Îles de rêve en Thaïlande

Thailande, destination idéale de décembre

3 octobre 2011 | Destinations | ,

Par Philippe et Rénata, auteurs

Vingt ans que nous passons l‘hiver en Asie ! Et dans l’avion qui va se poser à Bangkok, c‘est toujours le même petit combat. Renata la frileuse réclame le sud du sud – les eaux sont plus limpides et plus chaudes. Et moi, je déteste les endroits surpeuplés ! Alors, quelle île de Thaïlande choisir (ko en thaï) ? Côté mer d’Andaman, à l’ouest ? Ou dans le golfe de Thaïlande, à l’est ?

Ne pas oublier la météo thaïlandaise !

A Bangkok, dans le quartier de Banglamphu, notre guest-house New Siam II concocte des transferts vers les îles. Pratique. On ouvre enfin une carte du pays devant une bonne soupe épicée. On oublie Ko Samet, au sud-est de Bangkok – tous les habitants de la capitale s‘y pressent le week-end. Vers le Cambodge, Ko Chang est attirante car montagneuse. C’est ici qu’en 2004, les survivants du tsunami nous avaient rejoints, pour se réfugier. On met aussi de côté Phuket et Ko Samui, trop bétonnées. On vérifie surtout la météo. C’est décidé ! Direction Ko Tao qui parade dans le golfe de Thaïlande.

Sur les îles thaïlandaises, le béton peut surgir…

Transfert en car, puis ferry surpeuplé d’Anglais venus pour le fun, de Scandinaves dépressifs et d’Allemands plongeurs. On a fait l’impasse sur Ko Pha Ngan réputée pour ses fêtes de la pleine lune. Très peu pour nous ! A peine débarqués à Ko Tao, on grimpe dans un « bateau-longue queue » pour accoster sur la plage de Daeng Beach. Quelle joie de retrouver nos amis Kay et Kean, un couple de Thaïlandais qui gère des bungalows simplets dominant une crique enjolivée de sable fin. Le nom du resort ne ment pas : New Heaven Huts. Par chance, un bungalow est libre. On salue au passage les cuisiniers birmans. Rassurés : le coin est toujours envoûtant. D’une année à l’autre, le béton peut surgir n’importe où !

thailande-plage-koh-tao

Plage à Koh Tao © gumuz

Que chaque jour soit le plus beau !

La semaine suivante, nous voilà à Kao Lak, côté mer d’Andaman. Le propriétaire de notre resort, d’origine chinoise, a vécu le tsunami. Fataliste : « Dés notre plus jeune âge, on nous apprend que la mort peut arriver à chaque instant. Alors, on fait que chaque jour soit le plus beau car peut-être le dernier». Belle leçon de vie !

Vers le sud : de Trang à Ko Ngai

Au sud, la ville portuaire de Trang affirme sa personnalité avec une population mélangée. Premières femmes entièrement voilées. Un vrai changement ! Plus tard, en pleine mer, une vieille coque à moteur nous vagabonde jusqu’à Ko Ngai. Les bungalows en bambou (15 euros la nuit) du Kohngai Paradise Resort regardent une crique frangée d’une belle plage de sable fin. La forêt tropicale est derrière nous. Combien de temps peut-on rester ainsi dans un tel endroit idyllique ? Nous ne sommes pas pressés d’entamer l’éternel retour à Bangkok en train de nuit depuis Trang…

par La Rédaction

Laissez un commentaire


Pour construire votre voyage

A lire aussi

Salon de la photo 2014

Demandez votre invitation
avec le code promo GDSN14