Pixel Facebook

Le meilleur de nos guides
Les conseils des blogueurs voyage
Votre itinéraire et votre voyage sur mesure

Nos destinations > îles > Les Cyclades : les îles du Grand Bleu
Les Cyclades : les îles du Grand Bleu

Les Cyclades : les îles du Grand Bleu

Mis à jour le 3 décembre 2018 | ,
Publié le 23 mai 2011

Par Maud Vidal-Naquet, auteur du Guide Évasion Cyclades

Il suffit de faire des sauts de puce en bateau pour passer de l’une à l’autre. Naxos, Koufonissi et Amorgos : la plus grande, la plus petite et la plus sauvage des Cyclades flottent côte à côte en mer Egée, au sud-est de l’archipel. Ces trois îles grecques ont en commun d’être authentiques et préservées. À nous les villages aux maisons blanches enchevêtrées, les coupoles bleues et les caïques colorés, le sable et les petites criques où se baigner, les fabuleux sentiers pour marcher…

La géante Naxos, autrefois capitale des Cyclades

Le bateau nous dépose à Chora, la capitale – un nom que portent quasiment tous les chefs-lieux des Cyclades. Vestige d’un temple dédié à Apollon, la porte des Naxiens nous accueille. Elle se dresse fièrement sur une presqu’île à l’entrée du port. On sent immédiatement que la ville a du panache. Suite à la Quatrième Croisade, des ducs vénitiens ont régné depuis Naxos sur toutes les Cyclades au Moyen-âge. Il reste de cette période une superbe citadelle, le Kastro, qui domine le port avec ses grandes maisons seigneuriales. On se régale à se perdre dans le lacis de ruelles en escalier tandis que tavernes et bars nous tendent les bras face au quai.

Baignade et sports nautiques

Toute la côte sud-est n’est qu’une succession de rubans dorés et de petites criques à l’abri des rochers. Et si on louait un vélo pour l’explorer ? Pour 11 € la journée, me voilà équipée d’un super VTT ultra léger. On le trouve au Flisvos sportclub, sur la plage d’Agios Georgos qui touche la ville. On dépasse vite Agios Georgos et Agia Anna, archi bondées en été. A partir de Plaka, ça devient intéressant. On est fasciné par la couleur de l’eau, un camaïeu de bleus qui va du cristallin au bleu nuit. On l’est moins en revanche par les bâtiments inachevés qui s’égrènent de l’autre côté. A Mikri Vigla, on applaudit les kitesurfers qui filent sur la mer accrochés à leur cerf-volant coloré. Juste derrière le cap, les rochers ronds de granit évoquent les Seychelles. Je crois que je piquerais bien une tête ! Au retour, il faut pousser sur les pédales : le meltem, ce vent du nord qui balaie les Cyclades en été, s’est levé et je le prends en plein nez.

Au vert dans la plaine de Traghéa

Le centre de l’île cache lui aussi des trésors. A Ménalès, on recherche le Kouros endormi dans sa gangue de marbre. A cause d’une jambe fêlée, la statue du jeune homme dort à jamais sous un chêne. Puis on file vers la plaine de Traghéa. C’est le poumon vert de l’île. Sous la crête minérale du mont Zas, se dressent vaillamment 200 000 oliviers. Au bout des sentiers agricoles se cachent de ravissantes chapelles byzantines. Pour les retrouver, on suit les recommandations de Raymond Verdoolaege, un prof belge mordu par la rando dans les Cyclades. Son site multiplie les idées de balades. Puis on se pose dans le village de Halki : l’ancienne capitale de l’île dégage beaucoup de charme avec ses belles maisons aux balcons en fer forgé, ses petits cafés et sa distillerie-musée.

Saut de puce vers Koufonissi, l’île confetti

Vaillamment, le Skopélitis – certainement le plus petit ferry de Grèce – relie chaque jour les petites Cyclades, quatre îles éparpillées entre Naxos et Amorgos. Avec ses 3,8 km2, Koufonissi fait figure d’île confetti. Un village blanc qui s’anime le matin et le soir, une succession de plages de sable et de piscines naturelles sculptées dans les rochers, une mer aux bleus encore plus étourdissants qu’à Naxos : on a vite fait de prendre des habitudes sur la plus petite des Cyclades habitées. Côté saveurs, les papilles sont en émoi : sur cette île de pêcheurs, une flottille de caïques ravitaille en daurades et langoustes fraîches toutes les tavernes de l’île.

À Amorgos, au-dessus du Grand Bleu

Nouveau saut de puce et l’on rejoint Amorgos, l’île du Grand Bleu. Elle est restée intacte et sauvage malgré le succès du film. Un pèlerinage s’impose au monastère de Chozoviotissa, suspendu dans la falaises 300 m au-dessus de la mer. Pour entrer, il faut montrer patte blanche : une jupe longue pour les filles, un pantalon pour les garçons. Ensuite, on va droit au ciel : une volée d’escaliers, un retable en bois doré et la vue époustouflante sur la mer. Quelques loukoums et un petit verre de liqueur locale offerts à tous les visiteurs et on dégringole en contrebas. Sur les rochers de la petite chapelle d’Agia Anna, plusieurs scènes du film culte ont été tournées. Impossible de résister : on plonge dans le grand bleu.

Chora, la capitale blanche et branchée

Sous sa rangée de moulins, la Chora d’Amorgos est sans doute l’un des plus beaux villages des Cyclades. Petite forteresse vénitienne, micro musée archéologique et des chapelles à la pelle se cachent dans le labyrinthe de ruelles pavées. Au Jasmine bar, on sympathise avec Théodoris, passionné de jazz et de musiques grecque, balkanique, ethnique. En ouvrant le bar le plus sympathique d’Amorgos, cet Athénien a pris racine sur l’île.

Si proches et pourtant si différentes : en les égrenant une à une, on découvre que les Cyclades ont chacune sa personnalité. La grande et verdoyante Naxos, la minuscule Koufonissi aux plages éblouissantes ou la beauté sauvage et fougueuse Amorgos ? Personnellement, je craque pour Amorgos…

Cyclades

Cyclades      © Jean Tiffon

Et vous, vous êtes déjà allés dans les Cyclades ? Vous avez aimé ? racontez !

 

Vos commentaires

Je n’ai pas encore eu l’occasion d’y aller. Mais on m’en a dit beaucoup de bien !

C’est magnifique n’hésitez plus !

nous souhaitons nous rendre sur santorin ou une autre ile à la mi octobre cette année. à quelle météo s’attendre, pourrions profiter d’une villa avec piscine ou bien est ce déjà l’automne à ce moment là de l’année ?

Bonjour Laurence
Il fait encore bon dans les Cyclades à la mi-octobre (entre 19 et 25 °C en général) et l’eau est encore à une température agréable. Toutefois, il risque d’y avoir beaucoup de vent.
Cordialement,
L’Équipe Évasion

bonjour,
en 2109, ma meilleure amie et moi-même souhaiterions faire un circuit des îles greques,( dont les moins connues )
entre 15 et 20 jours
nous aimerions savoir la période pour s’y rendre et la documentation appropriée pour mettre en place notre projet et ou si une agence spécifique réalise ce voyage
avec nos remerciements
lesniak

Bonjour ! Pour profiter du soleil, sans de trop fortes chaleurs, privilégiez ce printemps ou la fin de saison (septembre). Pour l’organisation, notre guide Cyclades vous propose notamment plusieurs idées de circuits mais aussi une présentation des principales îles ! Pour vous aider, voici notre article circuits : http://www.guide-evasion.fr/ou-partir/iles/les-cyclades-nos-programmes-sur-mesure/

Laissez un commentaire
Pour construire votre voyage
Vos commentaires

Bonjour ! Pour profiter du soleil, sans de trop fortes chaleurs, privilégiez ce printemps ou la fin de saison (septembre). Pour l’organisation, notre guide Cyclades vous propose notamment plusieurs idées de circuits mais aussi une présentation des principales îles ! Pour vous aider, voici notre article circuits : http://www.guide-evasion.fr/ou-partir/iles/les-cyclades-nos-programmes-sur-mesure/

bonjour,
en 2109, ma meilleure amie et moi-même souhaiterions faire un circuit des îles greques,( dont les moins connues )
entre 15 et 20 jours
nous aimerions savoir la période pour s’y rendre et la documentation appropriée pour mettre en place notre projet et ou si une agence spécifique réalise ce voyage
avec nos remerciements
lesniak

Bonjour Laurence
Il fait encore bon dans les Cyclades à la mi-octobre (entre 19 et 25 °C en général) et l’eau est encore à une température agréable. Toutefois, il risque d’y avoir beaucoup de vent.
Cordialement,
L’Équipe Évasion

Laissez un commentaire

Les articles les plus lus