Pixel Facebook

Le meilleur de nos guides
Les conseils des blogueurs voyage
Votre itinéraire et votre voyage sur mesure

Découvrir Bali

Nos destinations > îles > Que rapporter de Bali (à part de beaux souvenirs) ?
Marché d'Ubud, Bali ©HitManSnr/Shutterstock

Que rapporter de Bali (à part de beaux souvenirs) ?

Mis à jour le 30 novembre 2018 | ,
Publié le 13 juillet 2015

Votre voyage à Bali touche à sa fin ? Il est temps de faire les dernières emplettes, que ce soit pour vos proches ou pour vous. Voici notre sélection shopping pour rapporter un petit bout de l’île paradisiaque une fois rentré. Huile parfumée, sac en noix de coco ou sculpture en bois, il y en a pour tous les goûts !

Des sculptures pour une déco 100% made in Bali

Traditionnellement, la sculpture sur bois à Bali était destinée à orner des temples ou des palais. Les artistes trouvaient leur inspiration dans les légendes hindouistes comme le Ramayana, mais aussi dans le quotidien de la vie balinaise. Le village de Mas, près d’Ubud, est spécialisé dans le travail du bois. Vous y trouverez un grand nombre d’ateliers et de magasins. La galerie d’art Tony Raka (Jl. Raya Mas 86) expose des sculptures de bois dans d’immenses pavillons et une cour intérieure. Comptez entre 200 à 20 000 $ l’œuvre.
Petite précision : Vous trouverez partout des sculptures de Bouddha, mais attention, les habitants de Bali ne sont pas bouddhistes mais Hindouïstes !

Des habits traditionnels

Soie, lin, coton ou batik, sarong, tunique ou itak… Bali étant réputée pour l’excellence et la richesse de ses tissus, vous pourrez rapporter des tenues typiques aux coupes, textures et couleurs très variées. Vous pourrez même découvrir les différentes méthodes de tissage utilisées dans certains magasins. Berdikari (Jl. Dewi Sartika, 42), par exemple, est une institution où vous pourrez acheter des ikats en soie, après avoir assisté à leur production, de la teinture des fils de soie jusqu’à leur tissage. Vous pouvez également rapporter un sarong en batik, technique traditionnelle d’impression de motifs sur tissus à l’aide de cire et de teinture. Ce travail passionné s’admire au village de Tohpati (S-E de Bangli) : vous pourrez y acquérir une pièce unique, tout en soutenant l’économie locale.
Attention ! Méfiez vous des prix trop abordables, la contrefaçon est très courante.

Femme balinaise appliquant de la cire sur un bout de batik, Bali

Femme balinaise appliquant de la cire sur un bout de batik, Bali      © Iryna Rasko/Shutterstock

Des marionnettes qui n’amuseront pas que les enfants

Très répandu depuis des siècles dans toute l’Indonésie, le wayang kulit est un théâtre d’ombres qui met en scène des marionnettes mesurant entre 25 et 75 cm. Elles sont fabriquées en cuir et en bois et montées sur des tiges de bambous. Ces (pas si) petites marionnettes sont devenues un emblème de la culture indonésienne et font donc un tabac chez les touristes. Les spectateurs connaissent l’histoire par cœur : le jeune prince est toujours joué par la marionnette au visage blanc, alors que celle au visage vert est hypocrite et celle au visage rose violente.
Des marionnettes à petit prix ? Attention, les marionnettes sont assez chères, particulièrement dans les boutique d’Ubud, sur Gungang Street, là où vous aurez le plus de choix. En vous baladant dans les marchés, vous en trouverez à des prix plus abordables.

Le piment, l’ingrédient phare de la cuisine balinaise

Le piment est l’élément le plus important de la cuisine balinaise et indonésienne. On en recense pas moins de 7 variétés, du piment oiseau, le plus puissant et le plus petit, au cabe lombok, long piment rouge très doux. Vous trouverez votre bonheur sur le marché d’Ubud. N’hésitez pas à demander conseil au marchand si vous ne savez pas quel piment choisir, il vous guidera suivant les recettes que vous voulez faire et vos goûts.
Un cours de cuisine ? À Casa Luna à Ubud, la « Honeymoon Guesthouse » vous apprend à cuisiner pimenté ! Après une balade sur le marché, vous découvrirez les recettes du poisson aux épices dans des feuilles de bananier, des nouilles sautées, la salade gado-gado, etc. lun.-ven. Comptez 400 000 Rp/pers.

Marché à Bali

Marché à Bali      © jtoddpope/Shutterstock

Des bijoux personnalisés

Bali est réputé pour son travail de l’argent en filigrane. Le village de Celuk, sur la route d’Ubud, est le plus grand centre de travail d’argent et d’or. Vous pouvez y acheter des bijoux gravés avec des motifs traditionnels ou inspirés de modèles plus occidentaux. Mais vous pouvez également y créer votre propre pièce : qu’y a-t-il de plus unique qu’une bague ou une chaîne en argent faite soi-même ? Chez Monique Jewelry, (Jalan Dewisita, Ubud) propose des cours de modelage afin de concevoir votre bijou personnalisé.
Un conseil ? Le prix des bijoux en boutique est assez élevé, n’hésitez pas à faire appel à vos talents de négociateur.

Des peintures sur toiles

L’art pictural fait partie de la culture de Bali et les marchés les plus traditionnels débordent de peintures en tous genres. Vous obtiendrez des représentations de scènes traditionnelles peintes sur toile pour quelques roupies, mais n’hésitez pas à marchander. À Ubud vous trouverez également beaucoup de galeries d’art, la plupart vendant des peintures de très bonne qualité et de style varié.
Le b.a.-ba du marchandage : Si vous décidez de marchander, la règle d’or est de ne pas repartir sans avoir acheté quelque chose au stand. Cela est considéré comme très impoli.

Temple balinais sur peinture, Bali

Temple balinais sur peinture, Bali      © leks/Shutterstock

Des masques

Les masques en bois, souvent de l’acajou, sont fabriqués par les balinais pour couvrir les visages d’hommes de figures d’animaux, de dieux ou de démons. Des artisans spécialisés se transmettent ce savoir-faire de père en fils depuis des générations. Vous aurez le choix entre de petits masques en bois peint ou, si vous avez envie d’un objet de plus mystique, des masques plus imposants et colorés, agrémentés de fausses dents, cheveux, yeux etc.
Où trouver masque à son visage ?
Vous trouverez des masques dans des petites boutiques ou sur les marchés, notamment celui de Kuta, le plus gros de l’île. Pensez à prendre de l’argent liquide avec vous car la plupart des stands et boutiques ne prennent pas la carte bancaire.

Un sac en noix de coco

La noix de coco est un fruit incontournable en Indonésie : vous en trouverez à chaque coin de rue. Profitez-en pour en rapporter un morceau chez vous… Mais attention, pas n’importe quelle partie ! De nombreux objets sont ainsi façonnés dans de l’écorce de noix de coco. Vous pourrez trouver des boucles d’oreilles, des photophores, des sacs et même des instruments de musique sculptés dans ce matériau pour le moins surprenant.
Se procurer un souvenir en noix de coco : Vous trouverez de nombreux stands proposant des objets en écorce de noix de coco dans la plupart des marchés de l’île. Le magasin Taru Cendena, basé à Denpasar, est quant à lui spécialisé dans cet artisanat.

Photophore en écorce de noix de coco

Photophore en écorce de noix de coco      © asawin klabma/Shutterstock

Des soins naturels

Les femmes de Bali ont appris à utiliser ce que la nature leur a offert afin de prendre soin de leur peau et de leurs cheveux, fragilisés par l’eau et le soleil. On trouve partout de la fleur de frangipanier rose ou blanche, à partir de laquelle les balinais extraient une huile sublime. Ramenez en une bouteille chez vous : vous pourrez l’appliquer sur votre corps, votre visage et vos cheveux. Rien que son odeur vous donnera l’impression de ne jamais avoir quitté l’île paradisiaque !
Une bonne adresse ? Pour vous procurer cette huile miraculeuse, direction Utama Spices (Gopa Town Center, Jl Danau Poso 57). Faisant appel aux vertus des plantes de leur île, Mélanie Templer et Dayu Suci ont créé des cosmétiques 100% naturels à base d’herbes exclusivement balinaises.

Photo en une : Marché d’Ubud, Bali ©HitManSnr/Shutterstock
Laissez un commentaire
Pour construire votre voyage
Pour construire votre voyage