Pixel Facebook

Le meilleur de nos guides
Les conseils des blogueurs voyage
Votre itinéraire et votre voyage sur mesure

Nos destinations > îles > J’ai visité le Jardin de Balata à la Martinique
J’ai visité le Jardin de Balata à la Martinique

J’ai visité le Jardin de Balata à la Martinique

Mis à jour le 30 novembre 2018 | ,
Publié le 25 mars 2013

Par Jean, éditeur du Guide Évasion

L’île aux fleurs. C’est le surnom de la Martinique, île foisonnante des petites Antilles où je prends quelques vacances au creux de l’hiver. Ce qui m’a émerveillé ici ? La nature, à la fois sauvage et majestueuse mais jamais inquiétante. Quoi de plus normal que de vous parler de ma visite dans le plus beau jardin de l’île, le Jardin de Balata ?

Sous le soleil des tropiques

À quelques kilomètres de Fort-de-France, à la sortie de ses quartiers populaires installés en cascade sur les mornes, j’emprunte le début de la fameuse Route de la Trace. Cette voie, ouverte par les jésuites dès le XVIIIe s, correspond aujourd’hui à la N3, qui traverse la forêt tropicale au centre de l’île. Je rejoins rapidement le Jardin de Balata, perché au-dessus de la capitale et de la mer des Caraïbes, au calme.

Jean-Philippe Thoze, horticulteur, paysagiste et artiste

Ce jardin est né par la volonté d’un homme : Jean-Philippe Thoze, né ici, et amoureux de la nature exubérante de l’île. Revenu au pays en 1982, il convertit la maison familiale et son domaine, une modeste habitation créole, en jardin botanique. Au fil des années le projet prend de l’ampleur et il fait de son modeste jardin une véritable œuvre d’art.

Le Figuier maudit

Le figuier maudit
     ©  Jean Tiffon

Fromagers, palmiers, anthuriums

Les essences tropicales qui composent le jardin sont très variées et proviennent du monde entier. Jean-Philippe Thoze, en botaniste averti, a entrepris depuis de nombreuses années de rapporter des semences des 4 coins du globe : j’admire ainsi les nombreux hibiscus colorés, plonge le regard dans les rouges anthurims, me repose à l’ombre de la centaine de variétés de palmiers.

Les palmiers de Balata ©Jean Tiffon

Les palmiers de Balata
     © Jean Tiffon

Entre forêt tropicale et tableau d’artiste

Outre la beauté des plantes et des arbres, c’est le sens de la mise en scène de ce jardin qui m’a accroché. Les fromagers géants mettent en perspective les plantes et fleurs plus basses. Des petits coins de paradis sont aménagés autour de plans d’eaux, de kiosques, de fontaines. Les couleurs se superposent ou se complètent et forment de douces compositions. La forte dénivelée offre enfin des panoramas imprenables sur les frondaisons des palmiers et au-delà sur l’immensité de la forêt tropicale.

Balata

L’harmonie du jardin de Balata
     © Jean Tiffon

À la cime des arbres

Pour finir je me lance dans un parcours dans la canopée, à la cime des grands arbres. Sur des ponts de bois suspendus aux mohoganys géants je lutte contre le vertige : je suis à 30 m du sol ! D’ici, les Pitons du Carbet semblent tout proches, et la baie de Fort-de-France à un jet de pierre. Une bonne raison pour redescendre piquer une tête dans la mer des Caraïbes

Canopée

Dans la canopée
     © Jean Tiffon

Infos pratiques

Le Jardin de Balata est ouvert tous les jours de l’année, 9h–18h sans interruption.
Tarifs : Adultes 12,80 €, enfant (de 3 à 12 ans) 7,20 €, moins de 3 ans : Gratuit.
Pass Jardin de Balata / Jardin Botanique du Carbet (habitation Latouche) : Adultes 16 €, enfants (de 3 à 12 ans) 8 €. Le Pass est valable 1 an et vous réalisez une économie de plusieurs euros par personne.

Photo de une : Jean Tiffon
Laissez un commentaire