Pixel Facebook

Le meilleur de nos guides
Les conseils des blogueurs voyage
Votre itinéraire et votre voyage sur mesure

Découvrir le Vietnam

Nos destinations > Pays/régions > Une journée à Nha Trang, au Vietnam
Une journée à Nha Trang, au Vietnam

Une journée à Nha Trang, au Vietnam

Mis à jour le 5 juillet 2019 |
Publié le 2 septembre 2013

Par Aude Sécheret

Vous vous êtes envolé pour le Vietnam avec des envies de zen et de tranquillité, et, comme tout le monde, vous avez atterri à Hanoï ou à Ho Chi Minh City. Et vous avez trouvé l’inverse. Après avoir passé quelques jours à entendre 27 fois par heure « Hey you, you buy something ? », vous avez finalement pris le train ou le bus pour un ailleurs, un endroit plus calme, plus conforme à l’image que vous vous faisiez de vos vacances ou de votre voyage au Vietnam*.

L’arrivée à Nha Trang

En arrivant à Nha Trang, vous avez vu la mer. LA mer. Telle que l’on voudrait la voir tous les jours, du matin au soir, la mer des rêves de Gauguin et de Conrad. Alors vous avez décidé de vous arrêter là, d’aller tremper vos pieds quelques instants, juste pour voir. Et la magie a opéré. Après avoir finalement laissé vos valises sur la plage avec le tas de vos vêtements par-dessus pour prendre ce bain bien mérité, après vous être allongé à côté desdites valises pour profiter un peu du soleil, avec comme bruit de fond celui des vagues et des rires d’enfants, vous vous êtes rendu compte que, tiens, cela faisait bien deux heures que personne n’avait essayé de vous vendre quoi que ce soit.

Nha Trang

Les piétons ont le droit de cité à Nha Trang      © Aude Sécheret

Un petit temps d’adaptation

Oui, il y a aussi des vendeurs de rue à Nha Trang. Mais bien moins que dans les grandes villes, et ils y sont moins insistants. Et d’un seul coup, ils vous semblent utiles. Il vous manquait un stylo ? Un timbre ? Un briquet ? « Hey, s’il vous plaît ! I would like to buy something… Happy for you, happy for me… ».
Tout de suite, le calme de la ville vous laisse profiter de petits détails dépaysants qui se trouvaient noyés dans la clameur épuisante des capitales. Les étals de bric-à-brac, le linge qui pend aux fenêtres, la cohabitation, vaille que vaille, des bicyclettes, des pousse-pousses, des motos et des voitures, les panneaux de signalisation improbables, et bien entendu, ces silhouettes longilignes surmontées du sempiternel chapeau pointu, le « non lá ».

Le paradis des plongeurs

Le grand bleu ne vous a pas laissé insensible, et vous avez envie d’aller voir ce qui se cache sous les vagues. Avec ses neuf îles et ses eaux peu profondes, la baie de Nha Trang (avec celle de Van Phong à proximité) compte parmi les fonds marins les plus appréciés des plongeurs du monde entier. Elle recèle des dizaines de spots absolument somptueux, accessibles dès la première plongée d’initiation, dans un cadre idyllique. Il y a peu de courant, peu de vent, et la visibilité s’étend bien souvent à plus de 30 mètres. Le Sailing Club Divers vous fait découvrir cet eldorado dans la plus grande sécurité, en tout petits groupes.

Nha Trang

     © Aude Sécheret

Ici, on aime parler français

En rentrant vers votre hôtel cinq étoiles ou votre auberge adorable (tous les budgets sont les bienvenus à Nha Trang) après cette journée sous-marine, vous longez la plage. Là, des enfants jouent à la balançoire face à la mer. Vous décidez de vous poser ici quelques instants, et sortez votre livre de votre sac. Au bout de quelques minutes, un vieil homme, un vietnamien, vous salue dans un français impeccable. Quand vous l’invitez à s’asseoir, il vous raconte qu’il est libraire, et qu’il est toujours à la recherche de livres en français. Oui, si vous lui cédez votre livre, il le vendra, mais il prendra le temps de le lire avant, « pour ne pas perdre son français ».

Du soleil de la Campanie à celui du Khanh Hoa, il n’y a qu’un pas

Votre promenade vous fait tourner le dos à la plage. Déjà, quelques rumeurs de moteurs se font entendre. Mais le bruit des petits scooters des vietnamiens est bientôt couvert par le grondement d’une grosse cylindrée qui s’arrête devant un restaurant : La Bella Napoli. Le moteur s’arrête, le casque se soulève, et de longs cheveux bruns bouclés apparaissent.

Marinella descend de sa moto, et vous gratifie d’un sourire franc qui vous invite à venir prendre un (vrai) café. Elle est installée à Nha Trang depuis vingt ans, dans son restaurant avec ses pizzas au feu de bois, ses pâtes et sa mozzarella « maison ». Elle parle français avec cet accent ensoleillé typique des italiens, mais ponctuera chacun de vos sourires d’un « brava ! » dont la musique vous trottera longtemps dans la tête. Vous ne vous attendiez pas vraiment à ce petit moment d’Italie, et pourtant, vous restez.

Marinella est une mine d’or, un guide touristique à elle seule. Elle vous dira tout : les meilleurs jus de fruit de la ville, tous les restaurant vietnamiens typiques, y compris celui servant le meilleur homard à un tarif défiant toute concurrence (selon les arrivages bien entendu), la visite de la Pagode Long Son, le grand Bouddha assis, les innombrables lieux de sortie, et les histoires des uns et des autres – Marinella connaît tout le monde !

©Aude Sécheret

     © Aude Sécheret

Vous reprendrez bien un peu d’aventure ?

En écoutant ses conseils, vous avez relevé un nom : celui du Crazy Kim Bar. Vous décidez de vous y rendre après votre parmigiana di melaneze, et vous tombez sur un endroit unique en son genre. Un bar très typique des villes touristiques de l’Asie du Sud Est, mais qui, le jour, se transforme en école pour les enfants de la rue. Sa fondatrice, Kimmy Le, a déclaré la guerre aux pédophiles il y a bientôt quinze ans, et une partie des recettes de son bar passe dans ce combat de toute une vie. Là, le retour à la réalité vous souffle. L’émotion vous envahit à un moment où vous ne l’attendiez pas, et, contre toute attente, vous êtes tenté de poser vos valises pour un bon bout de temps. Peut-être pour faire du bénévolat auprès de ces enfants, peut-être pour passer votre dive-master, peut-être parce que cela faisait bien longtemps que vous ne vous étiez pas senti aussi vivant, peut-être pour les trois… Autant pour le rêve que pour la réalité, en tout cas. C’est drôle, il y a une petite lueur toute nouvelle, dans vos yeux. L’appel de l’aventure, sans doute !

*Lien sponsorisé

Laissez un commentaire
Pour construire votre voyage