Pixel Facebook

Le meilleur de nos guides
Les conseils des blogueurs voyage
Votre itinéraire et votre voyage sur mesure

Actus voyage > Le voyage humanitaire : une autre idée du voyage
Le voyage humanitaire : une autre idée du voyage

Le voyage humanitaire : une autre idée du voyage

Mis à jour le 26 juin 2018 | ,
Publié le 16 novembre 2012

Par Laure, éditrice aux guides Évasion

Le voyage humanitaire est bien plus qu’un concept à la mode. Il permet de combiner l’utile — venir en aide aux autres — à l’agréable — voir du pays et découvrir de nouvelles cultures. Pour faire de cette expérience un moment inoubliable, il est important de bien identifier ses motivations et de choisir son séjour en fonction.

Le tourisme équitable

Le principe : des organismes entre agence de voyage et association (comme par exemple Ates ou Double Sens) vous proposent des séjours où la rencontre avec la populations locale est à l’honneur. Vous logez dans des endroits peu touristiques et vivez en constante relation avec les habitants, le plus souvent des villageois. Il vous est possible de contribuer à un projet humanitaire sur place, en fonction de vos compétences.
Pour qui ? Ceux qui rêvent de combiner vacances, découverte d’un pays hors des sentiers battus et rencontres avec la population locale.
Financement : vous payez votre séjour comme dans n’importe quelle autre agence de tourisme, mais votre voyage a des retombées positives sur l’économie locale.

Les Chantiers internationaux

Le principe : les volontaires travaillent en groupe à une mission d’intérêt général. Ces missions durent entre 1 semaine et 1 an et sont encadrées par des ONG ou des associations. Les thèmes sont assez variés, de l’entretien d’espaces verts à la restauration d’un monument en ruine en passant par le développement d’une action culturelle en zone rurale ou encore l’aide sanitaire auprès d’enfants.
Pour qui ? Ceux que l’humanitaire attire mais qui n’ont aucune expérience significative dans ce domaine. Pour information, sachez que la moyenne d’âge des volontaires dépasse rarement la quarantaine.
Financement : vous financer votre voyage (transport, vaccin, formalités administratives). L’association assure le gîte et le couvert.

benin-humanitaire

Petite fille vendant des bananes au Bénin
     ©  Adam Cohn

Le stage ou l’année de césure

Le principe ? En accord avec votre école ou votre faculté, vous prenez une année de césure pour effectuer une mission humanitaire ou un stage. Certains professeurs vont jusqu’à monter un projet avec leur classe. C’est le cas de Michèle Willem, professeur d’agronomie. Son projet « Agriambassadeur de l’espoir au Bénin » a été monté en collaboration avec ses étudiants et récompensé en 2012 par le Trophée du voyage humanitaire du Routard. L’idée était de creuser des puits pour éviter aux fillettes la corvée d’eau, libérant ainsi du temps pour qu’elles aillent à l’école. Au fur et à mesure, le projet a évolué et a débouché sur la construction de latrines Ecosan qui permettent de récupérer des engrais favorisant la culture des champs.
Pour qui ? Les étudiants en école d’ingénieur (agronomie, communication, commerce…), les étudiants en fac qui souhaitent s’ouvrir à l’international (master coopération ou relations internationales).
Financement : certaines écoles vous aideront à trouver des aides ou des bourses de volontariat, voire financeront une partie de votre voyage.

En solo, par le biais d’une ONG

Le principe ? De nombreuses ONG vous offrent la possibilité de participer activement à la défense de leur cause. Un entretien et une journée de formation (au minimum) sont obligatoires. Votre mission peut se concentrer sur quelques semaines ou plusieurs mois. Bien qu’il soit préférable d’avoir des compétences en lien avec la mission que l’on souhaite effectuer, sachez que certains programmes valorisent plus votre motivation que vos acquis (Project Abroad par exemple).
Pour qui ? les baroudeurs qui ont envie de découvrir un pays autrement.
Financement : vous prendrez normalement tout en charge. A vous d’effectuer des démarches pour trouver des bourses.

humanitaire

Eloïse Mercier, stagiaire française avec un enfant et une dame de l’ONG française « Bambins des bidonvilles »
     ©  France Diplomatie

Monter votre projet humanitaire

Le principe ? Il n’y a pas de règles ni de cadre préétabli. Vous avez une idée, une envie. Le tout est de se lancer comme ces quatre jeunes Toulousains qui ont monté le projet « Passager du monde« . Ils ont entre 19 et 22 ans et rêvent de voyager six mois dans différents pays. Dans chaque lieu, ils réaliseront des reportages et des clips vidéos immortalisant des traditions et pratiques culturelles locales (surtout des chants et des musiques). Ces différents supports seront ensuite diffuser pour encourager les gens à partir et à soutenir des causes humanitaires. En parallèle, ils se proposent de distribuer différents équipements aux associations et missions locales.Leur blog leur sert de plateforme pour plébisciter leur action.
Pour qui ? Les voyageurs patients et plein d’initiatives.
Financement : vos économies, vos proches, des mécènes ou des bourses. Il faut frapper à toutes les portes.

Vos commentaires

Merci pour ces conseils. ça fait un moment que j’y pense. Quelqu’un a t-il des expériences à partager avec moi?

Merci pour cet article fort intéressant et pour lequel on trouve difficilement des infos sur Internet !
Pour ma part je suis allée en voyage humanitaire au Togo avec l’association environnementale ADT Togo (Amis de la terre), que j’ai connu via volontariat.org (site très séieux).
Je garde un très bon souvenir de ce voyage !

Merci Gwen !

Laissez un commentaire
Vos commentaires

Merci Gwen !

Merci pour cet article fort intéressant et pour lequel on trouve difficilement des infos sur Internet !
Pour ma part je suis allée en voyage humanitaire au Togo avec l’association environnementale ADT Togo (Amis de la terre), que j’ai connu via volontariat.org (site très séieux).
Je garde un très bon souvenir de ce voyage !

Merci pour ces conseils. ça fait un moment que j’y pense. Quelqu’un a t-il des expériences à partager avec moi?

Laissez un commentaire