Pixel Facebook

Le meilleur de nos guides
Les conseils des blogueurs voyage
Votre itinéraire et votre voyage sur mesure

Découvrir Etats-Unis

Actus voyage > L’ Ouest américain, ses parcs et… ses Indiens !
L’ Ouest américain, ses parcs et… ses Indiens !

L’ Ouest américain, ses parcs et… ses Indiens !

Mis à jour le 5 décembre 2018 | , ,
Publié le 24 avril 2011

Par Pascale, auteure du Guide Evasion Parcs de l’Ouest américain

Pascale est une baroudeuse. Une vraie. Pas un continent qui ne lui ait échappé. Et surtout pas l’Amérique du Nord. Il y a quelques mois, cette auteure de guides a mesuré pour nous l’étendue des terres ouest-américaines. Elle nous livre ici sa vision d’une Amérique que l’on croirait parfois sortie d’un film…

Votre Ouest américain, à quoi il ressemble ?

Tout d’abord, c’est celui de premier contact avec ce territoire. C’étaient les westerns et les séries TV, genre Au nom de la loi, qu’on regardait en famille quand j’étais gamine. Mes héros s’appelaient Steve Mc Queen, Yul Brynner, Clint Eastwood… Et quand on jouait aux cow-boys et aux Indiens avec les copains, on préférait tous faire les cow-boys ! Consciemment ou inconsciemment, c’est cette part de l’enfance que je retrouve dans les décors de l’Ouest. Quand je descends le Colorado en kayak, quand je me balade à cheval entre les aiguilles de Bryce Canyon ou quand je me retrouve nez à nez avec un bison à Yellowstone, je me fais mon film : je surveille les sommets au cas où les apaches nous tomberaient dessus pour me ficeler comme un saucisson derrière la prochaine arche… Immature ? J’assume !

Vous y êtes allée plusieurs fois. A chaque séjour dans l’Ouest, vous devez avoir vos rituels, non ?

Quand je retourne aux US, et notamment dans l’Ouest, je fonce vers la première steakhouse digne de ce nom : je l’avoue, je craque total pour un vrai T Bone steak à la mode US, avec une patate au four/cream cheese et une pinte de bière. Et j’ai aussi un petit faible pour les pies maison, servies tièdes, avec une grosse boule de glace. En passant, je recommande vivement d’aller tester les nouvelles micro-brasseries, qui ont poussé partout dans l’Ouest : le cadre est généralement sympa (moitié western, moitié loft) et on goûte des bières locales aux noms rigolos…

Avez-vous vu des changements, au fil des voyages ?

Oui et j’aime assez l’évolution des mentalités : les gens, dans l’Ouest, sont de moins en moins ploucs style cow-boy de base. On y croise plein de jeunes sportifs(ves) qui connaissent bien leur terrain de jeu, des artistes bohêmes et un peu allumés qui prennent conscience qu’il faut protéger la nature, des jeunes indiens qui ont fait des études… Le vrai changement, c’est la reconnaissance de la nature. De sa valeur. C’est particulièrement sensible dans les zones des parcs nationaux.

On imagine les habitants très isolés. Est-ce notre imagination ou la réalité ?

Dans l’Ouest, on roule parfois des kilomètres avant de tomber sur un petit ranch posé au bord d’une rivière, et on se dit : tiens, je referais bien ma vie ici ! Et justement ça tombe bien, le petit ranch fait aussi guesthouse. Si on se pose quelques jours, on tombe le plus souvent sur des gens très sympas : ils sont prêts à vous embarquer pour une partie de pêche à la truite dans le lac d’à-côté, à vous emmener camper dans leurs coins secrets ou à vous donner la recette des muffins aux myrtilles. Ces gens-là ne sont ni des pionniers ni des cow-boys : ils roulent dans des gros 4×4 et ont des maisons ultra-confort et suréquipées. Ils peuvent même travailler à distance pour des grosses boîtes… Mais ils connaissent bien leur coin et ils sont prêts à échanger. Quand c’est possible, il vaut toujours mieux aller vers ce genre d’endroits.

Les parcs américains sont nombreux et immenses. Certains ont-ils vos préférences ?

On garde un bon souvenir d’un parc quand on y a fait quelque chose de marquant, d’un peu différent : une balade qui donnait le vertige, un petit spot camping vraiment chouette. Ce sont des « flashs » : moi je me souviens avoir partagé mes noisettes avec un petit écureuil au sommet des falaises de Zion, d’avoir trouvé une vraie pointe de flèche indienne dans un canyon de Capitol Reef ou d’avoir rempli ma gourde directement à un petit geyser de Yellowstone. Le truc, c’est de fuir autant que possible les zones touristiques des parcs (le Visitor Center, la boutique, les lodges, les points de vue les plus courus) et de s’enfoncer dans le décor. En marchant sur les trails, par exemple. En résumé, je n’ai pas de préférence pour tel ou tel parc, j’ai des préférences pour certains moments vécus.

Votre dernier voyage dans l’Ouest date d’il y a quelques mois. Il y a un moment particulier qui vous a marquée ?

Je me rappelle cette balade avec un guide dans un canyon de Capitol Reef NP, en Utah : le gars était tellement sympa et détendu qu’à un moment, je lui ai demandé ce qu’il pensait des Mormons. En fait il était Mormon ! Il n’a pas essayé de me convertir, mais il m’a emmené voir un spot secret à lui : une falaise avec un signe étrange gravé en hauteur. On aurait dit une trace de luge géante, qui aurait tourné comme pour s’arrêter. Lui y voyait la marque de dieu, bien sûr, et moi je cherchais des explications géologiques. On a eu un beau débat métaphysique !

Et votre prochain voyage, c’est où ?

Ce sera l’île de la Réunion. J’ai prévu un trek de quelques jours dans les cirques de Mafate/Salazie/Cilaos… J’ai envie d’aller voir les cascades de près, de me plonger dans ce décor grandiose, perdu au milieu de l’océan indien, de m’immerger en pleine nature…

Et vous, vous êtes déjà allé dans l’Ouest américain ? Racontez, vous aussi, vos souvenirs et anecdotes !

Retrouvez les conseils et idées de balades de Pascale Desclos dans le guide
Evasion Parcs nationaux de l’Ouest américain
.

Laissez un commentaire
Pour construire votre voyage