Pixel Facebook

Le meilleur de nos guides
Les conseils des blogueurs voyage
Votre itinéraire et votre voyage sur mesure

Où et quand partir ? > Quelle destination choisir ? > Week-end au bord des canaux : Bruges ou Amsterdam ?
Week-end au bord des canaux : Bruges ou Amsterdam ?

Week-end au bord des canaux : Bruges ou Amsterdam ?

Mis à jour le 6 février 2019 | ,
Publié le 20 avril 2016

Par Mélissa, du blog Mel Loves Travels

Bruges la romantique, Amsterdam la survoltée. De commun, elles n’ont en apparence que les canaux. La belle flamande est petite, préservée jusqu’à la moindre pierre qui a conservé l’aspect qu’elle avait au 17e siècle tandis qu’Amsterdam, ville-monde contemporaine, possède un riche patrimoine, plus varié, et n’hésite pas à se lancer vers l’avenir.

À quelle période s’y rendre ?

Il vaut mieux éviter Bruges en été, car la ville se trouve prise d’assaut par les touristes. Le printemps, la fin de l’été et le début de l’automne sont les périodes idéales pour la visiter, sans oublier toutefois d’emporter un parapluie, quelle que soit la saison !

Quant à Amsterdam, la saison idéale pour s’y rendre est le printemps : elle vous enchantera avec ses parcs fleuris (n’oublions pas que les Hollandais sont les rois de la tulipe !). N’hésitez pas à vous rendre jusqu’à Keukenhof et ses champs de fleurs multicolores si vous avez le temps.

Bruges©AMzPhoto/Shutterstock

Bruges     © AMzPhoto/Shutterstock

Comment s’y rendre ?

Pour aller à Bruges, on saute dans un Thalys (ou dans un Izy, le Thalys « low-cost », à partir de 19 Euros) au départ de Paris Gare-du-Nord ou de Lille. Autre option : dans un TGV pour Bruxelles (au départ de Marseille, Avignon, Aix-en-Provence ou Valence) puis on prend une correspondance pour Bruges (2 trains par heures avec pour destination finale Blankenberge-Knokke ou Ostende (13,30 € l’aller).

Pour Amsterdam : toujours le Thalys au départ de Paris-Nord ou de Lille, en ligne directe (compter une cinquantaine d’Euros l’aller).

Autre alternative pour les plus petits budgets, le bus ! Eurolines, Flixbus, Ouibus

Où loger et quel budget prévoir ?

Comme souvent, c’est le logement qui pèsera le plus lourd dans votre budget. Amsterdam et Bruges sont des villes relativement chères (comptez 97 € environ pour Amsterdam, 105 € pour Bruges, la ville la plus chère de Belgique, pour une nuit d’hôtel).

Amsterdam étant beaucoup plus grande, il sera peut-être plus facile de vous y prendre à la dernière minute. D’ailleurs, elle offre un choix impressionnant de logements, du Palace 5 étoiles au camping. Mais la manière la plus originale de séjourner à Amsterdam, c’est sans doute dans un pénichôtel ! Hors-saison, les péniches sont amarrées à l’Oosterdok ou au Westerdok (10 minutes à pied de la gare) et vous pourrez séjourner dans une cabine et vous prendre le temps d’un week-end (ou plus) pour un marin du Port d’Amsterdam !

Testée et approuvée : De Zwaan, à quai à l’Oosterdok, et sa petite « cabine nuptiale » à l’avant du bateau. Tranquillité garantie mais claustrophobes s’abstenir… À ceux là, on conseillera le quartier en vogue du moment : Jordaan, très charmant avec ses petites ruelles, où se trouve notamment la maison d’Anne Frank.

À Bruges, le charme sera aussi à l’honneur. L’offre est moins étendue mais les hôtels en centre-ville ont dû jouer avec un patrimoine protégé, ce qui leur confère à tous beaucoup de cachet. Poutres apparentes et petites chambres cosy sont le lot des heureux visiteurs ! Même les auberges de jeunesse sont de qualité.

Très central : le Martin’s Brugge, à deux pas du Markt, la place centrale de Bruges, est un excellent choix avec des prix plutôt en ligne avec la moyenne.

Marché de fleurs d'Amsterdam

Marché de fleurs d’Amsterdam      © YuG/Shutterstock

À voir, à faire

Bruges

À Bruges, il est déjà très agréable de se promener le long des rues médiévales, ou de faire une petite balade en bateau le long des canaux (aaaah… le Lac d’amour et ses cygnes !). Depuis les maisons colorées du Markt (la grand place locale), jusqu’au panorama du Quai du Rosaire (selfie obligatoire !), en passant par le Marché au Poisson ou la Walplein, à chaque coin de rue, n’hésitez pas à lever les yeux car c’est un émerveillement. Coup de cœur spécial pour le Wijngaert, la cour de l’ancien béguinage (qui est à présent un couvent de sœurs bénédictines). Ce petit enclos arboré bordé de petites maisons blanches est une pause bienvenue. Surtout lorsque les narcisses et jonquilles sont en fleurs au début du printemps. Les plus férus d’art et d’histoire ne manqueront pas de saluer la Madone de Michel-Ange à l’église Notre-Dame (une des rares sculptures du maître italien qui s’est retrouvée hors de l’Italie de son vivant).

Le Groenigemuseum abrite des trésors, depuis les primitifs flamands jusqu’à l’art moderne, tandis que le Sintjanshospitaal, qui était un hôpital encore en service jusqu’à il n’y a pas si longtemps, est l’écrin d’une collection de primitifs flamands, et notamment de plusieurs peintures de Memling. Pour ceux qui aimeraient revivre l’époque de la grandeur de la noblesse brugeoise, on recommandera le Gruuthusemuseum, l’ancienne demeure des plus puissantes de la Venise du Nord.

Il fait aussi bon de flâner dans les petites ruelles de Sint-Anna, l’ancien quartier populaire, où de toutes petites maisons s’alignent sagement en tissu serré.

Pour terminer votre balade, pourquoi ne pas visiter l’unique brasserie encore en activité dans le centre de la ville : la brasserie Halve Maan. On vous en fera visiter tous les coins, y compris le toit pour une vue imprenable sur Bruges, et vous connaîtrez tout sur le processus de fabrication du divin breuvage. Bien sûr, la dégustation (comprise) se fait après la visite.

Amsterdam

Amsterdam ne démérite pas, mais dans un tout autre style. Enfourchez un vélo (comme la grande majorité des Hollandais) pour visiter la ville et ses canaux (photo sur un pont avec le vélo en avant-plan pour faire bonne mesure). Évidemment, vous commencerez certainement la visite par le Dam, le cœur de la vielle ville d’Amsterdam. On se laisse charmer par les alignements de maisons, élancées et étroites, qui quelques fois même, penchent, regardez bien !

Amsterdam, c’est aussi une ville de grands musées, le Rijksmuseum figure dans le top 10 des grands musées européens. On y admire les portrait éclairés à la lumière des fenêtre de Vermmer ou encore La Ronde de nuit de Rembrandt. Si vous appréciez le maître hollandais, la Rembrandthuis (sa maison) se trouve à proximité du Red light district et se visite. Plus féru d’art moderne et contemporain ? Pas de problèmes : à côté du Riksmuseum, vous trouverez le Van Gogh Museum, consacré au peintre des tournesols et ses contemporains et le Stedelijk Museum Amsterdam ; le musée municipal lui, se concentre sur l’art moderne, contemporain et le design.

Avec des enfants ou des ados ?

Vous voyagez avec des enfants ? Emmenez les vite au NEMO, à deux pas d’Amsterdam Centraal. Déjà, l’architecture du musée pensée par Renzo Piano est impressionnante : on dirait une proue de bateau qui sort du canal ! À l’intérieur, on comprend tout de suite que ce musée de la science va plaire aux enfants. Il suffit de voir la foule des familles qui se presse à l’accueil (c’est le 5e musée le plus visité des Pays-Bas). Le musée est interactif et encourage les petits à toucher, essayer, expérimenter. Même les toilettes sont mises à contribution… mais je vous laisse la surprise. Et si vous avez de jeunes ados (même plus grands), pourquoi ne pas les emmener visiter la Maison d’Anne Frank ? Ou plutôt… « l’arrière-maison », le grenier où Anne, sa famille, et des amis se sont cachés pendant plusieurs années avant d’être malheureusement finalement déportés. Une expérience racontée par la jeune Anne dans son journal, qu’elle avait commencé à l’âge de 12 ans et lu par des générations d’adolescents depuis.

À Bruges, c’est l’insolite Frietmuseum (le musée de la frite) qui ne manquera pas de faire sourire petits et grands. Des énigmes sont posées aux enfants par une frite appelée « Mimi » qui les accompagnes tout le long du parcours : depuis la naissance du tubercule dans les Andes jusqu’à la baraque frite (il y a une vraie baraque à frite avec tous les accessoires à la fin du parcours). Et n’oubliez pas, au sous-sol, d’aller chercher votre paquet de frites !

Prinsengracht

Prinsengracht      © Steve Photography/shutterstock

Manger et sortir

Bruges est un paradis pour les gourmands ! Il suffit de se promener 5 minutes pour être ébloui et attiré par l’arôme qui sort des nombreuses chocolateries que compte la ville. Ne manquez pas « Dumon Chocolaterie » , non seulement un des meilleurs chocolatiers de la ville, mais peut-être bien de toute la Belgique. On a aussi craqué pour la jolie boutique de « Chocolate Happiness », toute nouvelle et toute mignonne avec son esprit boudoir.

Mais Bruges est aussi une des capitales belges de la gastronomie. Le grand Bruges compte deux restaurants trois étoiles Michelin, ce qui n’est pas rien pour une ville de cette taille. En plein centre ville, dans le quartier de Sint-Anna, se trouve De Karmeliet. Le restaurant de Geert Van Hecke ne perd pas sa superbe année après année. Évidemment, le budget est assez conséquent… alors pourquoi ne pas visiter son petit frère, « De Refter », juste à côté ? La carte et le prix sont réduits, mais pas la qualité. Et au printemps, c’est la saison des délicieuses asperges !

Depuis le Refter, il ne vous faudra que 5-10 minutes pour rejoindre Vlissinghe, le plus vieux café en activité de Bruges. Ce débit de boisson sert les piliers de comptoir depuis 500 ans ! Ils ont même leur propre bière. À l’intérieur, c’est une débauche de bois et il y a une jolie cour où il doit faire bon s’installer quand il fait beau (pas de chance pour votre guide, il pleuvait).

Amsterdam compte aussi de bonne tables, on craque notamment pour les restaurants indonésiens, comme Sampurna, sur le Singel. Mais Amsterdam, c’est surtout une ville qui promet de folles nuits. Centrés autour de la Leidseplein, on trouve clubs et cafés sur lesquels règne le Paradiso, le temple des nuits amstellodamoise. Depuis des années, de nombreux fêtards viennent y faire leur dévotion aux dieux de la danse et de la musique. Pas étonnant, il s’agit d’une ancienne église !

L’autre grand pôle de la nuit est le Melkweg. De salle de concert, il s’est transformé en vrai centre culturel où l’on peut à la fois assister à un concert, se faire une toile, voir une pièce de théâtre… Un coup d’œil à l’agenda suffit pour donner le tournis !

Et comment ignorer le Red Light District ? Le quartier de la prostitution se visite sans plus sourciller que le Dam ! D’autant plus que le quartier est un des plus anciens Amsterdam… et la nuit, les lueurs rouges et roses ont un étrange reflet dans les canaux, c’est photogénique à souhait…

 

Image à la une : Canaux d’Amsterdam © Alexander Demyanenko/Shutterstock

 

Laissez un commentaire