Pixel Facebook

Le meilleur de nos guides
Les conseils des blogueurs voyage
Votre itinéraire et votre voyage sur mesure

Nos destinations > Villes > Vous avez dit Singapour ?
Vous avez dit Singapour ?

Vous avez dit Singapour ?

Mis à jour le 26 novembre 2018 |
Publié le 12 juin 2013

Par Julie, éditrice du Guide Évasion

Singapour n’a pas vraiment bonne presse et ce ne sont pas les déboires de l’ex-ministre du budget qui ont amélioré son image de marque. Pourtant, sur le chemin de Bali, je devais m’arrêter 5 jours à Singapour et ce furent 5 jours de jolies découvertes.

Singapour ou le chantier permanent

En atterrissant à Changi Airport, le nez collé sur le hublot, j’étais ravie de découvrir la mer ou plutôt de la deviner en cette heure nocturne par le scintillement de milliers de lumières ; celles des bateaux ancrés dans la baie, impressionnant ! Il faut avouer que 25 ans plus tôt, j’avais passé une semaine pour raison professionnelle à Singapour et je n’avais même pas vu la mer ! Autant le dire franchement, de la ville je n’ai rien reconnu. À l’époque, elle était rentrée dans une frénésie de modernisme qui faisait disparaître les quartiers traditionnels par pans entiers et surgir des zones de banlieue pas vraiment glamour. 25 ans après, la ville devait se révéler radicalement différente, même si les chantiers de construction n’ont pas cessé.

Singapour

Façades de Singapour
     © Julie Wood

Punk et Art Déco

Premier matin, j’accompagne une équipe de tournage dans la salle de concert où viennent se produire les groupes punk locaux… Entrée en matière surprenante ! Bon, il ne s’agissait pas non plus d’un entrepôt désaffecté dans une zone de friches industrielles mais d’un petit bâtiment d’origine coloniale, coincé entre le musée Peranakian (nom de la communauté issue du mariage des premiers marchands chinois avec des femmes malaises) et de beaux immeubles du début XXe siècle tendance Art déco et de galeries d’art contemporain. Pause déjeuner à deux pas, dans un minuscule café à la déco design, le Soho Café, qui aurait pu tout aussi bien se trouver à Londres !

singapour

Immeuble Art Deco
     ©  Julie Wood

Prendre le frais dans les musées

Pour les débuts d’après-midi à la chaleur étouffante, j’ai vite prévu de me réfugier à l’intérieur, climatisé of course. Petit tour aux musées : l’Asian Civilisations et Singapore National Museum. Tous les deux sont installés dans d’anciens bâtiments coloniaux restaurés aux façades jaune pâle pour l’un, gris et blanc pour l’autre. Nous sommes bien dans une ancienne possession de l’Empire britannique ! Tous les deux valent une visite pour l’intérêt de leurs collections… et la qualité de leur muséographie. Au musée national, deux parcours parallèles vous font découvrir le passé de la ville-État. L’un évènementiel et l’autre, de témoignages. Cela peut-être la vie de marchands ambulants, le destin d’une famille immigrée sur plusieurs générations, les fumeries d’opium, la garde-robe de jeunes chinoises aisées. J’y ai passé deux heures, captivée par ce melting pot complexe et inattendu. Imaginiez-vous la présence d’une communauté arménienne immigrée à Singapour ?

Musée Singapour

Musées de Singapour
     ©  Julie Wood

Dîner dans Little India

A Singapour, on ne vous demande pas si vous voulez de la viande ou du poisson mais si vous voulez manger indonésien, coréen, thaï ou japonais…  Rendez-vous avait donc été pris pour un dîner à Little India. Dès la sortie du métro, changement de décor, vous êtes transporté en Inde : maisons colorées, marchés de légumes et d’épices (les plus grands restaurateurs de la ville viennent s’y approvisionner), bijouteries, vendeurs de saris, temples hindous… Et sur une place, des tables où les dineurs s’installent devant des écrans où sont projetés les derniers films de Bollywood. Je choisis aux stands voisins les curry et le riz de mon choix. C’est bon enfant et plutôt populaire.

Little India

Little India
     © Julie Wood

Pause shopping à Chinatown

Autre ambiance à Chinatown où j’ai déambulé le lendemain après-midi. Les rues les plus proches de la sortie du métro sont envahies de boutiques de souvenirs, de vêtements cheap et de resto à touristes. Mais les Singapouriens d’origine chinoise y viennent aussi faire leurs courses. J’y ai déniché une jolie paire de boucles d’oreilles en jade et agathe ! En s’enfonçant plus, le quartier est une succession d’hôtels de charme installés dans d’anciens bâtiments restaurés, certains très années 30, de bars et de restaurants branchés. Le soir, Chinatown est un des rendez-vous des noctambules. Épuisée par ma marche (une épreuve à Singapour !), c’est dans une ancienne salle des coffres transformée en café tendance que je me suis réfugiée (The Vault).

Chinatown

Chinatown
     © Julie Wood

Luxe tropical

Après la visite d’Arab street, du quartier métis Joo Chiat, du jardin botanique et de sa collection incroyable d’orchidées et une matinée à la plage (et oui !) c’est le dernier jour. Je vais finir mon séjour à Singapour par ce par quoi on commence habituellement : Orchard street et sa succession de galeries marchandes et surtout le front de mer. La silhouette de l’hôtel Marina Bay Sands et sa fabuleuse piscine à débordement longue de 150 m et perchée à 200 m de hauteur sur une terrasse de 1 ha est devenue l’image de marque de Singapour. Autre vitrine, celle de la boutique-île de Louis Vuitton, installée sur l’eau au pied de ce même hôtel. Une boutique que l’on visite comme un monument. Dans les galeries marchandes de l’hôtel, les boutiques de luxe vous donnent le tournis : Gucci, Chanel, Ferragamo…

Singapour

Singapour capitale du luxe
     © Julie Wood

Je choisis de dîner au Food Hall, où je me décide pour des dumplings, mes compagnons pour des plats coréens ou des sushis. Pour un verre d’adieu, destination le bar sur la terrasse de l’hôtel, au 57ème étage. La vue est un scintillement des lumières de la ville et des bateaux dans la baie… la boucle est bouclée, direction Bali maintenant !

Laissez un commentaire