Le Guide des voyageurs indépendants
  • Icone Facebook
  • Icone Twitter
  • Icone Instagram
Où partir ? > Venise : quelle île de la lagune choisir ?
Venise : quelle île de la lagune choisir ?

Venise : quelle île de la lagune choisir ?

Mis à jour le 7 juin 2017 |
Publié le 6 juin 2017

Par Lucie Tournebize de L’occhio di Lucie

Si vous visitez Venise, vous aurez probablement envie d’aller faire un tour sur l’une des nombreuses îles de sa lagune. Qu’elle soit célèbre pour son artisanat, son charme ou sa tranquillité, chaque île a son propre style et son identité. Pour choisir laquelle (ou lesquelles) visiter, voici quelques conseils sur les plus belles des îles de Venise.

Murano

La plus célèbre des îles vénitiennes ! L’art des maîtres verriers, reconnu dans le monde entier, l’a placée sur le devant de la scène. Murano étant toute proche de Venise, on la voit déjà en marchant le long des Fondamente Nove avant de prendre le vaporetto pour la rejoindre.

Pourquoi on y va ?

Pour les fameuses fonderies où sont réalisés les plus beaux objets en verre. La plupart des fours acceptent les curieux, et vous pourrez apercevoir les ouvriers en plein travail de soufflerie ou de cuisson du verre. Si les nombreuses boutiques peuvent lui donner un côté tape-à-l’oeil, Murano est aussi à parcourir à pied pour retrouver une atmosphère très similaire à celle de Venise, le calme en plus.

Torcello

Difficile d’imaginer que cette île, assez éloignée de Venise, a été le premier lieu habité de la lagune ! Au Moyen Âge, sa population avoisine pourtant les 20 000 âmes, et rivalise avec celle de Venise. Aujourd’hui, les vastes étendue sauvages de Torcello lui donnent une atmosphère bucolique.

Pourquoi on y va ?

Avec ses quelques maisonnettes éparpillées de-ci de-là, l’île de Torcello a le charme doux d’une virée champêtre. Le long de son canal, peu de constructions. De temps à autre, un restaurant étale ses tables sur l’herbe : lors des premiers rayons de printemps, c’est le lieu idéal pour s’offrir un bon repas de poisson dans l’un des quelques établissements de l’île. Ensuite vient la promenade sur les petits sentiers de terre sablonneuse. On se retrouve seul au milieu de nulle part, entre terre et lagune. Avant de repartir, ne manquez pas la basilique Santa Maria Assunta et son campanile, qui datent du XIe s.

Basilica Santa Maria Assunta : nov.-fév. 10h-17h, mars-oct. 10h-18h. Le campanile ferme 1h avant l’église, dernière entrée 30 mn avant. Tarifs : 5 € basilique, 9 € basilique + campanile.

Maria-di-assunta-torcello-venise-italie-cathédrale

Torcello et la basilique Santa Maria Assunta © Martin M303/shutterstock

Burano et Mazzorbo

À quelques minutes de navigation de Torcello se trouve l’île de Burano. Traditionnellement peuplée de pêcheurs, elle est encore réputée pour son artisanat de la dentelle. Surtout, ce sont ses maisons colorées qui ont fait son succès mondial.

Pourquoi on y va ?

Pour se promener dans un univers pétillant qui semble tiré d’un livre pour enfants. Les teintes jaunes, vertes, roses ou bleues des façades se reflètent sur les petits canaux le long desquels se promènent des matous. Si, en saison, le flot de visiteurs peut être intense, il ne faut pas hésiter à s’écarter des voies principales : toute l’île est jolie et, le long de ses quais, on apprécie de beaux panoramas sur la lagune.

Si vous voulez éviter la foule, poussez la balade jusqu’à l’île de Mazzorbo, reliée à Burano par un unique pont en bois non-loin de l’embarcadère des vaporetto. Sur l’île de Mazzorbo, un petit parc offre une vue sur les vignes et sur l’île de Burano, avec son drôle de campanile penché.

burano-venise-italie

Les façades colorées de Burano © inobjective/shutterstock

Lido

Cette longue bande de terre et de sable sépare la lagune de Venise de la mer adriatique. Si Venise existe, c’est bien grâce à cette barrière naturelle qui crée les conditions particulières de sa lagune. Depuis le début du XXe s, l’île s’est progressivement peuplée, se dotant notamment d’un palais du Cinéma où se tient chaque année la fameuse Mostra de Venise.

Pourquoi on y va ?

Pour retrouver le plaisir de faire du vélo avec vue sur Venise ! Si les vélos sont interdits dans le centre historique de Venise, où les nombreux ponts et la foule les rendent encombrants, il sont nombreux sur l’île du Lido. Un service de location municipal et des loueurs privés proposent des formules à l’heure ou à la journée. C’est le meilleur moyen de découvrir les nombreuses maisons construites en style Liberty, ou pour longer le littoral avant de s’octroyer une pause baignade.

Lido-venise-italie

Les terrasses du Lido © Uta Scholl/shutterstock

La Giudecca

La Giudecca est-elle vraiment une île de la lagune ? Difficile, à Venise, de déterminer ce qui est île ou non. Toujours est-il que la Giudecca n’appartient pas aux 6 sestieri qui composent les quartiers de la ville, et que le seul moyen d’y accéder, c’est d’emprunter le vaporetto depuis les Zattere, ce long quai situé au sud du Dorsoduro.

Pourquoi on y va ?

Sur la Giudecca règne une atmosphère campagnarde d’un calme absolu. Peu habitée, la longue île se constitue de calle tranquilles où les habitants ont aménagés des jardins. Surtout, la vue sur la ville est incroyablement belle. Sur le quai nord, les terrasses des bars permettent de s’installer tranquillement face au canal de la Giudecca pour boire un verre en contemplant Saint-Marc, l’église de la Salute, le palais des Doges… Les amateurs de belles vues ne manqueront pas non plus la terrasse du Molino Stucky, située au 8e étage de cet hôtel luxueux. Vue imprenable garantie !

La-giudecca-basilique-redentore-venise-italie

La Giudecca et la basilique del Redentore © RossHelen/shutterstock

San Giorgio Maggiore

Sur ce petit îlot situé pile en face de la place Saint-Marc, le campanile de la basilique semble se dédoubler. Depuis la Riva degli Schiavoni, on voit déjà toute la majesté de l’île de San Giorgio. Empruntez le vaporetto pour un très bref voyage et vous êtes arrivés.

Pourquoi on y va ?

Pour une vue panoramique et originale sur la cité des Doges. Moins visité que son jumeau de la place Saint-Marc, le campanile de San Giorgio offre pourtant un panorama exceptionnel sur le Grand Canal et la pointe de la Douane toute proche. En contrebas, vous verrez aussi les jardins de la fondation Cini, que vous pourrez visiter.

Image à la Une : San Giorgio Maggiore © Kondratev Alexey/Shutterstock

par La Rédaction

Laissez un commentaire