Pixel Facebook

Le meilleur de nos guides
Les conseils des blogueurs voyage
Votre itinéraire et votre voyage sur mesure

Découvrir la Nouvelle-Calédonie

Nos destinations > îles > Voyager en Nouvelle-Calédonie : ce qu’il faut savoir
Découvrir la Nouvelle-Calédonie

Voyager en Nouvelle-Calédonie : ce qu’il faut savoir

Mis à jour le 9 janvier 2020 | ,
Publié le 28 décembre 2013

Extrait du guide Évasion Nouvelle-Calédonie

Vous prévoyez de vous envoler pour la Nouvelle-Calédonie ? Voici les renseignements pratiques essentiels à savoir pour préparer votre voyage. N’hésitez pas à nous contacter si vous avez besoin de plus de conseils.

Quand partir ?

Située au N du tropique du Capricorne, la Nouvelle-Calédonie jouit d’un climat tropical, tempéré par l’océan et les vents alizés soufflant du S-E. Le régime des pluies diffère d’une côte à l’autre : 2 m d’eau par an sur la côte E, soumise à l’alizé ; 1 m en moyenne sur la côte O, plus sèche. La presqu’île de Nouméa bénéficie d’un climat particulier, moins arrosé et aux températures plus égales.

L’été austral (de déc. à mars) : c’est une période chaude et humide aux pluies abondantes. Température moyenne à 26 °C, avec des maxima à 35 °C. C’est la saison où les cyclones sont les plus fréquents (fév. et mars, mais pas tous les ans). Les pluies sont plus abondantes en février. Vous pouvez vous baigner avec délice et admirer rivières et cascades.

L’hiver austral (de juin à sept.) : les pluies sont rares et la température est plus fraîche, oscillant entre 15 et 25 °C, avec une moyenne de 19 °C en août. Il peut faire froid la nuit sur les îles Loyauté ou dans les montagnes. C’est aussi la saison des baleines !

Les périodes intermédiaires : celle d’avr.-mai est souvent instable, avec un ciel couvert. Celle d’oct.-nov. offre un ciel découvert et une température agréable. Compte tenu des tarifs préférentiels consentis par les compagnies aériennes et les hôtels à certaines époques de l’année, les mois de sept. à nov. constituent la saison idéale pour partir.

Comment y aller ?

Depuis l’Europe, deux principales routes existent : par le nord, escale au Japon ; par le sud, escales à Dubaï et en Australie. Aircalin opère le dernier vol jusqu’à Nouméa.
Durée de voyage : de 22h à 30h selon le parcours et les escales. Tarifs A/R : à partir de 1 200 € en basse saison et jusqu’à 1 800-2 200 € en haute saison.
Privilégiez l’achat de billets « tout inclus » plutôt que des billets séparés pour chaque escale, car le trafic aérien est souvent perturbé.

Argent

L’unité monétaire est le FCFP (cours franc du Pacifique ; XPF dans les banques). Il existe des billets de 10 000, 5 000, 1 000 et 500 FCFP ; des pièces de 100, 50, 20, 10, 5, 2 et 1 FCFP.
Parité fixe euros/FCFP :
1 € = 119,33 FCFP ; 1 000 FCFP = 8,38 €.
Le change se fait à l’aéroport (bureau de change dans l’aérogare, sans frais), dans les hôtels et dans les banques (une commission est perçue quel que soit le montant de la transaction).

Budget

La vie en Nouvelle-Calédonie est chère et il peut être frustrant de ne pas pouvoir découvrir ses trésors, faute de moyens financiers. Prévoyez donc bien votre budget en fonction de vos envies (sans oublier les vols intérieurs vers les îles et la location de véhicule). Y aller : un A/R Paris-Nouméa, selon les saisons, varie entre 1 200 € et 2 200 €.

Budget serré. 40 à 60 €/j. : déplacements en bus, nuit en camping et repas en snack ou supérette. Activités réduites avec principalement de la randonnée.
Budget moyen. 150 à 200 €/j. : voiture de location, nuit en gîte chez l’habitant, repas en table d’hôte ou au snack/restaurant. Activités nautiques, escapades sur des îlots.
Budget plaisir. 300 € et plus/j. : voiture de location, nuit en hôtel de standing, restaurant. Croisière en catamaran, plongée, cours de kitesurf et vol en ULM.

Se déplacer

La voiture est la solution la plus pratique pour se déplacer. Le Code de la route métropolitain règlemente la circulation : vitesse limitée à 110 km/h sur les routes et 50 km/h en agglomération.

kanumera ile des pins nouvelle-caledonie savoir

Vue Kanuméra, Île des pins      © DOHEN J-P/Adobe Stock

Santé

Aucun vaccin n’est exigé. Il est cependant conseillé d’être à jour dans les vaccinations courantes (diphtéries, tétanos…) et les vaccins contre les hépatites A et B et la typhoïde. La Nouvelle-Calédonie possède de bonnes infrastructures médicales : hôpitaux publics à Nouméa (p. 285), à Koumac (p. 288) et à Poindimié (p. 289) ; établissements privés à Nouméa (p. 285). En brousse, il existe un bon réseau de dispensaires et de médecins privés.

Le paludisme est absent de l’archipel. Les moustiques y sont cependant responsables de la transmission du virus de la dengue (surtout déc.-mars) ; cette maladie, qui s’apparente à une forte grippe fiévreuse et douloureuse, requiert une consultation médicale. Vous trouverez sur place crèmes, bombes, moustiquaires et produits antimoustiques.
Aucun animal dangereux n’est à craindre en Nouvelle-Calédonie. Certes, en 2016, il y a eu plusieurs attaques dont une mortelle à Bourail. Mais ces accidents sont rarissimes, vous ne risquez rien sur les plages.

Le corail présente quelques dangers : les coupures qu’il occasionne sont longues à cicatriser, et le contact sur la peau de certains animaux urticants qui constituent la « fleur de corail » provoque de douloureuses démangeaisons.

Des rascasses venimeuses peuvent se cacher dans le sable des plages peu fréquentées. Soyez toujours chaussé pour aller sur le récif. Plus grave : certains coquillages en forme de cône possèdent un dard dont le poison est mortel ; si vous souhaitez les ramasser, attention, n’oubliez pas de vous ganter de cuir et de placer de tels coquillages, vivants, dans un récipient aux parois solides (les accidents sont cependant exceptionnels). Les serpents marins à la peau annelée de noir et de blanc, dont les plus communs portent le surnom de « tricots rayés », s’enfuient à l’approche d’un baigneur. Cependant, leur venin peut être mortel ; ne jouez donc jamais avec eux. Signalons, sur terre cette fois, une scolopendre appelée « cent-pieds », dont la morsure peut être douloureuse si vous marchez dessus pieds nus.

Les maladies locales sont liées à la consommation de certains poissons. La ciguatera (appelée la « gratte ») est une forme d’ichtyosarcotoxisme, une maladie toxique provoquée par la chair vénéneuse de certains poissons au moment de la floraison du corail. Ces maladies touchent peu les touristes.

Formalités

Pas de visa pour les citoyens français. Pour les citoyens suisses, visa nécessaire pour les séjours de plus de trois mois, et de plus d’un mois pour les citoyens canadiens. Passe­port valable six mois après la date de retour, en raison des escales.
Le régime douanier de la Nouvelle-Calédonie prévoit la taxation des marchandises à leur entrée. Toutefois, pour les séjours de courte durée, les affaires personnelles sont autorisées en franchise. Les importations de tabac, cigarettes, alcool, parfums sont limitées.
Les enfants mineurs doivent posséder leur propre carte d’identité ou passeport. S’ils ne sont pas accompagnés de leurs parents, une autorisation de sortie du territoire est nécessaire.

Pense-bête

Une lampe de poche pour les visites de galeries souterraines, un maillot de bain (le monokini est interdit en dehors de certaines plages de Nouméa) et une vieille paire de baskets si vous allez sur le récif (le corail est coupant).

Téléphoner

Depuis la France. Composez le ☎ 00 + 687 + le n° du correspondant.
De la Nouvelle-Calédonie vers l’étranger. Composez le ☎ 00 ou le 19 + l’indicatif du pays (33 pour la France, 32 pour la Belgique, 41 pour la Suisse) + le n° de votre correspondant.

Image à la Une : Baie d’Oro Bay, Nouvelle-Calédonie ©Delphotostock/Adobe Stock
Laissez un commentaire
Pour construire votre voyage