Pixel Facebook

Le meilleur de nos guides
Les conseils des blogueurs voyage
Votre itinéraire et votre voyage sur mesure

Nos destinations > Pays/régions > L’Alsace éco-touristique : le naturel avant tout
L’Alsace éco-touristique : le naturel avant tout

L’Alsace éco-touristique : le naturel avant tout

Mis à jour le 26 novembre 2018 | ,
Publié le 6 juin 2011

Par Joël, auteur du guide Evasion Alsace

Si vous êtes comme moi préoccupé par votre bilan carbone, l’Alsace est la destination éco-touristique qu’il vous faut. Elle est bien desservie par des TER, trams, cars, bus (www.vialsace.eu) et elle est traversée par des milliers de kilomètres de pistes cyclables et sentiers de randonnée parfaitement balisés. Autant de bonnes raisons de se ranger des voitures.

Mulhouse en tram-train

Pour commencer je prendrais un TGV pour Mulhouse qui vient d’inaugurer le premier tram-train français. Un bon moyen de visiter la ville et ses environs. Je consacrerais deux jours à cette ancienne cité industrielle dynamique et très attachante dotée de plusieurs musées techniques vraiment passionnants. Et un conseil, si vous voulez vous faire rapidement des amis à Mulhouse poussez la porte des Copains d’abord, 13 rue Louis Pasteur. C’est un bistrot vraiment très accueillant !

Mulhouse côté jardin

J’explorerais aussi les nombreux parcs de Mulhouse. Et en particulier le magnifique jardin botanique et zoologique avec ses tigres, loups, ours, singes et son extraordinaire collection de rhododendrons. Je me perdrais aussi dans le fabuleux labyrinthe de la Cité-jardin créée au XIXe siècle et qui occupe une grande partie du centre-ville. Et je terminerais par la « Cité-manifeste » conçue récemment par des architectes contemporains pour revisiter et prolonger ce havre de verdure peuplé de nains de jardins.

Route des vins bio

Après la ville, la campagne. La fameuse route des vins d’Alsace que je parcourrais à vélo. Il y a un très bel itinéraire cyclable entre Colmar et Rouffach. Environ 40 km. Mais qui dit vigne dit coteaux et donc pas mal de grimpettes ! Heureusement pour les mal-pédalants il y a aussi des cars qui font halte dans tous ces splendides villages traditionnels, hauts lieux de la viticulture alsacienne : Ammerschwihr, Riquewihr, Kaysersberg, Eguisheim… Et comme ça aucun risque de subir l’humiliation de l’alcootest !

Le vigneron « éco-warrior »

Le vignoble alsacien est le plus bio de France. Près de 200 viticulteurs y cultivent la vigne à l’ancienne, sans pesticides ni produits chimiques et produisent des vins exceptionnels. Le guide Parker, la bible des œnologues, a d’ailleurs placé 6 domaines bio dans son top ten des vins d’Alsace. Mais lesquels aller voir ? S’il fallait n’en choisir qu’un seul je rendrais visite à Jean-Pierre Frick à Pfaffenheim. Artiste du pinot gris et grande figure de l’écologie alsacienne c’est un hôte chaleureux, passionnant qui ouvre grand les portes de sa cave et de son univers vert.

La vallée de Munster

Ensuite je prendrais de la hauteur dans la vallée de Munster, la porte des Hautes-Vosges. Un paradis pour randonneurs. La patrie aussi du fameux fromage odorant à la mauvaise réputation. Mais sur place vous verrez c’est tout autre chose ! Vous allez découvrir une merveille à la pâte tendre et moelleuse, délicatement parfumée. Dégustée à la fromagerie sur une tranche de pain frais c’est l’extase assurée. La plupart des fermes-auberges proposent aussi du munster blanc tout frais, sucré, et arrosé de kirsch. Un régal !

Une nuit sur le Mont Chauve

Ne quittez surtout pas l’Alsace sans avoir passé au moins une nuit dans une ferme-auberge. Une expérience inoubliable qui se décline en trois temps. D’abord un roboratif repas « marcaire » à base de pommes de terre, fromage et charcuteries-maison. Ensuite une délicieuse nuit de moyenne altitude. Et pour terminer un somptueux petit-déjeuner fermier. Une de mes préférées est la ferme-auberge du Kahlenwasen (en français le Mont Chauve) au sommet du Petit Ballon. On l’atteint depuis la gare de Luttenbach par une magnifique balade à pied d’une heure et demie.

Le Ried à fleur d’eau

Et pour clore en beauté : le Ried. Un lieu magique, une zone humide naturelle et sauvage en bordure du Rhin. Le bayou alsacien, domaine du castor et du coulis cendré. Je me laisserais embarquer sur l’Ill et ses nombreux bras sur une de ces longues barques traditionnelles à fond plat pilotée à la perche par Patrick Unterstock, le dernier batelier du Ried. Un personnage haut en couleurs (vareuse marine, foulard rouge et chapeau plat) d’une agilité incroyable et un conteur intarissable. La mémoire vivante des lieux.

Et s’il me restait encore un jour ou deux, j’irais les passer à Strasbourg, capitale de Noël et de l’Europe. Mais aussi « Première ville cyclable de France » qu’il faut évidemment visiter à vélo. (voir notre article)

Et vous, vous avez d’autres idées de balades en Alsace ? Faites-en part !

Retrouvez plus d’infos et de bons plans dans le guide Evasion Alsace.

Vous aimez l’Alsace? Lisez aussi :
– Saveurs : La choucroute dans tous ses états
– Loisirs : L’Alsace à pied
– Week-end : Strasbourg, jamais sans mon vélo

Laissez un commentaire