Pixel Facebook

Le meilleur de nos guides
Les conseils des blogueurs voyage
Votre itinéraire et votre voyage sur mesure

Nos destinations > Pays/régions > J’ai sauté au-dessus de la Grande Barrière de corail
J’ai sauté au-dessus de la Grande Barrière de corail

J’ai sauté au-dessus de la Grande Barrière de corail

Mis à jour le 30 novembre 2018 | ,
Publié le 2 décembre 2011

Par Marion, éditrice de l’extrême du guide Evasion !

Il est toujours plus aisé d’être téméraire verbalement. À mes amis ayant déjà sauté en parachute, j’affirmais être capable de tenter l’expérience, à condition que le site soit extraordinaire.

Mission Beach, Australie, mai 2011. Une immense plage de sable blond face à la Grande Barrière de corail, au pays des sports extrêmes. Ne pas sauter serait pécher.

Jump or not jump…

Mon air fanfaron m’a quittée, je suis dans un coucou qui s’élève au-dessus du Pacifique. Le grand saut (plus de 4 200 m) se fera en tandem avec un parachutiste chevronné, présentement en train d’engloutir une salade de pâtes-mayonnaise-surimi. Comme un petit marsupial à sa mère, je serai rivée à l’abdomen de cet homme pendant la durée de l’exercice. Je porte mon regard vers le hublot : l’étendue turquoise, piquetée de multiples îlots coralliens, est à la hauteur de mes attentes. Est-il encore temps de ne demander qu’un baptême de l’air, sans l’option saut ?

… là n’est plus la question

Trop tard, la porte de l’appareil s’ouvre. Mon cher et tendre, qui est de la partie, me précède. Aspirés par le vide, lui et son binôme deviennent rapidement aussi petits qu’un duo de possums sur fond bleu. Boule au ventre, jambes qui flageolent, mais neurones lucides : il est exclu que je sorte de cet avion. Bémol, je suis accrochée à l’amateur de surimi, cerveau de l’équipe. Et il vient de sauter !

Comme un oiseau au dessus de la Grande Barrière !

« Like a bird », tel était le terme employé par l’instructeur lors de la préparation au sol : en situation, j’ai une toute autre perception de ma personne. Pour conserver une métaphore animalière, celle du crapaud tombant du 73e étage de la World Tower de Sydney me semble esthétiquement beaucoup plus convaincante. Heureusement, peu d’yeux humains me scrutent à cette altitude et les oiseaux n’ont pas le sens du ridicule suffisamment affuté pour rire de ma composition aérienne. Trop intense – j’avoisine les 180 km/heure – cette phase de l’expérience ne me permet pas de vanter les beautés de l’île-continent. La Grande barrière de corail, aussi merveilleuse soit-elle, me renvoie l’image de mon corps disloqué qui nourrira les poissons-clowns après l’impact.

Comme dans un dépliant touristique

Après cette folle minute de chute libre, le parachute s’ouvre enfin. Cri strident, petit rebond permettant à mes jambes d’accomplir la prouesse de passer derrière mes oreilles… et, enfin « like a bird », je plane dans les cieux en dominant la Terre. Et quelle Terre ! Côté continent, des sentiers de fourmi quadrillent une végétation luxuriante, ourlée d’une longue bande de sable. Côté océan, la Grande barrière n’usurpe pas son nom : elle assagit en une très nette ligne les vagues du Pacifique. Les remous d’une mer sombre laissent place, après un fin liseré d’écume, à l’étendue turquoise et cristalline vantée par les prospectus de voyages les plus racoleurs.

Non, je ne prends pas les commandes !

Surimi man, pensant flatter mon ego, tente de me confier les poignées de contrôle de parachute. I say « No, no, no » avec conviction car mes minutes contemplatives m’ont permis de visualiser la piste d’atterrissage. La longue bande de sable. Longue, et étroite. Je suis pilote débutante, donc please, ce n’est pas dans mes cordes. D’autant qu’il s’agit d’achever ce vol en un seul morceau, pour honorer la suite de mon planning : étendre ma serviette sur le tarmac, dégainer la crème solaire et recouvrer souffle et couleurs avant demain.

Car demain, c’est plongée.

Pour plus d’informations sur le saut : www.skydivemissionbeach.com

Et vous, vous avez déjà vu la grande barrière de corail ? Ou bien sauté en parachute ? Racontez votre expérience !


Vos commentaires

Plusieurs expériences sympa…
Chute libre en France au Luc (àcoté de Toulon) super grisant et àrefaire sans hésiter,
Parapente a la Réunion au dessus de Saint Leu,
Snow board àQueenstown en Nouvelle Zelande,
Plongée de jours et de nuit au milieu de tortues, raies et chants de baleine àla Réunion….

J’arrive pas àla cheville de Gauthier, mais un saut en parachute et un saut àl’élastique en Nouvelle Zélande pour moi !
Bravo Marion des évasion pour ce saut « like a bird »

Laissez un commentaire
Pour construire votre voyage
Vos commentaires

J’arrive pas àla cheville de Gauthier, mais un saut en parachute et un saut àl’élastique en Nouvelle Zélande pour moi !
Bravo Marion des évasion pour ce saut « like a bird »

Plusieurs expériences sympa…
Chute libre en France au Luc (àcoté de Toulon) super grisant et àrefaire sans hésiter,
Parapente a la Réunion au dessus de Saint Leu,
Snow board àQueenstown en Nouvelle Zelande,
Plongée de jours et de nuit au milieu de tortues, raies et chants de baleine àla Réunion….

Laissez un commentaire