Logo Guide Évasion

Le guide des voyageurs indépendants

Nos Tops > Polynésie : embarquez pour des îles de rêve
Polynésie : embarquez pour des îles de rêve

Polynésie : embarquez pour des îles de rêve

10 novembre 2016 |

Pour fêter la sortie du livre « La Polynésie française » avec The Explorers (en librairie depuis le 3 novembre 2016), nous vous proposons une sélection d’îles de rêve présentes dans le livre… En attendant de voir ces îles de vos propres yeux, place à l’émerveillement !

Lagon bleu… et sable rose à Rangiroa et Fakarava

L’archipel des Tuamotu est le plus grand de toute la Polynésie. Dans les deux plus grands atolls de l’archipel, à Rangiroa et à Fakarava, le sable se pare de reflets roses sans pareil. Le vent et les vagues qui frappent le récif et les poissons-perroquets qui broient le corail rouge réduisent ce dernier en une multitude de petites particules. L’accumulation de ces fragments colorés mélangés au sable blanc produit ce rose inimitable.

Vue aérienne de Tuamotu © Ben Thouard

Îlot dans l’archipel des Tuamotu © Ben Thouard

Le motu piscine de Raivavae

Réparties de part et d’autre du tropique du Capricorne, les îles de l’archipel des Australes sont les plus au sud de la Polynésie française. Raivavae est une île entourée d’un lagon délimité par une barrière de corail, d’où émergent vingt-huit motus dont celui de Vaiamanu. Plus connu sous le nom de « motu Piscine », il est considéré comme l’un des plus beaux du monde. C’est un lagon à l’intérieur du lagon, vierge de toute habitation…

Vue aérienne de Raivavae © Ben Thouard

Vue aérienne de Raivavae © Ben Thouard

La vague mythique de Teahupoo

Sur la presqu’île de Tahiti Iti, dans l’archipel de la société, le petit village de pêcheurs de Teahupoo est un spot de surf mondialement connu. Ici, la houle du Pacifique déferle par une brèche dans la barrière de corail et vient se heurter violemment sur le fond marin escarpé… d’où cette vague soudaine et rapide, l’une des plus techniques et dangereuses de la planète, à laquelle viennent se mesurer les surfeurs les plus aguerris.

La vague de Teahupoo © Ben Thouard

La vague de Teahupoo © Ben Thouard

Tupaï, l’île coeur

C’est du ciel que l’on apprécie ce petit atoll en forme de cœur posé sur l’océan, dans l’archipel de la société. Il n’est d’ailleurs accessible que par les airs. Outre son incroyable forme, Tupaï est doté d’un double lagon, dont les dégradés de bleus permettent d’évaluer sa profondeur. Le turquoise transparent qui couvre de quelques centimètres le sable immaculé de l’île vire à l’outremer quand les fonds marins se font plus lointains. Sur ce petit atoll désert, les oiseaux ont élu domicile en grand nombre, les tortues vertes viennent pondre en toute tranquillité et les âmes des morts, selon la mythologie polynésienne, passent avant de rejoindre le « Po », leur royaume souterrain.

Vue aérienne de Tupaï © Ben Thouard

Vue aérienne de Tupaï © Ben Thouard

Les vestiges d’une civilisation passée à Fatu Hiva

Fatu Hiva est l’île la plus isolée des Marquises. Au Nord, la vallée d’Hanavave abrite un lieu féerique et grandiose remarquablement préservé : la baie des Vierges. On dénombre aujourd’hui plus de trois cents sites archéologiques sur l’ensemble des îles Marquises : des vestiges de villages, des sites religieux, mais aussi des pétroglyphes. Ces mystérieux dessins gravés dans la roche représentent des pirogues, des poissons, des tortues… comme si les premiers Marquisiens avaient voulu nous laisser un témoignage de leur présence et de leur civilisation sur l’île.

La baie des vierges © Ben Thouard

La baie des vierges © Ben Thouard

L’arboretum de Papuakeikaa

Au nord-est de la Polynésie, à plus de 1 500 km de Tahiti, se dressent les falaises abruptes et déchiquetées de l’archipel le plus éloigné de tout continent, les îles Marquises. Ces îles volcaniques ont donné naissance à une végétation luxuriante : bougainvillées, arbres à pain, ovaho, cocotiers, pandanus, filaos, mais aussi manguiers, pamplemoussiers et bananiers ; des arbres, des fruits et des fleurs à foison qui ont séduit Léon Lichtlé, un enfant du pays devenu météorologue. En 1978, il a créé à Ua Huka l’arboretum des Marquises, où sont réunies plus d’un millier d’espèces et de variétés d’arbres, dans une véritable arche de Noé végétale de 30 ha.

L'arboretum de Papuakeikaa © Tim Mckenna

L’arboretum de Papuakeikaa © Tim Mckenna

 Image à la Une : une tortue verte © Tim Mckenna

par La Rédaction

Laissez un commentaire