Pixel Facebook

Le meilleur de nos guides
Les conseils des blogueurs voyage
Votre itinéraire et votre voyage sur mesure

Nos destinations > Pays/régions > J’ai sillonné l’Auvergne avec mes enfants et 3 ânes
J’ai sillonné l’Auvergne avec mes enfants et 3 ânes

J’ai sillonné l’Auvergne avec mes enfants et 3 ânes

Mis à jour le 26 novembre 2018 | ,
Publié le 9 mai 2012

Par Marie-Caroline, éditrice aux Guides Évasion

Chaussures de rando neuves aux pieds, casquette vissée sur la tête, et couche de crème solaire : aujourd’hui c’est le début de l’aventure. C’est parti pour des vacances vertes, loin du tumulte de la ville, au cœur des volcans d’Auvergne.

Pessade : rencontre avec nos ânes

Le point de départ est situé à Pessade, un bourg tout en pierre de lave, qui n’est guère qu’à 30 min de Clermont-Ferrand. On s’y sent pourtant comme au bout du monde.

Les enfants sont excités comme des puces. Après une nuit passée sous une yourte aussi authentique que celles des steppes mongoles, ils font la connaissance de nos compagnons de voyage : Nuage, Gamin et Cadichon, tout gris, tout doux et têtus comme des… ânes.

Les enfants adorent les ânes

Les enfants prennent leur rôle très au sérieux.     

Un âne, comment ça marche ?

Quelques consignes de sécurité, quelques caresses, on « bâte » les bêtes (ça veut dire qu’on les équipe avec des sangles et des sacs qui porteront nos affaires) et en route. Notre petite troupe chemine rapidement entre sapins et mélèzes. Le chemin est bordé de framboisiers et les enfants sont vite barbouillés de rose. Les ânes s’arrêtent sans cesse pour déguster leur friandise à eux : de magnifiques chardons bleus dont ils ne mangent que la fleur. Ils les saisissent avec une infinie précaution, du bout des lèvres.

Les enfants les poussent, les tirent, et on repart, cahin-caha. On sort maintenant de la forêt :

Les ânes sont tétus, même avec les enfants

Les ânes sont vraiment têtus, ce n’est pas une légende     

« Ces petites maisons grises, comment ça s’appelle ? Des burons. Pourquoi elles ont un toit tout plat ? Ce sont des toitures de lauzes, des pierres de la région. Et c’est quoi cette fleur, ça se mange ? »

Notre guide, Isabelle, répond patiemment aux mille questions que se posent les aventuriers en herbe. Moi qui ne faisait pas la différence entre un sapin et un mélèze, je progresse à grand pas !

Au bord du lac de Servières

Nous arrivons enfin au lac de Servières. Un joli lac de cratère tout rond à 1 200 m d’altitude, bordé de sapins. On « débâte » les ânes, les enfants courent remplir des seaux pour les faire boire.

En moins de temps qu’il ne faut pour le dire, chaussures, T-shirts et bermudas valsent. Les voilà à l’eau. Les adultes sont moins téméraires ou plus frileux, mais finalement tout le monde se retrouve à barboter dans l’eau claire et profonde. Les poissons nous filent entre les jambes et les montagnes se reflètent à merveille dans cet immense bassin.

Camp de trappeurs au bord du lac du Guéry

Seuls nos ventres affamés nous poussent à sortir de l’eau. Jambon de montagne, saint-nectaire, salers ont raison de nos appétits féroces. Il faut bientôt se rhabiller, « bâter » les ânes à nouveau pour gagner l’étape du soir, un camp de trappeurs au bord du lac du Guéry.

Il n’en faut pas plus pour redonner de l’énergie à notre petite équipe.

Camper en Auvergne

C’est bon de jouer au trappeur après une journée de marche     

Pratique

Clermont-Ferrand est reliée aux principales villes de France en train, même si peu de TGV s’y arrêtent. Comptez 3 h 30 de Téoz à partir de Paris, 2 h 30 de Ter à partir de Lyon ou 3 h 30 depuis Limoges.

En voiture, vous ne mettrez pas plus de 4 h en provenance de la capitale, en suivant l’A6, l’A10 et l’A71. Et comptez seulement 2 h depuis Lyon, par l’A72.

Pour les infos pratiques sur l’Auvergne : www.auvergne-tourisme.info
Pour tout renseignement sur ce circuit : atalante

Vos commentaires

Et après l’effort, déguster un bon alligot ou des tartines de saint nectaire avec de la saucisse sèche !

hummmm j’en salive !

Laissez un commentaire