Pixel Facebook

Le meilleur de nos guides
Les conseils des blogueurs voyage
Votre itinéraire et votre voyage sur mesure

Actus voyage > Florent Chavouet : le Japon au bout du crayon
Florent Chavouet : le Japon au bout du crayon

Florent Chavouet : le Japon au bout du crayon

Mis à jour le 30 novembre 2018 | , , ,
Publié le 10 juillet 2011

Tantôt avec son vélo, tantôt sans. Mais toujours avec ses carnets. Quelques séjours au Japon plus ou moins longs, un goût de l’ordinaire et une certaine capacité à griffonner ces petits riens du voyage qui nous étonnent. Tout cela a fait de cet illustrateur – bien inspiré – un croqueur du quotidien nippon. Pas un spécialiste, non, mais un dessinateur au sens du détail aiguisé et à l’humour bien placé. Des scènes anodines qui deviennent essentielles, des étoiles de mer décortiquées sur le papier, des personnages attachants… Ses deux ouvrages sur le Japon* sont un condensé de constatations et d’observations inattendues qui se picorent, page après page, ou se dévorent comme des sushis, en quelques bouchées. A Tokyo ou sur l’île de Manabé Shima, le Japon de Florent ne ressemble à aucun autre.

Présente-nous ton Japon à toi…

Mon Japon à moi il est n’est pas « classique-classique » dans le sens où je ne conseillerais pas forcément d’aller dans le circuit habituel Tokyo-Kyoto-Hiroshima. Moi je dis qu’il faut se perdre, c’est ça qui est agréable. D’où mes divers voyages à vélo. Mon Japon, il est plus hors des sentiers battus, dans la petite campagne. C’est pour ça d’ailleurs que j’ai atterri à Manabé Shima. Je voulais aller sur une île japonaise. Mais des îles il y en a des milliers au Japon, alors j’ai regardé en terme de taille et d’accessibilité quel genre d’île me conviendrait. J’ai resserré mon choix et ensuite j’ai cherché l’île sur laquelle je trouvais le moins d’informations. Je ne voulais surtout pas une île où il y avait un truc à voir. C’est pas la grande aventure, mais la « petite aventure » ! Au Japon, je m’intéresse plus aux petites choses, aux petits quartiers, aux petites campagnes… parce que je me dis que d’instinct ce n’est pas là où on se tourne, quand on découvre un pays. Et puis, au final, c’est peut-être ce qui restera le moins de notre époque…

Tu es parti au moins six fois au Japon. A force, as-tu tes petits rituels, que tu retrouves à chaque séjour ?

Quand j’arrive, j’aime bien renouer le plus rapidement possible avec le quotidien très terre-à-terre du Japon, avec le truc classique des combini, ces petits magasins ouverts 24h/24 – 7j/7, par exemple. J’entre et je m’achète un petit truc à bouffer, mais de toute façon je pense que tout le monde fait pareil ! C’est inévitable. Je suis aussi très bouquins, donc j’aime bien aller dans les grosses librairies et voir les nouveaux livres, pas forcément les mangas, mais plutôt ceux qui sont visuels avec des photos, ou encore des bouquins d’architecture, des catalogues de tissus,… Et j’aime bien me faire un boui-boui. Le premier petit restaurant qui me tombe sous la main. J’y vais, je commande un truc et je constate…

Tu es parti à Manabé Shima avec l’intention de faire un ouvrage sur ton séjour. Arriver ainsi, armé de ton carnet, cela t’a servi de sésame ?

Oui ! Mais il faut dire tout d’abord que je suis resté deux mois à Manabé Shima. Personne ne reste aussi longtemps là-bas. Il y a bien quelques touristes, mais ils restent un week-end, pas plus. Donc, déjà, je dénotais pas mal et, en fait, j’étais un peu la petite attraction. Pour le dessin, ça n’a pas été facile de leur expliquer que oui, je dessine, mais pas seulement pour m’amuser, que c’est aussi pour faire un livre. Je suis donc venu avec mon premier bouquin pour leur montrer que c’était quelque chose de sérieux. Du coup, au début, les habitants voulaient me montrer et m’expliquer plein de trucs, tout le temps. Ils voulaient que je dessine tout et moi, j’essayais de leur faire comprendre « doucement, j’ai déjà plein de trucs à dessiner ! ». Donc ça compliquait un peu les choses… Mais c’est tant mieux ! Je préfère cela plutôt que le contraire ! Le dessin, en fait, ça apportait encore plus d’attraction. Quand ils voyaient leur bateau, leur maison, la journée d’hier sur le carnet ça les faisait marrer. Il y avait d’ailleurs une mamie qui voulait que je la dessine tout le temps !

Il y a des choses au Japon qui te fascinent plus que d’autres, que tu aimes particulièrement dessiner ?

Moi, je suis très bestioles ! J’adore la nature japonaise : les mantes religieuses et même les cafards, ça me fait marrer. Là-bas, les forêts, c’est limite de la jungle : ça grouille ! Si ça ne tenait qu’à moi, j’aurais fait un bouquin rien que sur la nature japonaise ! A Tokyo, à une époque, j’avais l’idée de faire un bestiaire de la ville avec tous les animaux. J’ai même trouvé des mantes religieuses dans un petit bosquet bien taillé, au milieu du quartier des affaires avec que du béton, du marbre et du verre ! Dans certains parcs japonais, il y a même des serpents qui traversent devant toi ! La même chose, au jardin du Luxembourg, c’est inimaginable… A Manabé Shima, à une époque, il n’y avait presque plus de forêts. Aujourd’hui, la nature reprend le dessus et l’été, la forêt n’est pas praticable, les sentiers n’existent plus, il faut y aller à la machette ! C’est plus humide, plus luxuriant et j’aime bien ce côté-là. Et puis je trouve cela rassurant, d’un certain côté, car tu te dis que si tu la saccages, la nature reprend le dessus. Et pourtant, ils se battent contre la nature…!

Et ton prochain voyage, ce sera où?

Je suis en train de réfléchir à un voyage, avec un copain. Ce sera à vélo parce que je trouve qu’on est plus libre : tu as du temps, tu t’arrêtes quand tu veux, tu fais ce que tu veux, tu vois des paysages que tu ne verrais pas autrement… On hésite entre retourner au Japon ou bien aller en Corée du Sud. Là-bas, il y a une grosse façade maritime avec une côté très découpée, très compliquée – comme dans la mer intérieure du Japon – et je m’imagine bien prendre des petits bateaux et aller d’une île à l’autre… J’aime bien cet esprit-là. Mais c’est pas encore fait. Peut-être que d’ici là on changera d’avis !

Pour en voir ou en savoir plus, allez faire un tour sur le (sympathique) blog de Florent Chavouet : http://florentchavouet.blogspot.com/

*Vous pouvez surtout lire ses livres sur le Japon :

Tokyo Sanpo, éd.Philippe Picquier, mars 2009
Manabé Shima, éd.Philippe Picquier, oct. 2010

Retrouvez des idées de balades et d’itinéraires dans le guide Evasion Japon.

Laissez un commentaire
Pour construire votre voyage