Pixel Facebook

Le meilleur de nos guides
Les conseils des blogueurs voyage
Votre itinéraire et votre voyage sur mesure

Actus voyage > Arles, Rencontres de la Photographie 2012
Arles, Rencontres de la Photographie 2012

Arles, Rencontres de la Photographie 2012

Mis à jour le 27 novembre 2018 | , ,
Publié le 30 juillet 2012

Par Hélène Duparc, auteur de Guides Évasion

Cette année encore, je retourne à Arles. Est-ce mon intérêt pour la photographie ou mon désir jamais assouvi de cette ville qui me pousse chaque mois de juillet à faire ces 408 km d’autoroute Clermont-Ferrand-Arles ? Enfin, telle une femme amoureuse, me voici place du Forum au pied de la statue de Frédéric Mistral, le badge presse autour du cou. À moi les 43e Rencontres de la photographie !

Les fables de Sophie Calle

Dans la chapelle du Méjean, sur les bords du Rhône, je rentre l’âme légère voir ma première exposition : Sophie Calle. Elle poursuit ici son travail sur l’absence. Elle est partie à la rencontre d’aveugles à Istanbul qui lui ont raconté leur dernière image. Il y a un court texte à côté des deux photos prises par l’artiste, un portrait et la représentation du souvenir. En bas, dans l’obscurité sont projetés sur des écrans géants des vidéos en plan serré d’adultes face à la mer pour la première fois. Bruit de l’eau, dos muet et lentement, leur visage devant la caméra. Tout à coup, la vague d’émotion qui m’avait déjà assaillie devant les broderies de Douleur Exquise me submerge. Je sors sous le soleil et me mets à pleurer.

Sophie Calle

Sophie Calle a rencontré des aveugles à Istanbul.      © H Duparc

Les gitans de Joseph Koudelka

Le dédale des ruelles étroites offrent ici une ombre compacte. Je rejoins la place de la République, place centrale de la ville et cœur du festival. Un loup bleu s’abreuve à la fontaine et vole la vedette au magnifique porche gothique de la cathédrale Saint-Trophime. Les touristes le shootent sans relâche. Je file à l’église Sainte-Anne où sont accrochés pour la première fois toutes les photos en noir et blanc du livre paru en 1975 Les Gitans, de Joseph Koudelka. Il y a cette photo d’une jeune fille d’une incroyable beauté à l’arrière d’une charrette de fortune, ces enfants rieurs qui posent devant l’objectif. Misère farouche, sourire fier, liens du sang, un témoignage coup de poing sur une communauté aux marges de la société.

Jan Mulder et les mystères du Machu Pichu

Dans le palais de l’archevêché, la collection Jan Mulder qui rassemble des photographies contemporaines comme des documents d’archives donne à voir une Amérique latine plurielle, pleine d’antagonismes et de mythes. Une silhouette féminine élégante sous une allée de palmiers, avenida Arequipa à Lima (Archivo Kirchoff), deux femmes sous un arbre assoiffé au km 958 N Punto Ciego (Luz Maria Bedoya), le panoramique  Plage publique/plage Privée de Roberto Huarcaya… Et le Machu Pichu aplani !

Back to the future au Musée d’Arles antique

Un peu à l’extérieur du centre, le Musée d’Arles antique accueille une exposition « Un laboratoire des premières fois » composée à partir des fonds de la Société Française de Photographie. A côté de Jules César qui a réintégré le Musée bleu, vous pourrez voir d’autres pièces quasi-antiques : la Sainte-Famille de Nicéphore Niepce, le portrait de fillette de Nadar (1878), la tour Eiffel frappée par la foudre de Léon Gimpel (1912) et des inventions futuristes comme l’anaglyphe de Gimpel équivalent de la 3D en 1921 ou encore  le bélinographe précurseur de We Transfer !

Le parc des ateliers à Arles

Le parc des ateliers à Arles      © H Duparc

Parc des ateliers : le mannequin de Olivier Metzger

Il n’y a pas de temps à perdre. Direction le Parc des ateliers, à l’autre bout du boulevard des Lys. Une navette gratuite fait la liaison. Pendant cet intermède estival, les hangars désaffectés reprennent du service : buvette et cimaises. Les festivaliers passent d’un hall à l’autre. Impossible de tout regarder avec la même intensité. Chacun fait son parcours à sa guise, comme les petits chevaux sur un tablier. Hall 2, la mannequin d’Olivier Metzger me saisit au vol. Hall 3, telles des tragédies grecques modernes, les récits et portraits des  femmes rwandaises avec leurs enfants nés de violences sexuelles de Jonathan Torgovnik m’étreignent jusqu’au tréfonds.

Arles, Trinquetaille et La Roquette

En marge de la biennale, il y a Arles, une ville entre Camargue et Provence, qui tourne le dos au Rhône tout en l’enjambant. Les quais de la Roquette viennent d’être refaits et sont l’occasion d’une promenade le long du fleuve où passent nonchalamment les péniches. En haut, les façades aux teintes pastel et aux volets délavés dessinent contre le ciel crépusculaire une ligne irrégulière. Le petit quartier de la Roquette se poursuit à l’arrière. Les ruelles pavées se faufilent entre les rangées de maisonnettes ou d’hôtels particuliers, avec ici et là un porche rehaussé d’un blason, un chat à la fenêtre, un saint dans sa niche, des grappes de glycine. Sur la rive opposée, Trinquetaille ressemble à un village paisible. Pour échapper à la foule des estivants, on peut s’y réfugier et admirer la vieille ville en face.

Les rencontres photographiques, événement à Arles

Les rencontres photographiques, événement à Arles      © H Duparc

Pratique

Sésame : www.rencontres-arles.com

Malin. Forfait toutes expositions 35 € TTC ; tarif réduit 28€ TTC. Valable du 2 juillet au 23 septembre, une entrée par lieu. Forfait journée 27 € TTC ; tarif réduit 22 € TTC. Valable du 2 juillet au 23 septembre, une entrée par lieu. Forfait septembre 27 € TTC ; tarif réduit 22 € TTC. Valable du 3 au 23 septembre, une entrée par lieu.

Nuits arlésiennes. Hôtel Constantin. 59, bd Craponne, 13200 Arles. Tél. 04 90 96 04 05. Un charmant hôtel à deux pas de la porte de Constantin et du Rhône. L’accueil y est excellent et le prix tout doux (à partir de 56 euros la chambre double). Hôtel du Forum, 10, place du Forum, 13200 Arles, Tél. : 04 90 93 48 95. Situé sur la place centrale du cœur historique, avec son parterre de bars en terrasses, cet hôtel a le charme des établissements d’antan. Salles de bains immenses, hauteurs sous plafond, grand bar avec billard, petite piscine dans le patio. (à partir de 80 euros la chambre double).

Bonne table. Le chef Jean-Luc Rabanel a créé le Bistro À Côté à une porte de son restaurant gastronomique L’Atelier. Il propose là des plats savoureux et raffinés et des menus à des prix très accessibles. À ne pas rater : son foie gras maison, à fondre de plaisir ! Menu à 29 euros.

Laissez un commentaire