Pixel Facebook

Le meilleur de nos guides
Les conseils des blogueurs voyage
Votre itinéraire et votre voyage sur mesure

Découvrir la Guadeloupe

Nos destinations > îles > Guadeloupe : si vous aimez
Découvrir la Guadeloupe

Guadeloupe : si vous aimez

Mis à jour le 30 novembre 2018 | ,
Publié le 10 juillet 2015

La Guadeloupe a de multiples visages : sportive, culturelle, gastronomique ou festive, chacun y trouvera son bonheur ! Afin de vous inspirer, nous vous proposons une série d’idées classée par thème dans lesquelles vous pourrez piocher pour organiser vos vacances selon vos goûts.

Les randonnées

Elles représentent, avec les activités nautiques, la pierre angulaire du tourisme de Guadeloupe. Le Parc national de la Guadeloupe entretien environ 150 km de sentiers sur les 300 km existants et un grand nombre de rivières à traverser à gué ou sur pont suspendu. Les chemins de la route de la Traversée, les chutes de Carbet, les volcans de la Soufrière et de la Citerne, le sentier du Pas-du-Roy, les traces de Sofaïa-Baille-Argent et des Contrebandiers sont les randonnées les plus connues de la Basse-Terre. Il y a aussi des randonnées plus sportives, comme les remontées de rivières sur la côte-sous-le-vent.

Avoir les pieds dans le sable

La multitude de plages n’a d’égale que leur diversité. La Grande-Terre compte des plages de sable blanc alors que la Basse-Terre abrite plusieurs plages de sable noir. Pour notre sélection des plus belles plages, voir aussi notre rubrique Plages et farniente. Vous pourrez aussi vous baigner près des îlets : îlet du Gosier, au large du bourg du Gosier, îlet Caret, réserve du Grand-Cul-de-Sac marin, îlet Rousseau, face à Vieux-Bourg-Morne-à-l’Eau, ou îles Pigeon, face à Malendure.

île du Gosier, Guadeloupe

île du Gosier, Guadeloupe      © Oliver Hoffmann/Shutterstock

Les paradis verts

Des circuits organisés dans des parcs aménagés vous permettront de découvrir la flore et la faune. Valombreuse, le jardin d’Eau et le jardin botanique de Basse-Terre sont des jardins d’agrément et d’essences rares. Plus pédagogiques, le parc paysager de Petit-Canal ou l’écomusée Créole-art sont des conservatoires de plantes. Dernier-né des jardins créoles, le jardin Alexina ressuscite la tradition des cultures vivrières au cœur du Gosier.

Glisser sur la vague

Une mer à 27°C et des vents omniprésents font de la planche à voile et du kite-surf des sports à la portée de tous. La côte est s’avère idéale : Le Gosier, Sainte-Anne et Saint-François offrent de solides infrastructures et proposent des balades en scooter des mers. Les surfeurs expérimentés iront au spot du Moule, les autres à Saint-François. Les sites de plongée sous-marine sont nombreux, notamment dans les réserves marines de Cousteau en Basse-Terre, de Saint-Martin et de Saint-Barthélémy.

Kite-surf dans le lagoon de Saint-François, Guadeloupe

Kite-surf dans le lagoon de Saint-François, Guadeloupe      © SOBERKA Richard/Hemis.fr

 

Les volcans et bains thermaux

L’activité volcanique est concentrée à la Soufrière. Des fumerolles et un paysage lunaire accompagnent les grondements du cratère sud. Le volcan de la Citerne est aussi un but de randonnée intéressant. Baignez-vous dans les eaux chargées en minéraux des Bains-Jaunes, près du sentier qui mène à la Soufrière, des bassins de Dolé ou au bout de la route de Sofaïa.

Faire la fête

C’est dans la région du Gosier que la fête est accessible à tous. Pour les fêtes du carnaval, on court les vidés avant et pendant les jours gras. Fêtes de commune, courses cyclistes et l’arrivée de la Route du Rhum sont autant d’occasions de s’amuser. Les communes ont également créé leurs événements : fête de Poisson et de la Mer à Saint-François, fête du Ouassou à Pointe-Noire, fête des Marins à la Désirade ou à Terre-de-Haut. Guettez-les dans le journal local car leurs dates sont variables.

Carnaval, Le Moule, Grande-Terre, Guadeloupe

Carnaval, Le Moule, Grande-Terre, Guadeloupe      © POMPE Ingolf/Hemis.fr

L’art et l’histoire in situ

Le musée Saint-John-Perse, à Pointe-à-Pitre, rassemble les souvenirs du poète natif de la Guadeloupe. Le musée Schœlcher, également à Pointe-à-Pitre, évoque le souvenir du grand abolitionniste. Les deux fort Louis-Delgrés et Fleur-d’Épée donnent des précieux renseignements sur les guerres coloniales du XVIIIe siècle et du début du XIXe siècle. Le patrimoine lié à la culture de la canne à sucre est visible au travers des nombreux moulins à canne qui émaillent la Grande-Terre, des distilleries comme Damoiseau ou Séverin ou des vestiges comme la cheminée de la Pointe-à-Retz. Vous le retrouverez aussi au site de Beauport. Marie-Galante possède également un riche passé sucrier.

Ancienne distillerie, Marie Galante, Guadeloupe

Ancienne distillerie à Marie Galante, Guadeloupe      © julian elliott/Shutterstock

L’architecture coloniale et les maisons créoles

L’architecture coloniale est particulièrement concentrée à Basse-Terre, plus rare à Pointe-à-Pitre. Vous verrez cases de ville et maisons « hautes et basses » à Pointe-Noire, à Sainte-Rose ou au Moule. L’architecture coloniale est aussi visible dans les maisons d’habitation : la Grivelière, la maison de Zévallos. Vous trouverez également de belles maisons créoles sur les autres îles de l’archipel.

Maison créole en Grande-Terre, Guadeloupe

Maison créole à Grande-Terre, Guadeloupe      © RABOUAN-FIORI/Hemis.fr

 

Photo à la une : Du fort Napoléon, vue sur la baie des Saintes, Guadeloupe ©Lemaire Stéphane/Hemis.fr

 

Laissez un commentaire
Pour construire votre voyage