Pixel Facebook

Le meilleur de nos guides
Les conseils des blogueurs voyage
Votre itinéraire et votre voyage sur mesure

Nos destinations > Villes > Andalousie : suivez la movida à Séville
Andalousie : suivez la movida à Séville

Andalousie : suivez la movida à Séville

Mis à jour le 2 janvier 2020 | ,
Publié le 19 septembre 2014

Par Natasha Penot, auteur pour le blog Évasion

 

Non, Séville ne vit pas seulement au rythme de la Semaine Sainte, du claquement des talons des danseuses de flamenco et des « olé » de la plaza de toros. Architecture futuriste, expériences gastronomiques, échoppes créatives, un petit vent de movida souffle dans les rues de la capitale andalouse !

Metropol Parasol : architecture sous champignons

Première surprise dans une ville réputée pour son conservatisme, Séville ose l’architecture expérimentale ! La plaza de la Encarnación a troqué son marché décati pour l’audacieuse architecture-sculpture du berlinois Jürgen Mayer, Metropol Parasol, dont la maquette est entrée au MoMA de New York. Véritable défi à l’esthétique traditionnelle des vieux quartiers, la gigantesque construction de bois (la plus grande au monde !) fait songer à de grands champignons qui auraient poussé de façon anarchique. Ce qui a d’ailleurs valu à El Parasol d’être rebaptisé Las Setas (les Champignons) par les Sévillans.
Le bon plan Guide Évasion : Il faut absolument grimper sur le toit ondulant, qui semble flotter dans les airs avec ses milliers de petites alvéoles.

Metropol Parasol

Metropol Parasol
     ©  Natasha Penot

Calle Regina : un petit coin de Brooklyn à Séville

C’est derrière les champignons de la Encarnación que la bohème sévillane a fait son nouveau nid. La calle Regina et les rues voisines invitent à papillonner entre cafés culturels, petites épiceries de quartier, librairie underground, boutique de mode éthique et bio et bric-à-brac déco. On trouve ici une vraie vie de quartier avec un juste équilibre entre adresses branchées et petits commerces traditionnels.
Le bon plan Guide Évasion : Venez le deuxième samedi du mois quand le Regina Market fait son grand déballage.

Librairie du quartier Regina

Librairie du quartier Regina
     ©  Natasha Penot

Soho Benita : le repère des jeunes créateurs

Les échoppes créatives de Soho Benita sont une excellente alternative aux enseignes internationales du type Zara ou Mango qui pullulent dans le Centro. Imaginé par une association de jeunes créateurs et commerçants pour redynamiser le quartier de la Alfalfa, ce Soho version poche réunit les boutiques indépendantes les plus excitantes du moment autour des rues Pérez Galdós et Don Alonso el Sabio. On y cueille bijoux et accessoires hipsters, fringues vintage, besaces en tissu japonais, chapeaux excentriques, objets design ou babioles rétro.

Boutique à Soho Benita

Boutique à Soho Benita
     ©  Natasha Penot

Concept-stores : Séville à l’avant-garde

Parmi nos coups de cœur, il y a Delimbo, le premier concept-store d’Andalousie qu’on aime autant pour ses expos d’art urbain que ses sérigraphies en édition limitée, ses jouets design et sa mode street-style. Autre pépite, Wabi Sabi Shop & Gallery mixe art, mode, déco design et vintage, littérature underground et événements culturels. Un univers poétique et décalé à découvrir sans tarder !

Le concept-store Delimbo

Le concept-store Delimbo
     ©  Natasha Penot

Red House : un coffee-shop artistique pour buller avec les étudiants

Au rayon des nouveaux lieux hybrides cool et branchés, le Red House fait déjà figure d’incontournable. Cet ancien garage brut de décoffrage s’est métamorphosé en coffee-shop, galerie d’art et boutique. Peintures déjantées d’artistes andalous, meubles vintage dépareillés… tout ce qui fait ici office de déco est à vendre. Vous étiez venu grignoter des tapas de conserve ou siroter un café solo ? Vous voilà reparti avec le guéridon de mamie ou une lampe industrielle sous le bras…

Le Red House séville

Le Red House
     ©  Natasha Penot

Gastrobars : des tapas au goût du jour

Impossible d’échapper à LA nouvelle tendance du fooding sévillan ! De jeunes chefs avec des idées plein les casseroles revisitent les tapas façon gourmet, et disons-le, avec brio. Tentez Puratasca, le pionnier du genre à Séville, La Azotea pour ses mini burgers fondants ou La Brunilda dont les délicieux petits plats sont toujours une fête pour les yeux et les papilles.
Le bon plan Guide Évasion : Pour changer des tapas andalouses, accoudez-vous au comptoir-cuisine du Nikkei Bar : on y concocte une cuisine fusion née de l’immigration japonaise au Pérou il y a plus d’un siècle.

Rompemoldes : le quartier des artisans, revu et corrigé

Du côté de la Macarena, la calle San Luis est en pleine ébullition. En témoigne l’installation récente du chausseur branché Zapata et de Rompemoldes, un espace de création artisanale version contemporaine. Dans l’esprit des anciennes maisons de voisinage sévillanes, le patio de cet immeuble moderne abrite plusieurs ateliers où l’on peut observer les artisans à l’ouvrage et glaner des pièces uniques : céramique, poterie contemporaine, lutherie, bijoux, sculptures ou couvertures andalouses comme autrefois…

Devanture de la boutique Zapata séville

Devanture de la boutique Zapata
     ©  Natasha Penot

Et pour sortir ?

Direction la Alameda de Hércules, QG des jeunes bohèmes, des artistes fauchés et des gays noctambules pour faire la fiesta en fin de semaine. Délestée de ses bordels et bars miteux depuis l’Expo’92, la célèbre esplanade aligne des dizaines de bars (comme les locaux, on boit son verre dans la rue dans un joyeux brouhaha) et petits clubs alternatifs : sons rock au Fun Club ou tubes eighties au 1987, le discobar qui a le vent en poupe. Mais pour dénicher le club le plus cool de la ville, il faut migrer vers l’ancienne gare de Cordoue : pointu, divertissant, diablement branché mais ouvert à tous, le club Obbio est the place to be !

séville Le Fun Club

Le Fun Club
     ©  Natasha Penot

Si vous avez aimé cette déambulation dans la Séville branchée et bohème, découvrez sans attendre la movida à Lisbonne !

Image à la Une : Boutique du quartier Regina © Natasha Penot
Laissez un commentaire