Pixel Facebook

Le meilleur de nos guides
Les conseils des blogueurs voyage
Votre itinéraire et votre voyage sur mesure

Actus voyage > Belfast, en mode Titanic
Belfast, en mode Titanic

Belfast, en mode Titanic

Mis à jour le 30 novembre 2018 | ,
Publié le 16 avril 2012

Par Annie Crouzet, auteur du Guide Évasion Irlande et prête à embarquer sur le Titanic

Belfast, la capitale de l’Irlande du Nord, où le Titanic fut conçu, construit et lancé, vient de s’offrir une attraction, un Titanicland époustouflant. 100 % high tech, chavirant au sens figuré. Prêt à embarquer pour un étonnant voyage dans le temps ? Retour assuré !

Quatre proues pour un musée hors norme

Au pied du Titanic Belfast,  je me sens toute petite. Une vraie muraille. 104 pieds (31 mètres et des poussières). Exactement la hauteur du géant des mers, légendaire, qui a sombré, il y a cent ans, le 15 avril 1912, au large de Terre-Neuve. L’édifice se dresse sur la rive droite de la Lagan. Comme prêt à prendre la mer. Scintillants au soleil, trois mille panneaux en aluminium anodisé habillent sa coque, en forme de quatre proues.  Le bâtiment est conçu, dit-on, pour recevoir en simultané 3 547 visiteurs, soit le nombre maximum de passagers que le paquebot pouvait accueillir.

Titanicland : l’odeur, les sons…

Claire, mon guide du jour, est un peu agacée qu’on prenne cette nouvelle attraction pour un musée. « It’s an interactive experience », rectifie-t-elle. On confirme : pour vous raconter le Titanic de sa conception à sa fin tragique, ce Titanicland, qui a coûté 118 millions d’euros, ne mégote pas sur les effets spéciaux.  « Les bruits, les odeurs… Tout y est ».

Let’ s go…

À bord de voiturettes électriques six places, c’est parti pour six minutes et un survol stupéfiant au-dessus du chantier naval, reconstitué, dans une symphonie de rivets (le Titanic en a consommé plus de trois millions, l’époque ignorant la soudure). Amazing !

Température polaire

Emmenez votre petite laine !  Galerie 6, histoire de vous mettre en condition, la température chute brutalement. Par une nuit sans lune, le Titanic, qui fonçait sur New York à plus de 22 nœuds (40 km/h), vient d’être éperonné par une montagne de glace, l’un de ces icebergs qui dérivent dans l’Atlantique. Le cauchemar commence, qui vous glace jusqu’aux os. Les voix des survivants (il y en eut 705), témoignages recueillis dans les années 1950, vous poursuivent.

Le Titanic à Belfast

Titanic Belfast      © TB/Christopher Heaney

Escalier mythique

Bon à savoir : certains dimanches, annoncés sur le net, on peut grimper jusqu’au sixième étage, jusqu’au « Banqueting Hall », réservé aux réceptions. Cet espace comporte  une réplique en chêne, grandeur nature du fameux escalier des Première classe, vu et revu dans Titanic, film que James Cameron vient de ressortir en 3D. En mars dernier, quarante-huit couples avaient déjà retenu la salle pour la photo de famille sur les marches lors de leur mariage. Les réservations sont ouvertes pour 2014 !

Version aristo ou version prolo

Titanic est une formidable cash machine. La petite folie du moment ? S’offrir le dernier repas qu’a pu déguster un milliardaire comme John Astor IV (propriétaire entre autres du Waldorf Astoria à New York) à bord du monstre. Nombre de restaurants ont leur menu Titanic, plus ou moins bien interprété. Foie gras, pigeon rôti au cresson, pudding Waldorf… Neuf plats au moins et parfois naufrage assuré ! Je l’ai joué « prolo » en m’embarquant dans un déjeuner façon docker au Crane View Kitchen (www.t13.tv). Bière Titanic, irish stew (ragoût) et vue imprenable sur Samson et Dalila, les grues des chantiers navals Harland et Wolff, constructeurs du Titanic.

Mes tuyaux

● Consulter www.gotobelfast.com. Les Irlandais, y compris du Nord, ont la culture discount dans le sang.

● Dans Belfast, les tours Titanic ne manquent pas. À pied (www.titanicwalk.com), en bateau (www.laganboatcompany.com). Le plus émouvant ? Avec Susie Millar (www.titanictours-belfast.co.uk), dont l’arrière grand-père a péri dans le naufrage.

● Dans tout Belfast, on ne compte plus les souvenirs estampillés Titanic. Le magnet. La casquette. Le stylo. Le savon first class. Le mug. Le plus authentique ? À la station de pompage (www.titanicsdock.com), j’ai déniché un petit morceau de bois, numéroté, avec certificat à l’appui, mais qui ne payait pas de mine. Il servait de pointeuse aux ouvriers des chantiers navals.  60 livres (dans les 73 €) quand même.

Pub à Belfast

Belfast, escale du Titanic      © Tolenga Dany, Creative Commons

Vous avez visité ce musée ? Dites le nous dans la partie commentaires !

Vous aimez cet article ? Lisez celui sur Dublin

Laissez un commentaire
Pour construire votre voyage