Pixel Facebook

Le meilleur de nos guides
Les conseils des blogueurs voyage
Votre itinéraire et votre voyage sur mesure

Actus voyage > Rencontre avec Léon de Keep calm and have krisprolls
Rencontre avec Léon de Keep calm and have krisprolls

Rencontre avec Léon de Keep calm and have krisprolls

Mis à jour le 26 juin 2018 |
Publié le 9 novembre 2013

Rencontre avec Léon Fuchs qui est tombé sous le charme de la Suède et plus généralement des pays nordiques. Il raconte son expérience dans un blog dont le nom est déjà un voyage Keep calm and have krisprolls. Il y parle de sa vie en Suède, de la culture des pays nordiques, de son combat pour la Laponie. Un jeune homme passionnant, enthousiaste et plein d’humour.

Peux-tu te présenter brièvement ?

Salut, je m’appelle Léon et je suis originaire d’Alsace. Je vis depuis maintenant plus d’un an en Suède. Tout a commencé par un échange Erasmus à Växjö, en Suède, en septembre 2012. Je ne savais pas trop à quoi m’attendre, même si j’en connaissais déjà un paquet sur la culture suédoise et scandinave. Une fois sur place, rapidement, je me suis senti bien. Comme chez moi après seulement quelques mois. Depuis, je voyage un peu partout en Scandinavie, du Nord au Sud et d’Est en Ouest et je rencontre des gens extraordinaires. C’est clair, je n’ai plus envie de repartir, mais j’ai envie de raconter mes expériences.

Keep calm and have krisprolls ? Cela t’est venu comment ?

Pour être honnête, ce n’est pas mon idée mais celle d’une amie. Elle a eu du flair sur ce coup là. Mais le pire, et je vous assure que c’est vrai, les Krisprolls, c’est assez rare en Suède, j’ai mis des mois à en trouver. Bien sûr, ils ont des équivalents, mais très peu. Tellement peu qu’un jour, une amie suédoise m’a demandé ce que c’était un Krisprolls. Une locale, une fille du pays. Ce jour-là, j’ai souffert.

suede

Oland en Suède      © Léon Fuchs

Deux mots qui te viennent immédiatement à l’esprit quand on te dit Scandinavie ?

Nature : En Suède par exemple, le territoire est composé de 50% de forêts et de 10% de lacs. La densité de population est faible, la nature fait partie du quotidien. C’est une nature très diverse de par ses paysages, sa faune et sa flore. De quoi satisfaire tous les goûts.
Mentalité : C’est un peu cliché, mais la mentalité nordique est vraiment quelque chose de particulier. C’est assez difficile à saisir, mais disons que c’est une question d’ouverture d’esprit, de respect, d’égalité, de modestie et de confiance. La vie en société est différente, les gens font plus d’efforts pour améliorer les choses. Pour donner un exemple, à Copenhague l’hiver dernier, j’ai à peine eu le temps de sortir un plan qu’un passant s’était déjà arrêté pour me proposer son aide. Vous imaginez la même scène à Paris ? Cependant les choses évoluent et changent aussi dans les pays nordiques qui subissent l’influence de la mondialisation. Les particularismes s’estompent et c’est peut être dommage.

Raconte-nous une coutume, une habitude qui t’a dérouté quand tu as découvert ces nordiques ?

Je crois qu’il est temps de parler de la fête du hareng fermenté (Surströmmingfest). Sérieusement, pourquoi font-ils cela? Le concept est simple : manger du hareng fermenté. Cela sent tellement fort qu’il est conseillé de faire ça à l’extérieur, peu importe la météo. Au niveau du goût, faut s’accrocher, même s’il faut reconnaître que l’odeur s’estompe un peu quelques minutes après l’ouverture du paquet. Heureusement il reste le schnaps pour se rincer la bouche après. Ils sont fous ces suédois, mais pas tant que ça.

fete suede

Une fête suédoise      © Léon Fuchs

À la lecture, de ton blog, on voit bien que tu es totalement fan du Grand Nord, mais dis-nous, il y a bien quelque chose que tu n’aimes pas quand même ?

Oui, bien sûr, j’adore cette région mais tout n’est pas non plus parfait.  Quelques bémols :
– les heures d’ouverture des banques et autres services en Suède ont de quoi déstabiliser. A 16h, voir 17h à tout casser, c’est fermé, et je ne parle pas du vendredi après-midi. Une banque qui ferme à 15h le vendredi après-midi, c’est même normal.
– le respect des règles : les Scandinaves respectent tellement les règles que cela peut parfois devenir un peu absurde. Quand il y a une règle, peu importe laquelle, on la respecte et on se tait.
– la langue : si je ne me débrouille pas trop mal en suédois, j’avoue, j’ai tout même un accent. Du coup, il arrive encore que les Suédois me répondent en anglais. C’est parfois un peu embarrassant et cela n’encourage pas toujours à pratiquer.
– l’américanisation omniprésente : c’est génial d’un côté, car les jeunes sont tous bilingues, mais d’un autre côté, c’est vraiment pesant. C’est « How I met your mother? », Iphone et Converse à volonté. Très mainstream et pas très original. Bien sûr, il ne faut pas généraliser, mais la tendance à l’uniformisation est forte.

Leon Fuchs

Leon Fuchs     

Pour les néophytes, la Suède, la Norvège, le Danemark, la Finlande… C’est un peu blanc bonnet et bonnet blanc, mais pour un connaisseur comme toi, y a-t-il des particularités?

Petite précision d’usage : au sens très stricte, seules la Suède et la Norvège sont situées sur la péninsule scandinave et sont donc considérées comme scandinaves. Très souvent, on ajoute le Danemark du fait d’une histoire et d’une culture communes. Et au sens large, on parle alors de Fennoscandie, on peut inclure la Finlande, l’Islande et les Îles Féroé.
Parmi les 4 pays cités dans la question, je pense que la Finlande est le pays le plus différent à cause de sa culture et de sa langue particulière (finno-ougrienne). Elle a toutefois avec la Suède une histoire partagée et une forte solidarité. Le Danemark, quant à lui, est vu différemment par les Scandinaves du fait de sa proximité avec l’Allemagne et de sa petite taille.
La Norvège est clairement plus riche. Le niveau de vie est élevé et les prix sont assez impressionnants. Une bière dans un bar ? 10 euros.
C’est discutable de nos jours mais globalement, la Norvège semble un peu plus traditionnelle là où la Suède paraît plus créative. La Suède est souvent présentée comme ayant une histoire plus influente et une culture plus riche, notamment au niveau de la littérature, de la musique et du cinéma.
Il existe quelques rivalités entre la Suède et la Norvège, un peu comme entre la France et la Belgique. Les taquineries ne manquent pas. Les norvégiens sont souvent présentés comme rustres, descendant de la montagne et clairement stupides. Vous voulez une blague norvégienne ? “Comment dites-vous génie en Norvège?” “- Un touriste”…

La Suède en hiver, prise dans la glace © Léon Fuchs

La Suède en hiver, prise dans la glace      ©  Léon Fuchs

La situation de la Laponie est préoccupante, tu en fais écho sur ton blog, qu’est ce que te touche particulièrement dans cette région ?

Tout d’abord, merci de me laisser m’exprimer sur le sujet, ce n’est pas toujours facile. Ce qui m’affecte, c’est le non respect de la culture same (les Lapons) et de la nature. Les Sames sont exemplaires à mes yeux, ils vivent en relation avec la nature depuis des millénaires. Ils n’ont jamais été en guerre. Le mot guerre n’existe même pas dans le vocabulaire same, c’est dire. Et pour autant, ils ne sont pas respectés par le gouvernement suédois qui pense au profit à court terme. Le problème, ce ne sont pas les mines mais la façon dont tout cela est fait. Cela m’a touché plus vivement que je ne l’imaginais et j’ai eu envie d’en parler parce que les informations en français manquent. La Laponie, c’est le dernier endroit sauvage d’Europe, c’est un autre monde, c’est l’élevage de renne, les lacs gelés, les aurores boréales. Il faut ouvrir les yeux, réaliser. La mobilisation s’amplifie et est vraiment la plus importante des dernières années. Mais pour qu’il y ait une chance que cela aboutisse, il faudrait que le mouvement tienne jusqu’aux élections de septembre 2014. « Quoi qu’il en soit, on peut présumer que les forages qui mitent les derniers espaces sauvages d’Europe seront un jour considérés comme des monuments à la bêtise de l’espèce humaine » (Presseurop,14 octobre 2013).