Pixel Facebook

Le meilleur de nos guides
Les conseils des blogueurs voyage
Votre itinéraire et votre voyage sur mesure

Nos destinations > îles > Oursinade en Corse
Oursinade en Corse

Oursinade en Corse

Mis à jour le 30 novembre 2018 |
Publié le 2 janvier 2012

Par Louis Dufayet, maître oursinade.

Réveil 7 h. Notre petite tribu est à pied d’œuvre pour se lancer dans la traditionnelle oursinade de septembre. Après quelques virages entre la Castagne et Aqua Doria, on laisse la voiture au bord de la route, et c’est parti.

Balade entre myrte et cistes

La première partie de la marche est facile. Après quelques centaines de mètres, sur un chemin large et bien dégagé, on rentre dans le maquis. Le chemin est entretenu par les chasseurs. Ça et là des cartouches jonchent le sol. Aucun sanglier en vue.

Nous marchons une vingtaine de minutes, le soleil commence à taper. Les épineux nous griffent les mollets. Les cistes verts et fleuris au printemps sont presque tous secs. La myrte commence à avoir ses fruits, ça sent bon.

Un petit coin de bleu, dans l’anse de cacao

L’air de rien, on descend vite vers la mer. Elle se rapproche avant de disparaître derrière des pins parasols. Le chemin se resserre alors, il faut se baisser jusqu’à marcher presque à quatre pattes sur les 5 ou 6 derniers mètres. Et là, d’un seul coup, la voilà, turquoise ! Sans transition, on passe des bruits du maquis à ceux de la mer. Encore un effort, l’oursinade se mérite ! On crapahute sur les rochers avant de s’installer à l’ombre des arbres.

Plongée dans la Grande Bleue

Je prends mon masque, mon tuba, un petit couteau et un sac : c’est l’heure de la pêche aux oursins. C’est la pleine saison, il suffit de se baisser. J’évite les noirs, presque toujours vides. Je cherche les plus gros, les violets et les verts. Un petit coup de couteau pour les décoller et c’est dans le sac.

Après, je passe la main au courageux qui se charge de les ouvrir, assis dans l’eau et armé de gants et de ciseaux. Rangé en ordre de bataille, une petite cuillère à la main, chacun attend son tour. On alterne une bouchée de corail bien rouge et une tranche de coppa, les pieds dans l’eau, pendant que le soleil nous brûle les épaules.

Pêche miraculeuse

L’après-midi sera consacré à la pêche, au harpon ou à la ligne selon les aptitudes de chacun ! Vieilles, girelles, sars, perches et même rougets de roche. Qu’importe, tous finiront ce soir dans la soupe de poisson culte de notre cuisinière préférée.

Les lumières d’Ajaccio

Le soleil décline, il est temps de rentrer. La remontée est dure, mais la vue sur l’anse de Cacao se mérite ! C’est déjà l’heure de l’apéro.
Le début d’une soirée comme les autres face aux lumières d’Ajaccio qui s’allument à la tombée du jour.

Attention, la pêche aux oursins est soumise à une règlementation particulière :

CE QUE DIT LA LOI (source : La Provence)
– La saison : La pêche est interdite une partie de l’année (l’été en particulier). Bien se renseigner…
– La quantité :
Les amateurs peuvent prélever quatre douzaines d’oursins par personne s’ils pêchent à pied, mais une douzaine s’ils pêchent au large, quel que soit le nombre d’occupants du bateau. Les professionnels ne sont pas limités.
– La taille :
Les oursins doivent dépasser 5 cm hors épines (3 cm en élevage).
– La zone de pêche :
Limitée aux eaux départementales. Certains secteurs — près des stations d’épuration – sont interdits.

Golfed'Ajaccio_©Jean-Pol-Grandmont

Golfe d’Ajaccio      © Jean-Pol-Grandmont

 

Vous avez aussi des souvenirs de Corse à raconter? Vous avez déjà goûté à l’oursinade? Racontez-nous ça dans la partie commentaires…

Vous aimez la Corse : lisez aussi nos articles sur Ajaccio, sur les vins corses et sur les chants corses.

Laissez un commentaire
Pour construire votre voyage