Pixel Facebook

Le meilleur de nos guides
Les conseils des blogueurs voyage
Votre itinéraire et votre voyage sur mesure

Actus voyage > Cannes, moteur, action !
Cannes, moteur, action !

Cannes, moteur, action !

Mis à jour le 26 novembre 2018 | , ,
Publié le 13 mai 2013

Par l’équipe du Guide Évasion

À Cannes, on associe immédiatement festival. Événement le plus médiatique au monde, il voit défiler cinéastes et acteurs pendant 12 jours depuis 1946 et récompense les films et les prestations d’acteurs du monde entier. Résolument cinéphile, j’ai décidé de partir en pèlerinage sur la route des étoiles, juste avant la grande messe du cinéma. En laissant derrière moi le quartier du Suquet, véritable cœur historique de Cannes, avec sa Tour du Suquet, le musée de la Castre (saviez-vous que c’était le premier musée de l’Homme français ?) et l’église Notre-Dame d’Espérance, je me lance à l’assaut de la Croisette. Et quand le festival bat son plein, le mot est faible.

Le palais devenu bunker

Le pèlerinage commence forcément par là, direction le palais des Festivals et des Congrès et ses fameuses marches. Sur les lieux, la déception est un peu cuisante : un espèce de bunker (c’est d’ailleurs son surnom) en béton, construit en 1983, et il fallait s’y attendre, sans tapis rouge. Tant pis, je gravis les premiers échelons (il y en a 24) vers la gloire, me jurant qu’un jour, j’y serais, affolant une horde de paparazzi d’un simple battement de cils. Le palais se visite, renseignez-vous à l’office de tourisme (tarif 2013 : 3€ pour les adultes, 04 92 99 84 22). Autre lieu à haute valeur cinéphile, l’Allée des Stars, située au pied du Palais, où les mains des plus grands acteurs du monde sont moulés dans le ciment. À mettre ses mains dans les traces des plus grands, on sentirait presque leur présence…

cannes-tapis-rouge

photo credit: thomasbonte via photopin cc     

Du palais au palace

Je parcours ensuite la longue promenade de bord de mer, le nez en l’air, architecture oblige : les stars ne s’y trompent pas, les hôtels qui forment le front de mer sont superbes. Entre le Majestic, qui date de 1926, le Carlton, construit en 1912, et le Martinez, fondé en 1929, je ne sais plus ou donner de la tête. Sur mon chemin je croise le JW Marriott, là où se tenait l’ancien palais des Festivals. J’ose à peine entrer dans le hall de ces palaces, impressionnée par tant d’histoire et de prestige. Mais que diable, suivre les traces des stars d’Hollywood a un coût.

cannes-carlton

photo credit: CarSpotter via photopin cc     

Amis New-Yorkais

Sourire du groom, signe de tête du voiturier, je fonce. Le hall est tout en dorures, marbre et bois précieux. Les fauteuils me tendent les bras, mais mon short et mon sac de plage me trahiraient. Je décide de la jouer au culot : je vais directement au comptoir et demande une plaquette de l’hôtel, « pour des amis New-yorkais », parviens-je à articuler, un sourire nerveux fixé sur le visage. Je ressors, avec l’étrange sentiment d’être suivie du regard par l’hôtesse…

cannes-croisette

photo credit: enricod via photopin cc     

Au bout de la Croisette

Je continue à avancer le long de la Croisette, qui tiendrait son nom d’une petite croix. Mon but ? Finir sur un coucher de soleil à la pointe de la Croisette, d’où l’on embrasse toute la rade et les îles Lérins au loin. Le soleil caresse une dernière fois le sable de la plage, chatouille le haut du Palais des Festivals et disparaît, pour laisser la place à la nuit et ses oiseaux, au moins aussi nombreux que ceux du jour…

cannes-nuit

photo credit: julienmagne via photopin cc     

Mon carnet d’adresses

– Pour se loger, pas la peine de rêver d’une suite au Carlton, votre banquier ne l’autoriserait pas. Essayez plus tôt La Villa Tosca, beaucoup plus intimiste et parfaitement situé.
– Pour un déjeuner sur le pouce, essayez le Biosnackeur, rue des Mimosas (inventeur des burgers bios !) . Vous avez plus de temps ? Essayer le Café du Château, rue Louis-Perissol.
– Un petit creux à quatre heure ? Filez sans hésiter chez Vilfeu, un maître glacier de génie.
– Pour le dîner, trois options : une (délicieuse) pizza de Chez Xavier, rue Marceau, une poêlée de gambas à la provencale au Marais, rue du Suquet, ou une virée au SOF (Spirit Of Food), place Gambetta, qui fait fast-food le midi mais restaurant le soir !

Enfin si vous voyagez avec des enfants, ou si vous êtes un passionné de cinéma, ouvrez les yeux et cherchez les différentes affiches qui décorent le mur de la ville : on y voit Belmondo, John Wayne, Bourvil, James Dean, Hitchcock, Marilyn Monroe, Jacques Tati, Charlie Chaplin… L’office de tourisme peut vous fournir un plan détaillé.

cannes-fresque

photo credit: Thomas Leth-Olsen via photopin cc     

Image à la Une : photo credit: <a href= »http://www.flickr.com/photos/jamiejohn/515799719/ »>jamiejohndavies</a> via <a href= »http://photopin.com »>photopin</a> <a href= »http://creativecommons.org/licenses/by/2.0/ »>cc</a>

Laissez un commentaire