Pixel Facebook

Le meilleur de nos guides
Les conseils des blogueurs voyage
Votre itinéraire et votre voyage sur mesure

Actus voyage > Nus & Culottés – première partie
Nus & Culottés – première partie

Nus & Culottés – première partie

Mis à jour le 26 juin 2018 | , ,
Publié le 22 septembre 2012

Si vous croisez deux énergumènes qui se baladent nus à la recherche d’un toit où passer la nuit, ne partez pas (tout de suite) en courant, c’est peut-être Nans et Mouts de la (géniale) émission Nus & Culottés ! On a été à leur rencontre pour une itw… nature.

Pouvez-vous vous présenter ?

Nans : je viens de Grenoble, j’ai donc grandi au milieu des montagnes et j’ai toujours évolué dans un milieu de sports et de nature. J’ai ensuite fait l’INSA (Institut National des Sciences Appliquées), où nous nous sommes rencontrés.

Mouts : je viens pour ma part de la campagne, et j’ai moi aussi baigné dans un univers centré sur la protection de l’environnement, le sport et l’écologie. Je me suis découvert très tôt un intérêt pour les techniques de construction avec un minimum de moyens. Du coup, l’INSA m’a offert une formation en génie civil, les débuts de l’éco-construction.

DSC00011-Objectif-Maroc-Bonne-Pioche-Nans-Mouts_opt

Objectif Maroc      ©  Bonne Pioche / Nans & Mouts

D’où vient cette idée ? Pourquoi partir nus ?

Cette idée part en fait de plusieurs expériences que nous avons chacun vécues, soit de notre côté, soit ensemble : nous avions chacun expérimenté le stop, pour rentrer chez nous par exemple, et avions en commun le goût du voyage. Qui plus est, nous sommes tous deux partis en voyage sur le continent américain, l’un (Nans) pour éprouver et découvrir de nouvelles techniques de constructions durables, l’autre (Mouts) pour rencontrer les acteurs du développement durable dans ces pays. Le voyage à deux nous est alors apparu comme une évidence, en stop bien sûr, sans argent, car on s’est rendu compte que plus notre sac était vide, plus le voyage était intéressant. Et en le poussant à l’extrême, partir avec absolument rien sur le dos, avec la volonté d’unir les hommes plutôt que de les diviser, partager sur ce qui rassemble.

Notre premier défi fut de rallier la Drôme à Paris, et d’y arriver en décapotable rouge pour finir en boîte de nuit. Malgré la courte distance, le voyage s’est révélé incroyable, et les rencontres que nous pensions impossibles en France ont malgré tout eues lieu. Ont suivi deux autres voyages sans vêtements, après une formation auprès de Kim Pasche pour la survie en pleine nature et apprendre à construire tout en partant de rien. Mais on s’est vite rendu compte qu’en milieu urbain les gens étaient différents, plus méfiants.

DSC00047-Objectif-Auvergne-Bonne-Pioche-Nans-Mouts_opt

Objectif Auvergne      ©  Bonne Pioche / Nans & Mouts

Comment choisissez vous les destinations ?

On vous répondrait bien par un lancer de fléchette sur une carte, ce ne serait pas tout à fait faux ! Le hasard joue beaucoup, on trouve nos destinations sur des idées spontanées. On évite les trop grandes distances pour privilégier les rencontres, on s’impose certaines conditions (être à 2/3 km de la première maison pour commencer, se laisser 24 h pour aller à la rencontre des gens..) et surtout – on le dit dans nos émissions – le but ultime est de réaliser des rêves de gosses. Toutefois, il faut que ces rêves puissent être partagés avec les gens que l’on rencontre, pour pouvoir les impliquer. Si vous allez voir un fermier et vous lui dites que vous avez envie de repeindre la tour Eiffel en bleu, ça risque de faire flop. Alors qu’un tour en montgolfière au dessus de l’Auvergne lui parlera certainement plus…

Comment réagissent les gens en vous voyant ? Vous ne passez pas trop pour des fous ?

Les gens sont vraiment surpris, mais ils ne nous prennent pas pour des fous. Notre démarche est sincère, nous ne voulons de mal à personne. Notre sourire est communicatif, nous voulons nous livrer tel quel, abaisser nos défenses dans une recherche d’authenticité et de vérité. Nous cherchons absolument à éviter la peur. Nous arrivons sans jugement ni critique et une grande partie de notre message passe par la communication non verbale.

DSC00050-Objectif-Auvergne-Bonne-Pioche-Nans-Mouts_opt

Objectif Auvergne      ©  Bonne Pioche / Nans & Mouts

Que leur offrez-vous en contrepartie ?

C’est assez varié et pas forcément matériel : d’abord on leur offre une présence, un changement dans leur emploi du temps. Ensuite, un échange de point de vue, parfois un coup de main, de l’aide pour des travaux, du jardinage, de l’entretien, ou – mais pas systématiquement – des cadeaux, fait main ou venant d’ailleurs, ce qui amène une réflexion sur le don et sur le troc. Du fait que nous sommes en fin de la chaîne du don, c’est parfois difficile à assumer. Surtout face à ceux qui donnent beaucoup, car on a pas grand chose à donner en retour ! Quelques origami, une écorce de bois sculptée… On organise aussi des jeux mais qui sont rarement filmés, car c’est difficile à saisir au vol.

Nus-Culottes-Objectif-Hollande-Bonne-Pioche-Nans-Mouts_opt

Objectif Hollande      ©  Bonne Pioche / Nans & Mouts

Comment ont réagi vos familles et vos amis ?

Ça s’est fait progressivement ! Les premières réactions étaient contrastées : certains ont trouvé ça fou, d’autres ont pensé que ce serait marrant, d’autres encore que c’était risqué… Les parents par exemple ne voyaient pas ça d’un bon œil ! Mais ce sont les premières images qui ont aidé énormément : en montrant l’ouverture et la gentillesse des gens, la volonté d’aider de chacun, elles ont appris la confiance en l’autre. On leur a expliqué notre démarche, notre volonté de remettre le voyageur à sa place dans la société, d’en faire un pèlerin porteur d’idée, un colporteur d’informations et d’opinions. Car le voyage est selon nous très différent du tourisme, c’est une philosophie en soi. Partir nus c’est mettre un pied dans l’inconnu.

NC6-Objectif-Corse-Bonne-Pioche-Nans-Mouts_opt

Objectif Corse      ©  Bonne Pioche / Nans & Mouts

Qui sont les gens qui vous acceptent ? Ceux qui vous refusent ?

On ne peut pas faire de typologie de ceux qui nous prennent en stop et de ceux qui nous hébergent. Mais certains traits assez drôles reviennent : 75 % des gens qui nous prennent en stop sont fumeurs, les femmes qui s’arrêtent sur le bord de la route sont généralement dans le social, l’hospitalité est plus accrue en milieu rural… Mais tout dépend de l’approche, du temps accordé, il faut lâcher prise et ne pas forcer.

Comme disait Gandhi : « Sois le changement que tu veux voir dans le monde ». Donc pour avoir des interlocuteurs ouverts, il faut être soi-même ouvert…

La suite de l’interview de Nans et Mouts de Nus et culottés.

Vos commentaires

Très chouette article ! Bravo à la rédaction et aux deux aventuriers !

Ils sont genaiux, je les adore perso ^^

oui nous aussi ! Merci Aurélie

Laissez un commentaire
Vos commentaires

oui nous aussi ! Merci Aurélie

Ils sont genaiux, je les adore perso ^^

Très chouette article ! Bravo à la rédaction et aux deux aventuriers !

Laissez un commentaire