachuac Kirikhan (à 89 km S de Hua Hin) sont à voir.

Ayutthaya, l’ancestrale

Fondée en 1350 par le roi U-Thong, Ayutthaya (à 86 km N de Bangkok) fût la 2e capitale du royaume de Siam avant d’être rasée par les Birmans en 1767. Restaurée avec soin, c’est aujourd’hui un site archéologique majeur du pays, inscrit au Patrimoine mondial par l’Unesco. Sur l’île artificielle centrale, située au confluent de trois fleuves, la cité antique déploie avec panache une quantité impressionnante de ruines de temples et palais, datant pour la plupart des XVe et XVIe s. On s’arrêtera plus particulièrement au sanctuaire Viharn Phra Mongkol Bopitr, qui abrite le plus grand bouddha de Thaïlande et à l’Ayutthaya Historical Study Center, qui retrace l’histoire de la ville grâce à de nombreuses reconstitutions. La ville moderne possède également des trésors, notamment l’imposant Wat Chai Watthanaram.

Statues de Bouddha, Ayutthaya, Thaïlande

Statues de Bouddha, Ayutthaya ©Sombat Muycheen/Shutterstock.com

Chiang Maï, l’authentique

Capitale du Nord, Chiang Maï (à 700 km N De Bangkok) est une ville à taille humaine très préservée, qui ravira les voyageurs à la recherche d’authenticité. Au sein des remparts de la vieille ville, le temps semble s’être arrêté : les maisons en teck côtoient les temples anciens, dont le très beau Wat Phra Singh, dans un cadre verdoyant. Elle est également connue pour être la capitale de l’artisanat, et l’on chine volontiers objets de déco (notamment de l’argenterie et des laques) et bijoux dans ses marchés et ateliers. Au départ de Chiang Maï, vous pourrez aussi partir rencontrer les éléphants dans l’un des centres de protection et conservation des pachydermes de la région.

Paï, l’écolo

Nouvellement thaï (elle n’a été rattachée au pays qu’en 1911), la petite ville de Paï est une charmante étape dans le nord du pays, à 135 km NO de Chiang Maï. Dans un cadre verdoyant de rizières, vous partirez à la rencontre de sa population musulmane d’origine chinoise dans ses guesthouses et petits cafés. Très ouverte à l’écotourisme, vous pourrez y pratiquer de nombreuses activités sportives en pleine nature (rafting, VTT, trekking à pied) et vous lancer dans des excursions à la découverte de la région et des beautés alentour (notamment les chutes de Ma Peng et les sources chaudes de Tha Paï, à moins de 10 km).

Paï

Paï ©kook03/shutterstock

Mae Hong Son, la birmane

À la frontière avec la Birmanie, à 230 km NO de Chiang Maï, se dresse Mae Hong Son, une ville entre deux mondes où les Thaïs sont désormais minoritaires face aux Shans birmans. Vous pourrez y visiter de très beaux temples, dont celui de Doï Kong Mou, dressé sur une colline surplombant la ville, et celui de Wat Chong Klang, construit en bordure de lac. C’est le point de départ idéal pour des treks et excursions dans des villages padaungs, où vivent des « femmes-girafes ».

Chiang Raï, la surprenante

Tout au nord du pays, à 185 km NE de Chiang Maï, Chiang Raï est la capitale du « Triangle d’Or », région à cheval entre la Thaïlande, le Laos et la Birmanie. On y vient pour ses quelques temples, dont le spectaculaire Wat Phra Kéo. Mais la ville est surtout le point de départ d’innombrables randonnées et excursions vers les villages des minorités des montagnes environnantes. Dans les environs, prenez-en plein les yeux au Temple blanc (à 13 km de Chiang Raï), à la fois kitsch et grandiose, découvrez le musée de l’Opium de Chiang Saen (à 61 km NE de Chiang Raï), et visitez les villages de Mae Saï (à 63 km N de Chiang Raï) et Mae Salong (à 63 km NO de Chiang Raï).

Le Temple blanc, dans les environs de Chiang Raï

Le Temple blanc, dans les environs de Chiang Raï ©Alan Kraft/shutterstock

Nong Khai, la laotienne

Reliée au Laos par le pont de l’Amitié et toute proche Vientiane, la capitale du Laos, Nong Khaï se trouve à 650 km NO de Bangkok. C’est une ville en plein développement, qui conserve cependant un charme provincial. S’étirant le long du Mékong, Meechai Rd, son artère principale, aligne maisons-boutiques et résidences de négociants aux influences chinoise et française. En plus de ses quelques temples abritant gongs et bouddhas célèbres, on s’y rend pour découvrir son impressionnant parc des sculptures, le Sala Kaeo Ku (à 3 km E de Nong Khai). Créé dans les années 1970, c’est un vaste jardin peuplé de statues en béton inspirées du bouddhisme et de l’hindouisme pour le moins… étonnantes. Inclassable, en somme !

Nakhon Phanom, le bout du monde

Située au bord du Mékong, aux confins de l’I-San, la petite ville de Nakhon Phanom (à 730 km NE de Bangkok) a comme des airs de bout du monde. Surnommée « ville des montagnes », on y découvre de jolis temples anciens en profitant de vues à couper le souffle sur le fleuve et les paysages environnants. L’influence du Laos voisin s’y fait particulièrement sentir, et l’on peut même traverser le Mékong pour se rendre à Thakhek, la ville laotienne qui lui fait face. Une fois par an, à la fin du carême bouddhique (aux alentours d’octobre-novembre), Nakhon Phanong s’anime lors de la fête des Bateaux illuminés. Dans ses environs s’élève l’un des temples plus plus vénérés de Thaïlande, le Wat Phra That Phanom (à 50 km S de Nakhon Phanom) : vieux de 1 500 ans, il abriterait une relique de Bouddha depuis le IXe s.

Phuket Town, la vibrante

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, on ne se rend pas à Phuket uniquement pour son sable fin ! La capitale de l’île (à 840 km SO de Bangkok) est une jolie ville très animée, qui porte les traces d’une histoire passionnante. En visitant son centre-ville le long de ses shophouses, maisons étroites avec boutiques au rez-de-chaussée, on part sur les traces des immigrants chinois Hokkien. Galeries et cafés arty s’y sont installés, pour des visites et pauses branchées. Autre incontournable : son gigantesque Night market aux étals colorés, où l’on trouve aussi bien de la street food à se damner que des babioles à moindre coût. Mais les plages ne sont jamais loin, et vous trouverez forcément un spot à votre goût. Les plus belles ? Naï Yang (à 34 km NO de Phuket Town), au cœur d’un parc naturel boisé, et Naithon (à 33 km NO de Phuket Town), pour amateurs de plongée et snorkeling.

Marché de Phuket Town

Marché de Phuket Town ©GARDEL Bertrand/hemis.fr

Image à la Une : maison de Jim Thompson à Bangkok ©cowardlion/shutterstock

par La Rédaction

Laissez un commentaire