Le Guide des voyageurs indépendants
  • Icone Facebook
  • Icone Twitter
  • Icone Instagram
Où partir ? > îles > Sicile : l’ascension de l’Etna
Sicile : l’ascension de l’Etna

Sicile : l’ascension de l’Etna

Mis à jour le 4 juillet 2017 | ,
Publié le 3 juillet 2017

Par Lucie, du blog Occhio di Lucie

Le plus haut sommet de l’île, avec son imposante silhouette noire que l’on aperçoit de loin en arrivant par la côte, fascine et intrigue depuis toujours ceux qui arpentent les terres siciliennes. L’Etna, surnommé la muntagna par les habitants de Catane, recouvre un vaste territoire où alternent déserts de pierre, villages noirs et terrains fertiles sur lesquels poussent les vignes et les pistaches. Partir à l’ascension de ce volcan, c’est pénétrer dans un univers unique en Europe, avec des paysages lunaires. Un véritable voyage pour lequel il vaut mieux se préparer ! Voici nos conseils pour partir à l’ascension de l’Etna et randonner sur ses cratères selon vos envies, votre niveau et vos finances.

Prévoir son équipement pour randonner sur l’Etna

Quelle que soit la forme d’excursion choisie, sachez que l’Etna est un territoire volcanique situé en altitude. Même lorsque les températures sont élevées sur les côtes, il peut faire très froid quand on grimpe au dessus des 1 500 m (jusqu’à 3 300 m pour le point culminant). Le vent et l’humidité due au brouillard peuvent surprendre ! L’idéal est donc de s’équiper d’un pantalon, d’un bon pull et, au printemps surtout, d’un coupe-vent.
Pour les chaussures, ne négligez pas une bonne paire de baskets voire de chaussures de rando si vous êtes attiré par l’ascension jusqu’au sommet. Le sol du volcan se compose de pierres volcaniques de tailles très variables, assimilables à du sable à certains endroits. Il est donc important d’avoir des chaussures qui tiennent bien au pied ! Petite astuce pour éviter de vous remplir les chaussures de gravier noir : optez pour des chaussettes montantes, qui limiteront les dégâts.
Ensuite, si vous voulez épargner votre porte-monnaie, évitez d’acheter de l’eau et des sandwichs au Rifugio Sapienza, qui grouille de boutiques chères et de mauvaise qualité. Le Rifugio Citelli, lui, propose un service de restauration d’un bon rapport qualité-prix.

etna-volcan-sicile-italie-nature

© unknown1681/shutterstock

Randonner jusqu’au sommet de l’Etna

Atteindre le sommet de l’Etna n’est pas une entreprise facile. Mieux vaut bien s’y préparer, en organisant l’ascension à l’avance, et en s’assurant d’avoir le matériel adéquat.
Déjà, il faut savoir qu’on ne peut monter au sommet qu’après la fonte des neiges hivernales, soit généralement de juin à septembre.
Ensuite, il vous faudra trouver un guide, car il est interdit de dépasser les 2 000 m d’altitude sans se faire accompagner ! Le brouillard et les crevasses deviendraient vite dangereux sans l’assistance d’un professionnel.
Si vous souhaitez passer par le Rifugio Sapienza, le plus fréquenté, nous vous recommandons les services du Gruppo Guide Alpine Etna Sud. Autre option, partir du Rifugio Citelli en compagnie des experts du Gruppo Guide Alpine Etna Nord. Ensuite, à vous de voir si vous préférez l’option à pied, en téléphérique ou en jeep… les options sont modulables et les tarifs évoluent en fonction de l’offre (comptez 35-80€/personne).

Se balader sur les cratères mineurs de l’Etna

Pas besoin de grimper jusqu’au sommet pour voir des cratères (éteints !). Pour découvrir l’atmosphère du volcan, vous pouvez effectuer des randonnées sans guide sur des sentiers noirs où pousse une rare végétation. S’il est difficile de se procurer une carte précise, on peut simplement suivre la signalisation, assez facile à repérer. Du Rifugio Citelli, part notamment un sentier menant aux Monti Sartorius, cratères ainsi nommés en l’honneur d’un géologue allemand. De nombreux chemins démarrent au pied du Monte Vetore, un autre vieux cratère.
Pour repérer les sentiers, suivez le logo du parc qui jalonne le parcours : un volcan surmonté d’un arc-en-ciel, représenté sur des carreaux de céramique posés sur des balises en pierre de lave.

etna-volcan-sicile-italie

© loneroc/shutterstock

Découvrir le goût de l’Etna dans les villages

Si vous n’êtes pas trop porté sur la randonnée, préférez la découverte des petits villages qui défient depuis longtemps le volcan. À Bronte, on se promène à pied pour admirer les maisons austères en pierre noire, les églises aux détails baroques et surtout goûter aux produits du volcan. Ici, la pistache est reine : on la retrouve dans la pâte à tartiner locale, dans le parfum des glaces et même au cœur des arancini !

Et pourquoi pas dormir sur l’Etna ?

Si vous êtes passionné par les volcans, vous pouvez envisager d’y rester pour la nuit ! Vous aurez l’avantage d’être prêt à partir plus tôt le matin, et surtout, d’assister au lever du jour sur les pentes de l’Etna, une expérience magique. Vous trouverez des hébergements classiques dans les villages, des campings durant l’été (autour de Nicolosi) ainsi que des agriturismi (l’équivalent de nos gîtes) et des refuges de montagne.
Notre conseil ? Choisir un hébergement offrant une vue dégagée, comme au Rifugio Citelli, pour admirer le lever du jour ou le coucher du soleil sur le volcan et sur la mer, au loin.

Photo à la une : Les Monti Sartorius © Wead/shutterstock

par La Rédaction

Laissez un commentaire