Pixel Facebook

Le meilleur de nos guides
Les conseils des blogueurs voyage
Votre itinéraire et votre voyage sur mesure

Actus voyage > Drôle de Trip, voyager en s’amusant
Drôle de Trip, voyager en s’amusant

Drôle de Trip, voyager en s’amusant

Mis à jour le 26 juin 2018 | , ,
Publié le 25 septembre 2011

Ils sont deux, Antoine et Raphaël. Des potes de longues dates, partis pour un tour du monde il y a quelques années. Jusque-là, rien de particulier. Au retour il y a ce film, sans prétention, qu’ils mettent sur le net et qui connaît son petit succès. Puis l’envie, irrépressible, de repartir. Pas en simples touristes. Il faut trouver autre chose, un prétexte, une idée. Une caméra, de l’auto-dérision et d’étonnantes situations : Drôle de Trip est née. Une série d’épisodes aussi loufoques qu’indéfinissables. Une partie de cricket dans les rues de Calcutta, un jeu de piste sur l’Ile de Pâques, un cours de cuisine agité au Vietnam… A chaque lieu son scénario. A chaque site son regard décalé. Ses regards, plutôt. A deux. Toujours à deux. Ce qui donne une interview deux voix en une…

Antoine et Raphaël, votre objectif, c’était un peu plus que devous amuser en voyageant, non ?

En fait, il n’y avait pas d’émission de voyage pour les jeunes ou qui mélangeait un peu le voyage et la fiction. On voulait changer des programmes sur le voyage un peu classique qu’on voit généralement à la télévision. Donner des impressions de voyage pour des gens qui n’ont jamais voyagé. On le sait, ça ne montre qu’un aspect d’un pays -c’est très édulcoré ou cliché – mais on n’est pas là pour approfondir, on le reconnaît. C’est du divertissement et ce qu’on voulait avant tout, c’était partager notre plaisir de voyager, donner envie, être dans la bonne humeur. Dire : toi aussi tu peux prendre ton sac à dos !

Dans beaucoup d’épisodes, vous faites participer les gens. Comment vous y prenez-vous ?

On voyage comme on est : on se marre tout le temps et on a une super ambiance. Du coup, les gens suivent facilement, ça se fait naturellement. En Inde surtout, où les habitants ont un rapport à l’image très poussé, avec les Bollywood. Donc très rapidement, ils jouent le jeu. Quand on s’est mis à danser façon Bollywood dans la rue, ils nous ont suivis ! On ne leur a pas demandé de le faire, c’était spontané de leur part. Ils ont un côté délirant en plus. Le fait d’avoir une caméra aide aussi. Là-bas, dès qu’ils voient une caméra ils sont fous… et c’est très pratique ! On a aussi fait un trek de plusieurs jours au Zanskar et pour cet épisode, on a fait une chanson : le « rap du Zanskar ». On tournait le clip au fur et à mesure du trek, sans musique, à capella. On a dit au guide et aux accompagnateurs qu’on faisait un rap, qu’on voulait faire un « disco-trek ». Au fur et à mesure, ils se sont mis à chanter et danser avec nous. Et là, t’es à 4000 mètres, il fait froid, il fait -30°c et les mecs, ils étaient à fond ! C’était génial ! A la fin, ils nous ont dit que c’était la première fois qu’ils faisaient un « disco-trek » !

C’est toujours aussi facile de faire participer les habitants ?!

En fait, on adore quand ça participe mais on ne peut pas toujours. Ou ce n’est pas simple à chaque fois. A Luang Prabang, avec les bonzes, on a négocié un jour et demi pour vivre avec eux, donc ça dépend. L’Amérique du Sud, c’est des grands espaces , c’est plus contemplatif, donc plus difficile de trouver des gens. C’est plus dur qu’en Asie ou en Inde, où il y a des gens partout, tout le temps. La caméré peut donc t’ouvrir des portes, comme en Inde. Mais au Japon, les gens sont plus réfractaires et tu te fais virer ! La caméra n’est pas très discrète et on ne passe malheureusement pas assez de temps sur place pour créer une vraie relation avec les personnes. Donc c’est oui ou non. Et c’est très rapide.

Ceci dit, la caméra, c’est un bon prétexte pour voir plus de choses qu’un simple touriste…

C’est une manière de voyager hyper différente. Par exemple, on était déjà allés dans le Nord de l’Inde, avec un guide qui nous emmenait voir les spots, ici ou là. Avec la caméra, on est allés aux mêmes endroits mais on n’a pas vu du tout la même chose. On était obligés de se dire : tiens, là, on doit rencontrer un mec pour le yoga du rire, là un musicien pour nous apprendre le tablar, etc. Donc on était obligés d’aller à la rencontre de personnes ou vers des choses qu’on n’aurait pas forcément faites si on avait voyagé, comme ça. On ne serait pas allés dans certains endroits du Rajasthan, en moto, avec un turban sur la tête ! Le Zanskar ou l’Ile de Pâques, on ne l’aurait probablement pas fait. Ou encore à Kyoto, où on est allés voir une femme pour la cérémonie du thé ou l’origami. Ah, et sans Drôle de Trip, on n’aurait pas fait l’Inde avec une moustache aussi !

Justement, vous baladez en Inde, habillés à l’indienne. Puis en Amérique du Sud avec des ponchos… il n’y pas un côté un peu caricatural, là ?

Il y a un côté parodique, plutôt. Mais à aucun moment il y a un manque de respect de notre part. On joue sur les clichés mais on a trouvé un juste milieu, on se moque jamais. On est hyper-participatifs. Il faut savoir qu’en Inde, ils n’ont pas la même réflexion que nous sur cela. On s’est baladés pendant dix jours en turban et les gens pensaient qu’on allait à un mariage, qu’on était bien sapés, c’est tout. Ils ne le prenaient pas mal, ils trouvaient ça cool et disaient : « c’est génial, vous êtes à l’indienne, profitons-en et venez avec nous ! ». Par contre, en Amérique du Sud, on avait nos ponchos et là, les gens avaient plus tendance à dire qu’on était ridicules, du style : il n’y a que les « gringos » (étrangers) qui portent ça ! Là, c’est vrai, on s’est bien ridiculisés…

Et votre prochain voyage, ce sera où ?

On bosse en ce moment sur un autre projet professionnel. Si ça se concrétise, ce serait le Vietnam.
Antoine : Moi, j’aimerais bien aller à Cuba Je ne sais pas quand, ni comment. Je sais pas non plus pourquoi… Historiquement c’est intéressant, c’est pas trop grand, c’est très varié en terme d’architecture, il y a les plages…. C’est plus un côté vacances, repos.
Raphaël : Je suis allé au Kenya cet été, pour le boulot, mais malheureusement, je n’ai pas de départ prévu bientôt… J’ai pas encore de billet d’avion et ça, ça me manque !

Pour visionner tous les épisode de Drôle de Trip, rendez-vous sur le site de l’émission : Drôle de Trip

Laissez un commentaire