Pixel Facebook

Le meilleur de nos guides
Les conseils des blogueurs voyage
Votre itinéraire et votre voyage sur mesure

Nos destinations > Villes > Pékin : la capitale, au rythme des habitants
Pékin : la capitale, au rythme des habitants

Pékin : la capitale, au rythme des habitants

Mis à jour le 27 novembre 2018 | ,
Publié le 31 octobre 2011

Par Sarah, rédactrice pour le guide Evasion

Pékin, cette ville immense, étouffante, assourdissante… A moins d’entretenir une affinité particulière avec les longs périphériques, un reflexe de survie s’impose : aller flâner dans les quartiers historiques, où l’on retrouve des fragments de vie communautaire. Discussions à l’heure du thé, tournois de cartes ou d’échecs, danses de salon en plein air, voici la capitale chinoise vue d’en bas, du bout de la rue et de ses habitants.

Guozijian jie, porte d’entrée du vieux Pékin

Entrons dans la ville historique par le district de Dongcheng, face au Temple des lamas, considéré comme le plus somptueux temple bouddhique tibétain hors du Tibet. Je poursuis ensuite mon chemin vers Guozijian jie, porte d’entrée du labyrinthe de hutongs, ces ruelles de maisons en briques grises, caractéristiques du vieux Pékin. Très étroites, elles semblent précieusement conserver l’âme pékinoise : quelques belles demeures à cour carrée (Siheyuan), où plusieurs familles cohabitent, en composent encore les trésors cachés.

Salon de thé et sérénité

Le contraste avec la ville tentaculaire est saisissant. Tout a lieu dans la rue, en face de chez soi. En fin de journée, je m’octroie une pause « impériale », dans la très belle maison de thé à l’ancienne, indiquée par un panneau en anglais dans l’allée juste en face du temple des lamas. Bercée par le léger clapotis de la fontaine et enivré par le goût du thé, je risque de m’éterniser…

Gulou, la vie de quartier et le Pékin branché

En continuant à pied vers le centre par Andingmennei Dajie, on arrive sur l’un des plus sympathiques quartiers de la capitale : Gulou, symbolisé par ses deux gardiennes : la tour du tambour et la tour de la cloche. Très animé de jour comme de nuit, le quartier est un savoureux melting pot entre Pékinois de toujours, expatriés de longue date et touristes émerveillés. Dans les bouibouis du coin, on déguste les meilleures brochettes de Pékin. Face à la tour du tambour, le spectacle est quotidien : au coucher du soleil, une foule de danseurs s’exerce à une sorte de madison endiablé !

Beihai et ses retraités sportifs

De bon matin, le parc Beihai, ses saules pleureurs, son lac et ses pédalos, devenu certes un peu trop touristique, constitue une étape incontournable. Pour le parc en lui-même et les dix mille vies qu’il contient. Si vous avez le courage, allez épier les adeptes du tai chi, qui pratiquent ici ou dans les autres parcs, entre 6 et 8 heures du matin. Un nouveau sport, qui s’adresse aux retraités se développe également : en groupe, il s’agit de taper dans ses mains sur un rythme dicté par le « chef d’orchestre » (vidéo). Il paraît que cela préserve la santé des vieux Pékinois… A voir leur mine réjouie, on se dit que oui, il fait finalement bon vivre à Pékin !

Derrière les grandes artères et le bruit des klaxons, quelques quartiers typiques préservent encore l’âme pékinoise. La vie semble suivre son cours, plus humaine, plus lente, moins frénétique. Installez-vous, buvez un thé et goûtez ces instants paisibles, au gré des rencontres…

Et vous, vous êtes déjà allé à Pékin ? Vous avez des endroits préférés ? Ou à conseiller ? Allez-y !

Laissez un commentaire