Pixel Facebook

Le meilleur de nos guides
Les conseils des blogueurs voyage
Votre itinéraire et votre voyage sur mesure

Nos destinations > îles > La Guadeloupe, les meilleures baignades
La Guadeloupe, les meilleures baignades

La Guadeloupe, les meilleures baignades

Mis à jour le 30 novembre 2018 | , ,
Publié le 13 novembre 2012

Par Hélène Duparc, auteur pour le guide Évasion Guadeloupe

La Karukera des Indiens, littéralement « l’île aux belles eaux », porte bien son nom. Si les lagons turquoise nous font craquer, les rivières et cascades, baptisés ici sauts, promettent elles aussi des randonnées sous le couvert d’épaisses forêts, avec au bout du chemin un plongeon rafraîchissant dans l’eau vive. Mais on peut aussi faire comme nombre de Guadeloupéens et s’immerger dans un bassin plus ou moins aménagé, alimenté par une source thermale aux vertus thérapeutiques. Immersion dans les meilleures baignades de Guadeloupe.

Acclimatation à la Caravelle

Si l’on traverse un océan entier, on a forcément envie de prendre sa température à l’arrivée. C’est ce que je fais illico-presto en Guadeloupe, à peine mon décalage horaire avalé par une nuit de sommeil réparateur. Pour cette première baignade suivie d’une sieste à l’ombre des palmiers, je choisis une plage évidente, facile : la plage de la Caravelle à Sainte-Anne. Après l’étape parking, je rejoins cette longue langue de sable farineux à l’éclat poudreux, ombragée par les cocotiers. Le lagon est aussi luminescent qu’une photographie polarisée. Au loin, les voiles gonflées des kite-surfs zèbrent l’horizon. Pour ce premier jour, je me contente de lézarder, pique une tête de temps en temps avant de retourner à l’ombre sous un paréo anti-UV, moins nocif pour la barrière de corail voisine qu’une crème solaire.

Sous le soleil implacable de la plage des Salines

Au-delà de Saint-François, la Pointe des Châteaux fait partie des incontournables ! Le site est magique. La croix plantée au sommet de la falaise me fait penser aux premiers temps de la colonisation lorsque la chrétienté partait à la conquête du Nouveau Monde. Je lui tourne le dos et, de façon très païenne, vais m’adonner au culte du soleil… Direction la plage des Salines. Il n’y a pas un coin d’ombre ici. L’anse réverbère la lumière. J’aime sa solitude et son horizontalité. Ici, le ciel et la mer se touchent et la baignade est délicieuse. Quelques parasols colorés viennent progressivement s’installer sans troubler l’atmosphère tranquille. Frégates et pailles en queue survolent les flots. Mon pique-nique dans la glacière, je m’attarde jusqu’à ce que l’envie d’un sorbet coco m’assaille. Justement, les vendeuses sur le parking sont arrivées ! Retour donc à la case voiture et gourmandise.

Baignade en Guadeloupe

Baignade dans les eaux azur du Guadeloupe, un paradis      © SToto98

Surf à Le Moule

Après avoir été une véliplanchiste médiocre, j’ai des velléités de me mettre au surf. Avec mes enfants, j’adore faire du body surf dans les vagues bretonnes ! Et, comme dit le proverbe, il n’y a pas d’âge pour apprendre. Je me rends donc à la Mecque locale du surf : Le Moule. Prudente, avant de me lancer, j’observe. La réputation du surfeur californien en prend un coup ! D’abord, ils ne sont pas tous blonds. Lorsque je les vois prendre la fameuse gauche du Moule, je leur trouve une sacrée allure et moi j’ai une sacrée frousse ! Finalement, j’apprends par la bande que, pour les débutants, le meilleur spot se trouve à Bananier, en Basse-Terre, parce que là-bas, il y a le seul « beach-break » de l’île fonctionnant toute l’année, ce qui en clair, signifie qu’on n’a pas à ramer des heures pour rallier le point de take-off du swell ! Si, si, en théorie, j’ai déjà fait d’immenses progrès ! Il me reste à tester mes capacités d’équilibre sur une mini-malibu (planche stable taillée pour les débutants). Mon moniteur est patient mais, au bout de deux séances peu concluantes, je redeviens raisonnable. La stand-up-paddle est assurément la glisse qu’il me faut !

Pique-nique à Petit Bras David

Lorsque la chaleur devient par trop étouffante, les Guadeloupéens aiment se mettre au frais et partent volontiers passer une journée entière dans la forêt. De nombreuses aires de pique-nique avec carbets et barbecues ont été aménagées au cœur du Parc National de la Guadeloupe le long de la route de la traversée. La route qui mène à l’aire de Petit Bras David vient d’être refaite. En contrebas, une poignée de carbets et la rivière au milieu d’une végétation luxuriante offrent de belles baignades rafraichissantes. À cette altitude, le thermomètre a perdu quelques degrés et le couvert des arbres assure une ombre propice. Curieuse, je m’enfonce dans la forêt en longeant le cours tumultueux de la ravine. Entre deux rochers lisses, je tâte l’eau du bout des pieds. 21° C ! Oui, elle est un peu frisquette mais, après une immersion lente, le corps s’y fait. Il y a une flaque de soleil laissée par une trouée dans la canopée, idéal pour se réchauffer !

Bain chaud à la source Thomas

Côté baignade, il ne me reste plus qu’à céder au rituel des bains sulfureux. La Soufrière, comme tout bon volcan, est parsemée de sources chaudes. Les anciens connaissaient leur localisation comme leurs bienfaits. Exploitées pendant un temps comme le site de Ravine-Chaude au Lamentin, la plupart de ces eaux thermales sont aujourd’hui délaissées. La source Thomas, juste au sud de Bouillante, se jette directement dans la mer. Il y a la queue pour se baigner dans cette piscine naturelle ! Attention, l’eau arrive à 70 °C. Il faut donc s’écarter un peu au risque de ressortir écarlate. Finalement, je préfère le kitschissime bassin des Amours à Gourbeyre, en direction de Trois-Rivières, avec son eau à 33° C et son  pourtour maçonné en forme de cœur. De là, un chemin noyé sous la végétation mène à un autre bassin, cette fois naturel, où se déversent plusieurs petits cours d’eau.

Baigande dans une cascade en Guadeloupe

Baignade dans une cascade en Guadeloupe      © fs999

Laissez un commentaire